Menu ☰

Accueil > Syndicats > Provence-Alpes-Côte d’Azur > Université Aix-Marseille

vendredi 15 octobre 2021

Site web du syndicat CGT de l’université Aix-Marseille

Formation contre les violences sexistes et sexuelles - 25 novembre

A l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

La CGT FERC Sup de l’Université d’Aix-Marseille organise une journée de formation

« Lutter contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes »

Jeudi 25 novembre de 9h à 16h

Site Saint-Charles

(le lieu sera annoncé ultérieurement)

en partenariat avec

Cette formation s’adresse à l’ensemble des agents de l’Université d’Aix-Marseille
Demandes d’inscription à envoyer à : syndicat-cgt-bureau@univ-amu.fr
Date limite d’inscription : 22 octobre
Tout agent, syndiqué.e ou non, a droit à 12 jours d’absences par an pour formation syndicale, sans retenue de salaire.


Programme de la journée :

9h - 12h

Animé par l’antenne Aix-Marseille du Clasches

  • Lutter contre les violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur
  • Définition des différents types de violences sexistes et sexuelles
  • Ce que dit la loi
  • Les procédures
  • Lutter contre ces violences

13h30 - 16h : 2 ateliers non-mixtes

> Pour les femmes, atelier animé par ARCAF

L’atelier Aperçu Riposte est un temps de découverte de notre approche et de l’autodéfense pour femmes.
Il a pour objectif premier de donner envie aux femmes de participer à un stage Riposte.
Le but de l’autodéfense pour femmes est de s’encourager à riposter lors de harcèlements ou d’agressions, qu’elles soient physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles, par des proches ou des inconnus.

> Pour les hommes, atelier animé par rEGALons-nous !

Privilèges masculins et places d’alliés :

  • Prendre conscience de situations où, même inconsciemment, on véhicule des stéréotypes sexistes et/ou on impose une certaine forme de domination
  • Repérer où se situent nos privilèges en tant qu’hommes dans une société patriarcale
  • Réfléchir collectivement à la place d’« alliés » dans le combat contre le sexisme