Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Préavis de grève du 20 au 27 septembre.

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Les dossiers > Enseignement supérieur > Loi Vidal - ORE (2017-2018) > 2 avril 2018 • Échos des Mobilisations · Perspectives & Convergences

2 avril 2018 • Échos des Mobilisations · Perspectives & Convergences

lundi 2 avril 2018

Dans les établissements

ANGERS
Réunion intersyndicale scolaire/universitaire le 3/4 CGT, FSU,SUD,FO, Unef

TOURS
Les moniteurs-étudiants du SCD de Tours, qui sont en appui aux personnels de bibliothèque pour assurer le service public, ont eu la mauvaise surprise de ne pas être payés !

Les dysfonctionnement du logiciel de paiement de l’université et la gestion comptable de la date de mise en paiement (qui une fois dépassée décale tout paiement complémentaire à la date suivante de mise en paiement) en seraient la cause.

Une grève des moniteurs a débuté en début de semaine, uniquement à la bu Lettres.
Sur ce site l’ensemble des moniteurs a décidé de faire grève . Alors que la bu Lettres devait ouvrir jusqu’à 22h en période de pré-examen, elle ferme donc depuis au moins 2 jours à 19h.

Une majorité des moniteurs de Lettres se seraient convaincu que du fait qu’on leur demande toujours de reporter sur une autre plage de service public les heures de service non effectuées, ils ne peuvent avoir un retrait de salaire en faisant grève.

ROUEN
UFR de Lettres bloquée depuis le 29/3. AG de 200 le 27/3. Rassemblement revendicatif avec les cheminots le 3/4. AG étudiants/personnels le 4/4.

NANCY
Blocage du campus de Lettres depuis le 22 mars. (900 votants. 500 pour) Jeudi 29/3 : AG 1000 personnes. Vote du blocage AG intersyndicale le 3/4 11H- appel à rejoindre cheminots

BREST
Occupation d’un amphi Campus de Lettres, AG le 30/3 200. Décision convergence, rencontre avec les personnels semaine du 3/4.

BORDEAUX
Occupation du Campus victoire. Bordeaux 2, AG 750 (avec postiers, cheminots et Ford) ; motion étudiants et personnels : soutien Montpellier et appel à élargir la mobilisation et faire converger les luttes, notamment le 3/4

ESPE : AG peu nombreuse, comité de mobilisation porté par la Cgt et lien fait avec l’interpro.

NICE
Mise en place collectif de mobilisation « Sauve ta fac O6 » (intersyndical OS et étudiants) AG 90 personnes. Appel rejoindre le 3/4 et soutien campus répression policières et attaques fascistes.

DIJON
Depuis le 26 mars Occupation de la MSH + salle 127 du bâtiment Droit-Lettres. Manifestation Mercredi anti fa+ AG le 30/3 (200) . Tournée des services (isolés CGT, FSU, FO, SUD) appel à convergence le 3 avril

LILLE 2
AG ,manif le 26 mars suite attaques fascistes. Fermeture 28/3. Appel au 3 avril, interpellation des OS pour convergence

LIMOGES
AG OS et étudiants le 29/3 300. Motion de soutien répression. Décision de rejoindre le 3/4 et le 5/4 sur la précarité. Plan de travail avec rencontre de l’interpro.

CLERMONT FERRAND
AG (CGT, SUD) 70 personne le 29/3. Contact interpro le 30/3. Convergence avec les cheminots le 3/4

CAEN
A Caen le bâtiment occupé sur l’université a été évacué par la police en toute fin d’après-midi du 28 mars 2018.

Réunion devant l’université le 30/3 (80 participants) départ en soutien à Ford de Blanquefort .Appel au 3/4 . Nouvelle AG prévue le 3/4.

TOLBIAC- Paris 1
AG 26/3 1000 personnes. Fermeture depuis mardi AG le 30/3 900 participants (Intersyndicale personnels CGT et SUD). Communiqué étudiant/prof/personnels suite à Tags antisémite + dénonciation présence orga extrême droite. Programme fac ouverte et libre avec organisation de débats et conférences (avec MCF syndiqués CGT). Appel au 3/4 avec AG à midi.

SORBONNE UNIVERSITÉ
Paris 4 : AG site de clignancourt le 29/3 150 participants -
Tractage P4/P6 convergences cheminots le 3/4
Paris 6 : AG le 5 avril 12H30 Tour 45

NANTERRE
AG 29/3 500 personnes. Décision appel au 3/4. Les OS de personnels organisent la tournée des services.

NICE
Mise en place comité de mobilisation étudiant et personnels AG 200. Vote en AG du blocage à partir du 3/4.

POITIERS
1 amphi occupé. Seulement les étudiants dans la mobilisation, blocage partiel selon les jours.

TOULOUSE 2
Appel manif unitaire avec les cheminots le 3/4. Positionnement pour la grève générale reconductible avec interpellation des directions syndicales.
Meeting de convergence avec les différents secteurs en lutte le 10 avril.

MONTPELLIER
AG 3000 appel 30 mars et 3 avril avec l’UD + lettre à la ministre et au président.

LE HAVRE
Organisation le 30/3 d’une conférence débat sur "quelle justice pour demain ?" réunissant avocats, magistrats et avec des personnels pénitentiaires et de la PJJ dans le public, a bien montré que c’est tout le service public qui est en passe d’être détruit. Ce qui exige une riposte unie à construire.

GRENOBLE
AG étudiants/personnels le 29/3 150 participants. Appel à rejoindre le 3/4 et à construire la convergence.

PARIS 9
Travail commun avec association étudiante des étudiants de Gauche à dauphine. 2 AG loi Vidal, information et mobilisation (1ère 50, 2nde plus de 100) Appel à rejoindre cheminots le 3/4

STRASBOURG
Réoccupation du Palais universitaire + 1 amphi bâtiment de la présidence. Tracts intersyndicale CGT, FO, FSU, SUD,CFDT,UNEF. Appel au 3/4

NANTES
AG le 27/3 Grand amphi Fac de droit : 1000 personnes Blocus, manifestation le mercredi anti fa + lancement mouvement les samedis de la lutte (7avril) appel convergences le 3/4

RENNES 2
AG 800 le 30/3 principalement les étudiants Appel à rejoindre le 3/4 et association à l’appel de Nantes samedi de la réappropriation. HIS OS (CGT, FSU, SUD) programmées semaine du 3/4

LYON
AG communes établissements de Lyon étudiants avec des cheminots et infirmières (350 participants) Projection "étudiants à crédits" 1200 participants. HIS semaine du 26/3 et 3/4. Attaque fasciste local CNT, communiqué intersyndicale.

Rencontres pour convergences organisations syndicales, politiques, associatives. Rassemblement Gare Perrache le 3/4

École Centrale Lyon : Contexte particulier, sélection déjà en cours. Le 22 mars, il y a eu des services fermés. 2 heurs d’HIs le 3/4 à partir communiqués de l’union.

ENS Lyon : AG le 3/4 12H Sélection

PARIS 11- PARIS SUD
HIS dans de nombreux services semaine du 26/3 : doublement du nombre de participants. A la BU 50 % des personnels, énorme colère, le 19 avril trop tard.

Appel à rejoindre le 3/4.

Discussion pour convergence CGT du plateau.

IUT Cachan : HIS 27/3

CR tournée +HIS UFR Pharma de Chatneay-Malabry (Paris-Sud) le 27/3 :
Le 6 février, nous avions réuni 8 collègues pour la première HIS qui avait fait apparaître surtout des inquiétudes locales par rapport au déménagement à Saclay prévu en 2022. Il n’y a aucun syndiqué sur tout cet UFR (5000 étudiants, peut-être 50 collègues admin et techniques)

Pour préparer cette nouvelle HIS, nous avions recontacté les 8 collègues. L’une d’entre elle a fait suivre le mail à tous ses contacts et invité largement. Le 27 mars 16 collègues étaient présents, plus nous.

La discussion a porté surtout sur la situation générale ouverte par le succès du 22 mars et le bras de fer du gouvernement contre les cheminots.

Les collègues sont très conscients que ces événements les concernent, ils sentent d’une part qu’ils sont "les prochains sur la liste" et, d’autre part, que leur situation est déjà intenable en terme de salaires et de conditions de travail. Ils disent d’eux-même qu’il faut un "mouvement général" et exprimer "le ras-le-bol de ceux d’en bas." Ils en ont marre des manœuvres de division des médias qui présentent tous les travailleurs comme des privilégiés.

Les collègues avaient entendu parlé des agissements de l’extrême-droite à Montpellier.

En ajoutant localement un management agressif et la peur du déménagement, ça donne beaucoup de colère.

Il a suffi de mentionner la date du 3 avril pour que les collègues s’en emparent : ils ne veulent pas "laisser les cheminots tous seuls" et voudraient que la présence d’autres secteurs soit "bien affichée par exemple avec des banderoles éducation nationale ou fonction publique".

Ils ont tous pris une un formulaire pour se syndiquer (il leur reste à le remplir...). On les retrouve pour l’action du 3.Par ailleurs, à la BU, ça râle très fort, l’inquiétude est à son comble avec l’ouverture d’un "learning center"à Saclay en septembre 2020. Tout le monde a en tête les protocoles de déménagement d’un côté de CentraleSupelec, de l’autre de Telecom./3

ST ÉTIENNE
1ère AG 30/3 (CGT, FO et étudiants principalement) 80 présents

VERSAILLES
HIS en intersyndicale pour informer et convaincre semaine du 26/3 et du 3/4.

UPPA
AG étudiante (avec CGT, FSU).

Lors de l’AG des étudiantEs de mercredi qui a réunit une centaine d’étudiants (avec présence CGT et FSU), il y a eu un échange intéressant sur les actions au plan national contre ParcourSup, les situations de répressions policières ou de groupuscules fascistes avec bien sûr en première ligne ce qui s’est passé à Montpellier. Sur ce point, il a été rappelé que les universités bénéficiant des franchises universitaires, la police ne peut intervenir que sur accord du président de l’université.

Il a été discuté des suites des actions faisant le lien avec ce qui se passe dans les autres universités, avec de grosses mobilisations dans quelques facs (Sorbonne, Nantes, Toulouse, Rennes, Nancy, Montpellier, ...), mais aussi dans les professions comme les cheminots, les éboueurs, l’énergie qui appellent déjà à l’action le 3 avril.
L’AG a été informée de la tenue d’une réunion intersyndicale départementale pour vendredi après-midi.

L’AG a décidé :

  • de participer à la réunion intersyndicale de vendredi,
  • de voir les possibilités d’action dès le 3 avril avec les cheminots
  • de bloquer l’UFR Lettres le 3 avril si décision d’action

Un collectif s’est réuni à l’issue de l’AG pour préparer les conditions matérielle des actions du 3 avril.

INTERSYNDICALE 64 :
ll n’y a pas d’appel départemental au 3 avril car les cheminots et les énergéticiens engagés dans la lutte organisent des AG dans leur établissements sans actions extérieures.

Les étudiants ont fait part de l’intention de bloquer l’UFR Lettres, ils doivent définir dans les heures qui viennent ce qu’ils font.

La prochaine perspective est le jeudi 19 avril, journée nationale de grève et manifestations appelée par la CGT. Au plan départemental la FSU n’appelle pas à la grève mais à participer aux manifestations.

Les étudiants ont demandé la possibilité d’avoir des camarades sur l’histoire du mouvement social. La CGT s’est engagée à contacter l’IHS CGT pour voir sa participation à une prochaine AG.

la CGT a assuré les étudiants de son soutien matériel et logistique pour les tracts et autres besoins

Prise de position Refus de la sélection

Université d’Aix-Marseille
Faculté des sciences, le département de mathématiques "s’oppose à tout classement dans les filières qui n’ont pas vocation à être à numerus clausus" (vote du conseil de département, 8 mars 2018)

UFR ALLSH, le département d’histoire : "(…) nous considérons donc qu’un classement ex æquo de toutes les demandes, dans une formation non sélective, permettrait de manifester aux futurs bacheliers désireux de conduire des études d’Histoire que nous souhaitons les accueillir et les mener à la réussite" (le 27 février 2018, conseil plénier du département)

Le département des Sciences du Langage de l’Université d’Aix-Marseille (UFR ALLSH) ne mettra pas en œuvre le classement voulu par ParcourSup (19 mars 2018). "Toute demande d’une personne titulaire d’un baccalauréat et ayant fait le vœu d’intégrer notre formation [est considérée] comme légitime".

Le département de Sociologie s’oppose "à tout classement dans les filières qui n’ont pas vocation à être à numérus clausus". Il opte pour "un classement ex æquo de toutes les demandes, dans une formation non sélective" pour "manifester aux futurs bacheliers désireux de conduire des études de Sociologie que nous souhaitons les accueillir et les mener à la réussite" (réunion plénière, 21 mars 2018).

Université de Caen
Réunion à l’UFR LVE avec une responsable administrative pour expliquer le fonctionnement de l’interface d’aide au classement que l’on peut paramétrer comme on veut.
Il semble en effet que même si l’on met oui à tout le monde, le logiciel fera le classement de toute façon.
Le département de LEA, qui envisage de refuser de classer les demandes et donc d’utiliser l’interface proposée, s’est vu répondre "en plaisantant" qu’alors la formation n’ouvrirait pas à la rentrée...
Les autres départements de l’UFR LVE ne semblent pas vouloir résister à la sélection.
De même que les étudiants de LVE...

Université d’Avignon
Licence AES-Science politique de l’UFR-IP Droit, Économie, Gestion : le 6 février,l’équipe pédagogique "a refusé de faire remonter la composition de la commission chargée de l’examen des dossiers des lycéens". La CFVU du 22 février ayant désigné d’office la responsable de la licence et les responsables d’années comme membres de cette commission — contre primes pour ces responsabilités - trois des quatre membres désignés refusent d’effectuer ce travail de sélection.

Bordeaux Montaigne et université de Bordeaux
La présidente de Bordeaux 3 informe les personnels, le 5 mars 2018, que "nous n’effectuerons pas de classement des dossiers d’étudiants pour les filières qui ne sont pas en tension".

La Faculté de sociologie de Bordeaux Université [dont le président est en faveur de la sélection, et où la situation est relativement compliquée d’un point de vue institutionnel pour les enseignants-chercheurs qui s’opposent à la loi] s’est réunie le 26 mars 2018 en assemblée générale. A la question : « Acceptez-vous en l’état de participer au classement des dossiers Parcoursup ? », les enseignants ont répondu majoritairement « non » (11 non, 6 oui, 2 abstentions et une personne absente). […] nous demandons dans l’immédiat que soient portées à notre connaissance les informations de l’onglet « préférences » de Parcoursup afin de mieux cerner les choix prioritaires exprimés par les lycéen.nes.

Université de Bourgogne
« Le conseil du département d’histoire (UFR de sciences Humaines) de l’Université de Bourgogne s’oppose à l’unanimité au classement des dossiers dans ParcoursSup. Aucune commission n’a donc été formée et tous les candidats seront classés ex aequo" (29 mars 2018)

Université de Bretagne Occidentale
Le département de Géographie, UFR LSHS 2 mars 2018 ;
Le département de Sociologie, UFR LSHS le 27 février 2018 votent des motions dénonçant la loi ORE et signifiant le refus de participer au classement.

L’Assemblée Plénière du département de Mathématiques de la Faculté des Sciences et techniques a décidé à l’unanimité de "continuer à accueillir tous les bacheliers se destinant à des études de mathématiques à l’Université de Brest" (26 janvier 2018).

Le département de psychologie, UFR LSHS de l’Université de Bretagne Occidentale, Brest, le 13 mars dénonce le manque de moyens, la loi ORE et signifie son refus de participer au classement des dossiers.

Le département LCE Espagnol, UFR LSHS de l’Université de Bretagne Occidentale, Brest, le 15 mars dénonce le manque de moyens, la loi ORE et signifie son refus de participer au classement des dossiers.

Le Centre Interdisciplinaire des Humanités Numériques, UFR LSHS de l’Université de Bretagne Occidentale, Brest, le 14 mars dénonce le manque de moyens, la loi ORE et signifie son refus de participer au classement des dossiers.

Le département d’Administration Economique et Sociale (AES) de l’UFR DEGAES, le 8 février 2018, décide de refuser de mettre en œuvre un classement des candidats.

Université d’Évry
Lors de la réunion du 26 mars, le département de sociologie de l’université d’Evry a décidé de pas procéder "au classement des dossiers issus de Parcoursup. Ses membres ne siégeront pas dans les commissions d’examen".

Université de Lille

Conférence de presse jeudi 29 mars de la section Science politique

La section de science politique de l’Université de Lille a unanimement décidé de ne pas procéder au classement des dossiers de candidature [ni] de mettre en place de commission de classement des vœux ; 19 mars 2018.

Départements d’études romanes et slaves, UFR de SHS, deux sections, espagnol et japonais, ne classent pas les dossiers et ne paramètrent pas l’algorithme automatique de traitement des dossiers.

Départements de sociologie, anthropologie, sciences politiques : pas de classement des dossiers.

AG des enseignants-chercheurs de l’ISA (ex Lille1) décide le 19 mars 2018 de créer une commission et de lui donner mandat pour appliquer les deux critères suivants : a/la motivation des candidats est démontrée par leur choix de la formation sur ParcourSup ; b/ le baccalauréat vaut maîtrise des attendus nationaux.

Les sociologues de Pont de Bois et de l’IUT B (ex Lille3) décident le 25 mars 2018 de refuser de participer aux commissions de classement.

Université de Lorraine
Sur le site de Nancy, tous les départements de l’UFR SHS ont voté en conseil d’UFR que l’on mettrait "oui" à tous les dossiers déposés dans Parcoursup.

La fiche-navette de la DFOIP de TOUTE l’Université rend possible le non-classement (point VI)

A noter que si vous souhaitez appliquer ce paramétrage, il vous faut compléter le paragraphe si dessous et vous engager à accueillir tous les candidats potentiels. La donnée d’appel sera indiquée de manière à ce que TOUS les candidats voient un OUI (aucun ne sera « En attente (d’un Oui) »)

Université de Marne-la-Vallée
L’AG des enseignants de l’UFR SHS s’oppose au classement des dossiers dans ParcoursSup » : 1 contre, 3 absentions. Aucune commission n’a donc été formée.

Université de Nanterre
UFR Études anglophones Le département d’Études Anglophones "a décidé de ne pas donner mandat à la direction du département pour désigner les responsables d’un comité de recrutement et effectuer le paramétrage ParcourSup" (13 mars).

Le département de géographie et d’aménagement, réuni le 26 mars 2018, "a décidé que la commission d’examen des vœux prendra en compte comme critère de recrutement uniquement l’obtention du baccalauréat qui vaut maitrise des attendus et la formulation d’un vœu qui vaut motivation. Ces deux éléments vaudront avis favorable pour tous, à égalité".

Le département de sociologie décide "l’accueil de tous les candidats voulant s’inscrire en Licence de sociologie, le refus de procéder au classement des candidats prévu par le dispositif Parcoursup, et la mise à disposition des moyens nécessaires à la réussite des étudiants de Licence" (6 mars 2018, décision confirmée par un vote électronique du 21-25 mars 2018, 15 pour, 9 contre, 2 abstentions - 26 suffrages exprimés sur les 28 titulaires du département).

A la suite de sa réunion du 20 mars 2018, le département d’anthropologie s’est "résigné à un paramétrage minimal qui ne prenne en compte que deux critères : l’obtention du bac (valant maîtrise des acquis) et la formation demandée (démontrant la motivation)".

Université de Nantes
UFR Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie selon les (motions adoptées par les conseils de gestion et scientifique de l’UFR le 27 février 2018, ces départements "ne prendront pas part à la constitution de la commission soit-disant pédagogique pour les licences concernées et refusent de participer à ses travaux".
Tribune et pétition parue dans Ouest France

UFR de sociologie : vote d’une motion de refus de classement au niveau de l’UFR. Les dossiers seront peut-être classés par un membre de l’UFR opposé à ce refus…

>> Le 23 mars, « l’AG de l’UFR de sociologie a décidé de classer ex-æquo toutes les candidatures des lycéens »
Université de Paris 1

Les enseignants de l’UFR de géographie de l’Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne ont décidé de ne pas procéder au classement et à la sélection des dossiers qui lui seront communiqués dans le cadre de Parcoursup (vote par voie électronique, 20 Mars 2018)

Université de Paris 3
Le Département d’Études ibériques & latino-américaines de l’université Paris 3, réuni le 27 mars refuse de classer les dossiers (Motion)
Le Département d’Etudes ibériques & latino-américaines de l’université Paris 3, réuni en Assemblée générale le 27 mars 2018 pour examiner la situation créée par la mise en application de la loi ORE et du dispositif ParcourSup à l’échelle nationale comme dans l’établissement,
après en avoir débattu et pris connaissance des avis explicitement exprimés a priori par certain.e.s des collègues excusé.e.s à l’assemblée,

Considérant que :

  • le classement des dossiers des élèves de classes terminales demandant à s’inscrire à l’université constitue une sélection de fait et contrevient à la reconnaissance du baccalauréat comme premier grade universitaire de l’enseignement supérieur ;
  • les moyens alloués à l’établissement ne permettent pas l’accompagnement promis aux élèves qui mériteraient un aménagement de parcours ;
  • les formations proposées par le Département ne sauraient être considérées comme sélectives ni « en tension » ;
  • des doutes subsistent quant à la légalité de certains aspects du dispositif (fiche Avenir, logiciel d’« aide à la décision », caractère « discriminant » ou non de la prise en considération de certains éléments tels que les notes…) ;
  • nombre de dossiers, pour toute sorte de raisons, n’auront pas pu être rendus conformes par les aspirants à une formation de licence ;
  • les départements sont sous-informés, voire désinformés quant au traitement qui serait appliqué aux dossiers après qu’ils les auraient retournés (prise en compte de la sectorisation, des manifestations de « préférence » etc.) ;
  • l’« outil d’aide à la décision » demeure fort imparfait en ce que par exemple il ne prévoit pas de spécifier les langues étudiées et reste extrêmement lourd à paramétrer ;
  • au total, un examen loyal, éclairé et en finesse de tous les dossiers présentés (en l’occurrence 924) représente une tâche à laquelle le Département ne saurait faire face sérieusement ;

manifeste à l’unanimité son refus que soient classés les dossiers des élèves demandant pour la rentrée 2018 leur inscription en L1 dans l’une de ses deux formations LLCER espagnol et LLCER portugais.

Université de Paris-Est Créteil-Val-de-Marne
"Le Conseil d’Administration de l’UPEC a délibéré sur les conditions de mise en place de la loi ORE. En conséquence, pour ces filières [qui ne sont pas en tension], le Conseil d’Administration souhaite que les directions de département et d’UFR ne procèdent pas au classement des candidatures d’étudiants."

Université de Caen
Le département de LEA, qui envisage de refuser de classer les demandes et donc d’utiliser l’interface proposée, s’est vu répondre "en plaisantant" qu’alors la formation n’ouvrirait pas à la rentrée...

Université du Havre
Département de droit :- mercredi 28, le directeur de département a été informé du fonctionnement du logiciel, des conditions et critères possibles de la sélection ;
- hier, jeudi 29, une réunion du département de droit devait décider des critères de sélection, coefficients, etc. Nous avons été quelques-uns à protester contre la méthode empêchant une délibération réfléchie ; je n’ai pas réussi à faire voter sur le principe d’une non mise en application ; l’argument massue a été de dire que si on ne remplit pas les critères, aucun étudiant ne viendra.

Mais nous avons tout de même voté le principe que "le département de droit s’efforce de minimiser les effets sélectifs de parcousup" (je cite de mémoire). Et on a réussi à faire voter chaque critère. Petite guérilla de la réunion...

On est ensuite arrivé aux fameux critères : notes, avis, projet.

Sur les notes, ont été retenus les notes de beaucoup de matières enseignées au lycée. On a refusé de majorer les notes de français en bac général .Sur les notes, ont été retenus les notes de beaucoup de matières enseignées au lycée. On a refusé de majorer les notes de français en bac général et minorer les mêmes notes en bac techno/pro. Il a été décidé de mettre des coefficients à certaines matières ; mais certains ont argumenté que ça ne sert à rien si ensuite on fait une moyenne.

Sur les avis, on a évité que les avis des profs principaux soient écartés (la crainte que ceux de lycée pro soient trop favorables à leurs élèves pour intégrer le droit).
Sur le projet, a été décidé de favoriser les projets cohérents : lien bac général / filière droit.

Tout cela est maintenant dans les mains d’une commission dans laquelle siègent plusieurs EC. Ils devront respecter les critères mais ont la main aussi, si j’ai bien compris, pour faire un peu ce qu’ils veulent (ex. de ce que nous dit le directeur : remonter dans le classement un candidat dont on verrait que le dossier est, au fond, meilleur qu’un autre...).

Université Paris Descartes
UFR SHS, le département de sciences sociales "ne fera pas remonter de critères de classement et n’assumera pas la responsabilité de procéder au classement des candidatures. Il renvoie au rectorat la responsabilité et le soin de procéder à l’application de cette sélection." (vote du 7 mars 2018, 28 votes pour, 1 contre et 1 abstention).

UFR SHS, pour le département de Sciences de l’éducation idem.

UFR SHS, pour le Département de Sciences du langage, réuni le 20 mars 2018, "ne prendra pas la responsabilité de classer les candidatures des lycéens qui lui seront adressées dans le cadre du dispositif Parcoursup".

Ces trois départements ont adopté en conseil du 22 mars "les critères d’examen suivants pour les dossiers des candidats :

  • La motivation des candidats, démontrée par leur choix de la formation sur Parcoursup
  • Le baccalauréat, qui vaut maîtrise des attendus nationaux.

Les dossiers seront donc classés premiers ex-aequo".

Université de Paris 8

Département de sociologie : refus de trier les dossiers (voté le 14 mars 2018). refus de mettre en place une commission d’examen des dossiers de candidature en licence, et soutient la décision des responsables de formation de ne pas y participer. […] appelle la présidence de l’université de Paris 8 à refuser également toute sélection et à obtenir du rectorat que tous les candidats puissent être classés premier ex æquo.

Université de Rouen
UFR Sciences et techniques : (biologie, chimie et géologie, physique, mécanique, sciences pour l’ingénieur, EEA, sciences informatiques et mathématiques).

L’UFR écrit au président de l’Université le 12 mars pour l’informer qu’elle "n’effectuera pas de classement de dossiers d’étudiants pour ses filières qui ne sont pas en tension. […] les équipes pédagogiques de tous les départements de l’UFR ne participeront à aucune procédure de classement de dossiers". (vote en conseil de gestion, à l’unanimité)

Le département de philosophie s’associe pleinement à la démarche de refus de sélectionner les dossiers de lycéens, et soutient les départements qui subissent des pressions pour opérer cette sélection.

Le département d’Études Romanes refuse de classer les dossiers (15 mars)

Université de Rennes 2
Le département d’Anglais de l’Université Rennes 2, réuni en Assemblée Générale le jeudi 29 mars 2018 [refuse] de participer à l’examen des dossiers."

Sorbonne Université
L’UFR de Géographie et Aménagement […] refuse par un vote le 28 mars de classer les dossiers (28 pour, 6 contre, 3 abstentions) […] La direction de l’UFR approuvera l’ensemble des dossiers, considérés donc comme ex-aequo.

Université de Tours
Le département d’histoire et archéologie refuse de classer les dossiers des candidats.
tout comme le département de sociologie
tout comme l’UFR d’Art et de sciences humaines

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines
UFR des Sciences sociales, départements de sciences économiques, administration économique et sociale, sociologie, géographie : décision en AG de ne pas appliquer la procédure de sélection prévue par la loi ORE (19 février 2018).

Filière sociologie, modalités d’action choisies pour la sociologie, vendredi 23 février, avec possibilité de voter jusqu’au 24 février 18 h (vote électronique sur le refus de la loi ORE). La proposition était la suivante : "Conformément à la décision de l’AG de l’UFR des sciences sociales du 19 février de ne pas appliquer de procédure de sélection prévue par la loi ORE et compte tenu du fait qu’il est obligatoire de classer tous les candidats." La filière de sociologie a approuvé les décisions suivantes.1 refuser d’être nommé dans un jury d’admission et/ou en démissionner (pour les inclus / fonction) 2 renvoyer au rectorat le soin de procéder à l’application de la sélection. Demande au directeur d’UFR de prendre acte de cette décision et de la faire connaître à la direction de l’université.

UFR sciences sociales, vote en Conseil d’UFR le 12 03 2018 à l’unanimité d’un soutien au courrier fait par le directeur d’UFR à la présidence. "L’UFR de Sciences Sociales, réunie en Assemblée Générale lundi 19 Février, a décidé de ne pas procéder au classement des dossiers individuels qui lui seront communiqués dans le cadre de la procédure ParcourSup pour admission en licences d’AES, d’économie et gestion, de géographie et de sociologie. […] L’UFR de Sciences Sociales accueillera et formera donc dans un strict respect d’égalité et dans la limite de ses capacités tous les étudiants qui lui auront été adressés par le Rectorat de son Académie. Nous continuerons ainsi à agir dans l’esprit d’égalité et de service public qui nous a jusqu’à présent animés."

Université de Saint Étienne
Département d’Histoire : Refus de participer aux commissions

Université Paris 8
UFR Culture & Communication, Université Paris 8, voici le discours officiel : "Il n’y a pas d’ "algorithme » utilisé à l’UFR mais une étude des dossiers manuelle qui prend en compte les résultats, le parcours antérieur, la vie associative, sportive, la lettre de motivation et un essai" La réalité, on sélectionne depuis des années. 50 % des bacheliers candidats sont écartés.

Manifestations/ Rassemblements le 3 avril 2018

  • Paris : 13H30 Gare de l’ESt, Gare Saint Lazare (coordination parisienne de l’éducation, SUD et FO cheminots, intersyndicale finances publiques)
  • Lyon : 13H30 Rassemblement Gare Perrache (UD CGT 69 + intersyndicale cheminots) puis manifestation jusqu’au conseil général avec prise de parole (Cheminots, énergie, FAPT, Santé)
  • Caen : 12H Place de la Gare rassemblement revendicatif (UD FO + intersyndicale cheminots)
  • Dieppe : 17h Rassemblement esplanade de la Gare
  • Nantes : 15H30 Rassemblement devant la Mairie
  • Aubenas : 17h à la gare - rassemblement revendicatif (CGT, FO, SUD, FSU, CNT)
  • Marseille : 11H30 AG des cheminots puis rassemblement à la gare Saint Charles
  • Lille : 14H30 Rassemblement Parvis Gare Lille Flandre
  • Abbeville : 17h Gare d’Abbeville : rassemblement militant et citoyens pour défendre le pouvoir d’achat, des retraité.es, des actifs du public et du privé et défendre les services publics (CGT, Secteurs en luttes (EPHAD, Santé, écoles, Poste) Partis et associations)
  • Toulouse : 14h Gare Matabiau
  • Bordeaux : 10h30 Manifestation Place Victoire direction Gare Saint Jean
  • Montauban : Rencontre -débat à partir de 10H30 à la Gare (OS, jeunes et partis)
  • Rennes : 12H pique nique avec les cheminots, Mairie puis rassemblement 14h place de la république
  • Montpellier : 11h Fac de droit. 14H Gare de Montpellier

Appels d’autres secteurs

CGT Hôpital de Morlaix : Préavis de grève reconductible et illimité à compter du 3 avril
Appel de 18 organisations de jeunesse (Syndicales, associatives, politiques) à "faire grève et à se mobiliser par tous les moyens décidés collectivement"
CGT Marseille collecte des ordures, Préavis de grève reconductible et illimité à compter du 3 avril
Préavis RATP à partir du 3 avril, Fédération Commerce : après 1ère journée réussie, appel à rejoindre le 3 avril, Les postiers notamment le 92), l’énergie (baisse de production, coupures ciblées d’industriels, la collecte des déchets, Air France (prévision du maintien de 65% des vols, en moyenne) …..
Soutien de l’UGTT (Tunisie), et de la FSM aux cheminot.es.

Nous appelons à organiser des AG dans tous les établissements, la tournée des écoles, campus et services et soutenons les différentes actions pour mettre en débat les différentes modalités d’action dont la grève.
Rappel, un préavis a été déposé pour permettre de couvrir l’ensemble des personnels du 2 avril au 9 avril inclus.

Toutes les informations, tracts, actions sont à nous faire parvenir pour mutualisation et partage !

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition