Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Menu ☰

Accueil > Syndicats > Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes > Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA)

Syndicat CGT FERC Sup Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA)

La CGT FERC Sup s’opposera de toutes ses forces à la destruction des statuts des enseignants et des enseignants-chercheurs

lundi 3 décembre 2018

Bonjour,

Notre Union Nationale CGT FERC Sup a été sollicitée par le MESRI, comme d’autres unions syndicales, aux fins d’examiner des documents relatifs au devenir du métier d’enseignant-chercheur. Ces documents concernent :

  • un projet de « référentiel pour l’exercice du métier d’enseignant-chercheur » ;
  • un document présentant les « critères objectivables et mesurables (sic) pour mesurer l’engagement des EC dans l’activité de formation » dont : l’engagement dans des projets nationaux labellisés (« d’excellence »), la production de MOOC, les liens avec les milieux socio-économiques, etc. « Sont également joints au dossier les résultats d’évaluation des enseignements par les étudiants, attestés le cas échéant, par le service d’appui à la pédagogie ou le responsable de la formation de son établissement ».
  • un projet de « prime d’engagement pédagogique et de formation » pour 20% des collègues, afin d’« éviter un saupoudrage des crédits » ;
  • un projet de « congé pour ressourcement/reconnaissance pédagogique » offrant la possibilité d’une « dispense de service de recherche » (!!) ou « un service d’enseignement allégé d’un tiers » (!).

Pour résumer, le MESRI prétend valoriser et « récompenser » l’engagement pédagogique des EC, à hauteur de 20% des personnels seulement (comme pour l’octroi de la PEDR). Le document intitulé « repères pour l’exercice du métier… » prétend que ces repères « n’ont ni vocation normative ni valeur règlementaire : ils n’ont pas vocation à servir de norme de référence pour évaluer les aptitudes d’un enseignant-chercheur stagiaire en vue de sa titularisation ».

Il ne s’agirait donc pas de créer un outil d’évaluation. Or, le « projet de critères pour mesurer l’engagement des EC dans l’activité de formation » stipule d’entrée que les « critères de qualité de l’activité de formation, pourront servir aux différents stades de la carrière des enseignants et enseignants-chercheurs (promotion, candidature sur un poste de professeur, suivi de carrière, candidature à une prime…) ». La contradiction est ici flagrante… La modulation des services et l’évaluation sont ici la forêt cachée par l’arbre de la récompense.

Mais il y a beaucoup plus grave. Les deux projets de congés de ressourcement et/ou de « prime pédagogique » précisent que leur mise en place nécessiterait :

  • La modification du statut des EC (pour le 1er), « Niveau des textes à modifier : les décrets statutaires des EC ([via un] décret en Conseil d’Etat après consultation du CTU) et des enseignants (PRAG et PRCE) doivent être modifiés pour créer le CRRP [congé] ».
  • Relancer la prime au mérite (pour le 2ème) (création de la PEPF) un décret simple plus une circulaire pour les Enseignants et Enseignants-Chercheurs, un complément aux circulaires RIFSEEP pour la prise en compte de l’engagement/innovation pédagogique des BIATSS.

La CGT FERC Sup s’opposera de toutes ses forces à la prime ou au congé "au mérite", à la modulation des services et à la destruction de nos statuts !

Le CTU est l’instance ministérielle qui régit ce qui concerne le statut des enseignants-chercheurs.
Enseignants-chercheurs, vous êtes appelés à voter jeudi 6 décembre pour vos représentants au CTU. Voter pour la liste CGT (voirla liste des candidats CGT, avec un palois !!)

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : 01 55 82 76 28 - Fax : (33) 01.49.88.07.43 - Couriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr