Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Je me syndique à la CGT FERC Sup !

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Syndicats > Nord-Pas-de-Calais-Picardie > Université Lille

CGT - Université de Lille

Journal de la CGT Université de Lille n°41

lundi 22 novembre 2021

Sommaire :

Suite aux élections aux conseils centraux de l’EPEX, nous vous invitons à retrouver notre message de remerciement aux électeurs. Par ailleurs, nous vous informons que les personnalités extérieures du nouveau conseil d’administration seront élues ce mardi 23 novembre et que l’élection du Président aura lieu début décembre.

#NOUSTOUTES : stop aux violences sexistes et sexuelles

A l’occasion du 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, avec d’autres associations, la CGT appelle à manifester partout en France, pour dire STOP aux violences sexistes et sexuelles. Toutes celles et tous ceux qui veulent en finir avec les violences sexistes et sexuelles étaient invités à descendre dans la rue le week-end des 20 et 21 novembre dans toute la France. Ce sont environ 50000 personnes qui étaient à Paris samedi et 2000 à Lille ce dimanche.
Les mouvements féministes et leurs allié.es le rappellent depuis des décennies. Les violences sexistes et sexuelles sont massives. Elles concernent l’ensemble de la société. À quelques mois de la présidentielle, nous dirons notre détermination à faire de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles une vraie priorité gouvernementale. 
Depuis près de cinq ans, nous assistons de la part du gouvernement à des campagnes de communication et à des grands discours. Du côté des politiques publiques et des moyens financiers alloués à la lutte contre les violences, le compte n’y est pas. Du tout. Nous avons besoin d’hébergements, d’agents publics et de subventions pour les associations de terrain plus que de casques en réalité virtuelle. Nous avons besoin de lois contraignantes pour forcer les employeurs à agir contre les violences sexistes et sexuelles. 
Le prochain gouvernement doit passer à la vitesse supérieure et débloquer un milliard d’euros pour financer des politiques publiques qui touchent l’ensemble de la population. La société est prête à se mettre en mouvement contre les violences. Il manque la volonté politique et les moyens.
Chaque jour, dans notre pays, des femmes sont victimes de violences psychologiques, verbales, économiques, administratives, médicales, obstétricales et gynécologiques, physiques ou sexuelles. 
30 % des femmes sont victimes de harcèlement sexuel au travail. Une femme meurt tous les 2 jours assassinée par son compagnon ou son ex-compagnon. Qu’elles aient lieu à la maison, au travail ou dans la rue, les violences ne sont pas une fatalité. Jamais.

Non-renouvellements de CDD

Lors du CT du 14 octobre, la direction de l’université a présenté un tableau sur le non-renouvellement de CDD chez les personnels BIATSS. Une distinction a été effectuée entre les départs sur initiative personnelle et à l’initiative de l’université. Mais les raisons personnelles évoquées dans ce tableau ne sont pas forcément indépendantes des conditions de travail ou de risques psychosociaux. Peut-être serait-il nécessaire d’aller voir de plus près ce qu’il se passe là où de nombreux agents partent ?

Heures complémentaires

En 2018, un plafond d’heures complémentaires avait été défini pour l’ensemble de l’université. Ce plafond était alors défini à 192 heures TD pour l’ensemble des enseignants et enseignants chercheurs. Une dérogation était cependant possible. Nous avons appris que le nombre de dérogations accordées était de 382 pour l’année 2020-2021.
Lors du comité technique du 22 octobre, la direction a décidé de laisser le soin aux composantes de définir ce plafond, sous prétexte que les demandes de dérogations étaient chronophages. Nous rappelons que le service des enseignants et enseignants chercheurs est de la responsabilité du Président de l’Université. Nous sommes favorables à l’établissement d’un plafond d’heures complémentaires. Le plafond actuel soumis à dérogation représente déjà le doublement des obligations de service d’enseignement d’un enseignant-chercheur et la moitié de la charge d’un enseignant de statut second degré. Il nous semble déjà bien trop important pour les enseignants-chercheurs.
Et pour une question d’équité, ce plafond doit être le même sur l’ensemble de l’établissement.
Nous rappelons que s’il n’y a aucune obligation de réaliser des heures complémentaires. Le cumul d’heures complémentaires peut nuire à l’exercice des activités autres que celles d’enseignement comme à la santé du collègue. Il s’agit d’un pis-aller aux taux d’encadrement insuffisants ou/et à la non revalorisation des salaires à l’encontre du combat pour de meilleures conditions de travail, d’études et de rémunération.Dernier point, l’Université d’excellence vantée par la direction ne peut se passer d’une recherche de qualité qui est une nouvelle fois remise en cause par l’augmentation de la charge d’enseignement.

Compte-rendu CFVU du 21 octobre

Suite au décret tardif du 3 septembre 2021 autorisant les stages pendant les années de césure des étudiants... applicable dès cette année universitaire, la direction de l’Université a mis à jour sa lettre de cadrage concernant les césures. Ce qui pourrait paraître comme une simple nouvelle possibilité offerte à nos étudiants est en fait un non-sens : un stage, par définition, est partie intégrante d’une formation tandis que la césure est une interruption de cette formation. Un non-sens... sauf qu’il permet à l’employeur du stagiaire d’avoir un ’employé’ qui reçoit une gratification (donc bien moins qu’un salaire !), voire rien du tout (selon la durée du stage). La CGT est intervenue pour alerter sur les possibles dérives dans ce sens lors de la CFVU.

Pour la CGT FERC Sup, la LPR, c’est toujours NON !


Pour une analyse plus détaillée, nous vous invitons à visiter le site de la CGT FERC-Sup.

Complémentaire santé

A partir du 1er janvier 2022, 15 euros seront remboursés tous les mois pour votre complémentaire santé.

Pour une politique énergétique garantissant à toutes et tous un droit pour l’accès aux besoins fondamentaux

Face à la hausse des tarifs de l’énergie, la CGT rappelle que l’énergie est un produit de première nécessité et des tarifs doivent être adaptés aux moyens des usagers. Un accès minimum doit être garanti et financé par la solidarité alors que, en France, 12 millions de personnes sont en situation de précarité énergétique.
Retrouvez le constat et les moyens que nous proposons pour améliorer cette situation.

’Devoir d’obéissance’ du fonctionnaire

On nous parle régulièrement du devoir d’obéissance du fonctionnaire... pourtant, ce terme n’est jamais utilisé dans le Statut général des fonctionnaires. Bien sûr, cela ne signifie pas que chacun peut faire ce qu’il veut. Le Statut explique bien que le fonctionnaire ’doit se conformer aux instructions de son supérieur hiérarchique’, mais aussi que ’Tout fonctionnaire, quel que soit son rang dans la hiérarchie, est responsable de l’exécution des tâches qui lui sont confiées’ (c’est nous qui soulignons). 
Il s’agit ici de plus que des nuances : c’est toute la différence entre une vision du fonctionnaire ’simple exécutant’ et l’idée du ’fonctionnaire citoyen’ qui est à l’origine du Statut rédigé en 1983, à l’heure où le gouvernement veut remplacer le Statut général des fonctionnaires par un code de la fonction publique (cette modification n’est pas neutre, nous vous en reparlerons dans un prochain numéro).
Si vous souhaitez en savoir plus sur les questions ’d’obéissance’ (et également de désobéissance), nous pouvons vous conseiller la lecture du blog d’Anicet Le Pors (ministre de la fonction publique à l’époque de la rédaction du Statut).

Izly, la privatisation rampante des restos U

_Suite à l’article d’Olivier Chartrain paru dans le journal l’Humanité le mercredi 3 Novembre 2021, nous souhaitons rappeler que le choix de cette solution dans les CROUS est extrêmement problématique.
Ce mode de paiement sous-traité au groupe BPCE (Banque populaire-Caisse d’épargne) est quasiment imposé aux personnels et étudiants puisqu’il est de plus en plus difficile de payer les services de restauration par un autre moyen. Pour l’utiliser, il faut posséder une carte bleue, ce qui peut être rédhibitoire pour certaines personnes précaires ou pour des étudiants étrangers.
Il serait souhaitable de connaître le prix réel de la solution Izly. Combien le CROUS paye-t-il à son "partenaire" privé pour ce service ? C’est autant d’argent qui n’est plus investi dans un service public essentiel.

Situation des personnels dans les CROUS

Le 18 octobre dernier, la CGT appelait à un mouvement de grève dans les CROUS après avoir rendu son mandat au CHSCT. Comme nous en faisons tous le constat, La crise de la COVID 19 a eu des conséquences graves pour les personnels, en particulier sur le plan psychologique.
Les revendications et plaintes étaient nombreuses à l’occasion de cette journée de mobilisation : recrutement de personnels, surcharge de travail, revalorisations salariales, résorption de la précarité et amélioration du dialogue social.
La mobilisation a permis d’obtenir un rendez-vous au cabinet de la Ministre en présence de la Directrice du CNOUS. Une prime de 400€ suite à la COVID, des assouplissements permettant la titularisation de collègues et des améliorations pour les carrières ont été annoncés.
Voir le site de l’Union Nationale des syndicats CGT des CROUS.

Bienvenue à Valenciennes ?

Depuis septembre, le Syndicat Étudiant et Lycéen CGT Nord mène une bataille contre l’application des frais d’inscription différenciés pour les étudiants extra-communautaires à l’Université de valenciennes ( Université Polytechnique Hauts-de-France) mis en place par ’Bienvenue en France’.
Les nombreuses mobilisations ont permis l’exonération de 16 étudiants sur 52. La lutte continue. 

JP Nataf en concert

Faut-il encore présenter JP NATAF, chanteur, guitariste et compositeur du Groupe LES INNOCENTS, fondé en 1982 avec JC URBAIN ?
Tour à tour compositeur (Thiefaine, Eddy Mitchel, Jeanne Cherhal), acteur au théâtre (ah ! félix, ’imbécile’ avec Olivier LIBAUX) Jipé, chanteur des tubes ’Un homme extraordinaire’ ou ’L’ autre Finistère’, a aussi écrit deux sublimes albums solo ’Plus de sucre’ en 2004 et ’Clair’ en 2009.
Toujours aussi sensible à partager ses propres compositions, notre homme s’échappera de la tournée des INNOCENTS le temps d’une belle soirée esquelbecquoise !
_ L’ardéchois Nicolas PAUGAM traîne une réputation de doux dingue de la chanson française.
Chanteur dit tropicaliste, Nico tire son inspiration aussi bien du Jazz manouche que de la samba brésilienne. Mais l’énergie du rock n’est jamais bien loin à entendre les quelques titres de son prochain album ’padre padrone’ (à paraître en Novembre et bourré de tubes) .
Le single ’un homme heureux’ a d’ailleurs été enregistré avec un certain... JP NATAF !
_ Grâce au concours et au partenariat des associations LABEL GUIT’ART et LA JOLIE SCENE, la soirée avec les deux potes Nico PAUGAM et JP NATAF, et leurs guitares, s’annonce intimiste et belle ! Et en plus de s’offrir un concert bienfaisant pour un joli lâcher-prise artistique et culturel, chaque spectateur soutiendra la noble cause du TELETHON (1€ par billet sera reversé par l’association LABEL GUIT’ART à l’AFM TELETHON). N’hésitons donc plus un instant...!

JP NATAF (chanteur des INNOCENTS) en concert à ESQUELBECQ, le vendredi 3 décembre 2021 à 20h, espace culturel Devynck avec en première partie Nico PAUGAM. Concert organisé par LABEL GUIT’ART et LA JOLIE SCÈNE. Billetterie en ligne. https://www.weezevent.com/jp-nataf-solo-nico-paugam
Infos 06 30 73 27 85

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition