Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Je me syndique à la CGT FERC Sup !

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Syndicats > Provence-Alpes-Côte d’Azur > Université Aix-Marseille

Site web du syndicat CGT de l’université Aix-Marseille

Macron devant les présidents d’universités : il faut en finir avec la quasi-gratuité de l’enseignement supérieur !

mardi 18 janvier 2022

Macron veut en finir avec la quasi-gratuité de l’enseignement supérieur !

La CGT FERC Sup le répète régulièrement, la multiplication par 15 des droits d’inscription pour les étudiants étrangers non communautaires est le premier pas d’une augmentation massive des droits d’inscription pour tous.

Emmanuel Macron vient de le confirmer dans son discours devant la conférence des présidents d’universités, le 13 janvier 2022 :

"On ne pourra pas rester durablement dans un système où l’enseignement supérieur n’a aucun prix pour la quasi-totalité des étudiants".

Alors, faisons le point de ce qui est déjà en place :

  • Des masters à 5000 € l’année dans plusieurs universités françaises.
  • Des droits d’inscription entre 2770 et 3770 € par an pour les étudiants étrangers hors CE.
  • Une autonomie des universités qui a permis un sous-financement par l’Etat et la situation de quasi faillite de plusieurs universités (Loi LRU mise en place sous Valérie Pécresse lorsqu’elle était ministre de l’enseignement supérieur, sous Sarkozy).
  • Le point d’indice de la fonction publique qui n’a pas augmenté depuis 11 ans (à part +1,2% sous Hollande), soit une perte de 20% de notre pouvoir d’achat.
  • L’utilisation massive des primes pour diviser les personnels, mettre fin à l’adéquation entre revenu réel et qualification, limiter les cotisations versées à la Sécu et et aboutir à des pensions de retraites indigentes.
  • Le recrutement de fonctionnaires en berne alors que les personnels précaires représentent désormais environ 30% des effectifs totaux.
  • Le détricotage de la collégialité en donnant plus de responsabilités aux présidents d’universités dans la gestion des enseignants-chercheurs, au détriment du Conseil National des Universités.
  • La mise en place des CDDs de projet et des chaires de professeurs juniors.
  • La sélection à l’entrée à l’université avec Parcoursup, pour en finir avec le BAC comme droit d’entrée dans l’enseignement supérieur.
  • La sélection à l’entrée en Master pour aller vers toujours plus d’élitisme et de sélection sociale.

Et voyons ce que nous promettent Macron (dans son discours du 13 janvier) et les ultra-libéraux :

  • Plus de professionnalisation et de lien avec le monde de l’entreprise : "L’université doit d’abord préparer nos jeunes à exercer leur futur métier… En somme, elle doit devenir plus efficacement professionnalisante". "La logique de l’offre doit prendre le pas sur la logique de la demande".
  • Revoir la gouvernance, le financement et le recrutement : "Oui, nous devons aller vers plus d’autonomie en termes d’organisation, de financement, de ressources humaines".
  • Toujours plus d’élitisme : "plus d’excellence pour les universités".
  • Bref, des changements majeurs pour l’université : "Nous avons besoin d’une transformation systémique de nos universités".
  • Et des changements majeurs pour la recherche publique : la Cour des comptes, dans sa note du 21/10/2021, propose que les universités pourraient « disposer de la délégation de gestion pleine et entière de ces unités (les UMR). Dans cette optique, il serait souhaitable que les corps des chercheurs rattachés à ces unités soient également intégrés et fusionnent avec ceux des enseignants chercheurs, afin que l’université en devienne l’unique employeur [...]. Les organismes deviendraient, quant à eux, des agences de moyens, spécialisées dans les domaines qui les concernent, et leurs implantations régionales disparaîtraient, amenant ainsi d’importantes économies d’échelle sur l’ensemble du territoire. La perspective d’une fusion de ces organismes avec l’ANR pourrait, à terme, être étudiée ».

Certains diront peut-être que la France n’a plus les moyens de toutes ses largesses passées, que l’enseignement supérieur coûte trop cher et qu’il n’y a plus d’argent dans les caisses !

Juste un coup d’œil sur un rapport qu’Oxfam vient de publier :
En 19 mois de pandémie, les 5 plus grandes fortunes de France ont augmenté de 173 milliards d’€ ; elles ont doublé !!!
173 milliards d’€, ça en fait des inscriptions gratuites à l’université, des postes de fonctionnaires et des crédits de recherche.

Pour aller plus loin :

Lettre Ouverte à Frédérique Vidal contre la sélection à l’Université https://cgt.fercsup.net/les-dossiers/enseignement-superieur/article/lettre-ouverte-a-frederique-vidal-contre-la-selection-a-l-universite

Déclaration des élu-es et mandaté-es CGT au CNSER. La CGT ne veut pas de l’ESR de Macron ! https://cgt.fercsup.net/les-dossiers/les-instances/cneser/article/cneser-du-18-janvier-2022

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition