La CGT des établissements d’enseignement supérieur et de recherche

Accueil > Syndicats > Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine > Université de Strasbourg > Loi sur les Universités : AUTONOMIE OU DEMOLITION ?

Loi sur les Universités : AUTONOMIE OU DEMOLITION ?

jeudi 27 septembre 2007

Loi sur les Universités : AUTONOMIE OU DEMOLITION ?

A l’occasion de la visite de Madame la Ministre Valérie Pecresse à Strasbourg,
le 28 Septembre prochain, l’intersyndicale enseignement supérieur Recherche organise une AG pour rappeler nos exigences:Une demande d’entrevue a été faite, un rassemblement extérieur pourrait intervenir.

Après des années de réformes précipitées, mal préparées, imposées sans débat démocratique ni moyens humains et financiers suffisants, l’Université française ne répond ni aux besoins sociaux et économiques de la nation, ni à
ceux des étudiants, ni à ceux des personnels IIATOS et enseignants, dont les conditions d’études et de travail se dégradent d’année en année. Sous prétexte de réforme la loi « libertés et responsabilités » impose des mesures s’opposant au service public.

Nous exigeons l’ abrogation d’une loi qui instaure sous prétexte de modernité un "management de type privé" pour faciliter :

* la définition locale des tâches des enseignants (remise en cause à terme du statut, instauration de deux catégories d’Enseignants-chercheurs ceux qui font de la recherche et ceux qui n’en font pas)

* le contrôle total du recrutement des enseignants sans représentant des personnels enseignants.

* le recrutement de contractuels en grand nombre a tous les niveaux et sur toutes les fonctions (y compris recherche et enseignement)

* l’abandon des postes de fonctionnaires pour abonder les dépenses de fonctionnement par le jeu du budget global et de la fongibilité asymétrique.

* l’intervention directe des intérêts privés dans les décisions prises (création de fondation interne sans aucun contrôle par le personnel), conduisant à l’affaiblissement des Universités.

* la transformation des EPST (CNRS, INSERM ...) en agence de moyens.

* le désengagement de l’Etat dans son rôle de soutien à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche.

Dans le contexte de la création de l’Université de Strasbourg raison officielle de la venue de Pécresse a Strasbourg, nous rappellerons à la Ministre que :

* sans représentation démocratique des personnels a tous les niveaux il n’y a pas de succès possible pour les étudiants et les personnels car les décisions majeures pour le fonctionnement de la nouvelle Université
seront prises sans l’avis des premiers intéressés.

* sans maintien et création de postes statutaires, on ne fera au mieux que précariser encore la structure de l’emploi et les inégalités de traitement parmi le personnel.

* sans augmentation conséquente du budget par étudiant on ne pourra réaliser les innovations pédagogiques nécessaires.

* sans prise en compte des avancées sociales dans telle ou telle Université (exemple régime indemnitaire, règles pour les contractuels sur mission permanente, aide sociale ... ) et du coût de leur financement, il ne pourra y avoir que nivellement par le BAS de la situation des PERSONNELS. Alors que les conditions les plus favorables DOIVENT ETRE étendues à tous ... ;

* sans maintien et développement d’une réelle collaboration d’égal a égal Université / organisme de recherche, il y aura menace sur toute une série de thèmes de recherche et dégradation de la situation des personnels des organismes.

Signez la pétition des "Cordeliers" :

Venez nombreux à l’AG vous informer et débattre des réformes nécessaires pour une véritable Université de Service Public.
28 Septembre à 10h Amphi 6 Institut Lebel ...

SNTRS-CGT SES-CGT SNESUP-FSU SNCS-FSU SNPREES-FO SNPTES-UNSA

En fichier joint article des DNA du 27/09/2007

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : (33) 01.55.827.628 - Fax : (33) 01.49.88.07.43 - Mél : ferc-sup@ferc.cgt.fr