La CGT des établissements d’enseignement supérieur et de recherche

Les Groupes de Travail SDRH en question

samedi 20 mai 2017

La CGT s’associe entièrement au message de la FSU concernant le SDRH (Schéma Directeur des Ressources Humaines), que ce soit sur les termes employés comme sur les conclusions qui y sont faites. La CGT estime par ailleurs que les Groupes de Travail doivent être des lieux d’échanges constructifs et de négociations.

Ils ne doivent pas servir de caution à la direction pour imposer ses décisions. Les organisations syndicales progressistes ne sont pas des faire-valoir de la gouvernance. C’est pourquoi nous nous interrogeons sur notre participation à tous les groupes de travail proposés par la direction, tant que cette dernière d’obstinera à prendre les syndicats pour des alibis démocratiques.

Sachant pertinemment ce qui allait se produire, depuis le début, la CGT a décidé de ne pas prendre part à cette mascarade.

Voici le courriel que nous avions envoyé le 7 février, en réponse à la demande de représentants CGT FERC Sup pour participer aux groupes de travail de la phase 2 du SDRH :

Bonjour,

La direction de l’université organise aujourd’hui des groupes de travail pour mettre en place la phase 2 du Schéma Directeur des Ressources Humaines (SDRH ou ORIGAMU 2), cela malgré l’avis du CHSCT en date du 2 février 2017 sur ce sujet

Avis CHSCT-2017-1/5 : SDRH

En reprenant le rapport d’expertise qui mentionne en particulier les conséquences des réorganisations successives sur la santé des personnels, le CHSCT se prononce pour que le schéma directeur RH fasse l’objet d’une étude d’impact en amont, avant tout déploiement

Il nous semble important de respecter les avis du CHSCT qui ont fait suite à l’expertise Cateis. Cette expertise pointait notamment qu’une accumulation de réorganisations a des conséquences importantes sur la santé des personnels, et le CHSCT demande en conséquence une étude d’impact en amont de la mise en place SDRH. Cette expertise a aussi mis à jour tous les problèmes qui ont fait suite à ORIGAMU. Nous avions déjà demandé à l’époque qu’une expertise soit faite en amont d’ORIGAMU car nous suspections des effets sur la santé et les conditions de travail des agents. Il est pour nous inenvisageable d’entamer une nouvelle réorganisation, à marche forcée, sans passer par cette étape d’expertise.

Il nous semble que la précipitation de ces réunions est en contradiction avec cet avis, en conséquence, nous n’y participerons pas.

Le syndicat CGT FercSup de l’université d’Aix-Marseille

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : (33) 01.55.827.628 - Fax : (33) 01.49.88.07.43 - Mél : ferc-sup@ferc.cgt.fr