Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Préavis de grève - 23 septembre - 1er octobre - 5 octobre 2021

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Syndicats > Occitanie > CGT-UT2J • Université Toulouse - Jean Jaurès

Les infos du syndicat CGT FERC Sup de l’Université Toulouse - Jean Jaurès.

20 avril 2009 - Situation à l’université Toulouse 2

mardi 21 avril 2009

Ce 20 avril 2009 : jour de rentrée.

Juste avant les vacances, les personnels en lutte avaient appelé à une AG de rentrée, le matin à 9h.
À 10h, le président avait convoqué par courriel, en fin de la semaine précédente, l’ensemble des personnels à une réunion.
À 12h30, les étudiants appelaient à une assemblée générale.
À 15H30, par un courriel envoyé le samedi précédent dans la journée, le président avait convié les organisations syndicales à une réunion pour faire le point sur la situation dans notre université (bloquée par les étudiants, y compris pendant les vacances).

Pendant tout le week end et toute la matinée, lorsqu’on se connectait au site de l’université on arrivait sur un communiqué "pleine page" du président de l’université qui appelait à la reprise des cours
Voir ce communiqué

Lors de l’AG des personnels, la volonté de poursuivre le mouvement était très clairement exprimée par les participants. Le principe de la grève a été voté quasiment à l’unanimité des présents (une centaine de personnes).

Pendant ce temps, le président faisait installer une sono dans "le patio" de l’université.
À 10h30, toute l’équipe présidentielle arrive dans l’amphi, fait mine de s’installer, puis sous le fallacieux prétexte de raisons de sécurité (trop de monde !!) le président annonçait que la réunion aurait lieu à l’extérieur, dans le patio. Là, sûr de ne pouvoir être pris à partie lors d’une séance de questions réponses, il prononce un discours où il dit apporter la vérité sur la réalité du mouvement en France et dans notre université en particulier. Il dénonce le blocage et appelle à la reprise. Puis, il cède la place en demandant au personnel de discuter, debout dans le froid et l’humidité.

Les personnels grévistes appellent à rejoindre l’AG en amphi. Là encore, la ferme volonté de ne pas céder au chantage et aux pressions de toutes natures est très clairement affirmée. Il est proposé de voter à nouveau la poursuite de la grève. La grève est reconduite avec une écrasante majorité par une assemblée quasiment triple de ce qu’elle était en début de matinée.
Alors que les dernières semaines avant les vacances pouvaient laisser supposez une éventuelle démobilisation, les vacances ont apporté une toute nouvelle vigueur au mouvement.
La grève a donc été reconduite jusqu’à la prochaine AG, le mercredi 22 avril.

L’assemblée générale des étudiants (plus 1500 personnes annoncées) a voté la grève jusqu’à mardi prochain, le 28 avril, à la quasi unanimité, et la poursuite des piquets de grève à une très large majorité.
Elle a également voté la validation du semestre, le reversement de la prime du président à un fond de solidarité étudiant et l’occupation de la salle du conseil de l’université dès la fin de l’AG.

Pendant ce temps, débutait dans la salle du conseil de l’université la réunion convoquée par le président où les représentants de syndicats découvraient qu’étaient également présents diverses associations [ réclamant le déblocage de l’université et les prélèvements sur salaire pour les grévistes ] ainsi que le groupe des non syndiqués d’une part et les directeurs d’UFR présentés comme faisant partie de l’équipe de direction d’autre part.

Les syndicats (CGT, FSU et SUD) ont alors contesté la tenue de cette réunion et déclaré leur volonté de quitter la salle. Après le départ des associations et des non syndiqués, un échange de quelques minutes a débuté lorsque la salle a été envahie et occupée par de très nombreux étudiants qui, au bout de quelques minutes de discussion ont "destitué" le président et informé qu’ils "prenaient le contrôle de l’université".

La Dépêche du jour (journal local) titrait ce matin : "Facs : les parents inquiets" (la Une en pièce jointe) et ce soir, France 3 Sud (présents à l’UTM toute la matinée) n’a pas montré une image de ce qui s’est passé ce matin, préférant un reportage de plusieurs minutes - anti-grévistes à l’appui - sur l’opération de communication organisée par la présidence de l’université Toulouse 3 - Paul Sabatier en direction des journalistes pour montrer que la reprise avait effectivement lieu après une remise en état des locaux (50 000 euros annoncés) pendant les vacances de printemps et la présentation de son opération CREDIT (Comité de Reprise des Enseignements pour des Diplômes Irréprochables à Toulouse) !!!
> Voir l’information sur Objectif News

Selon les médias le calme règne à nouveau à Toulouse.
Pourtant, à l’UTM, la lutte continue, avec détermination. Et obstination.

Télécharger le communiqué du 21 avril 2009
des étudiants et personnels en lutte, de la FERC-SUP CGT et de la FSU de l’UTM

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition