Menu ☰

Accueil > Syndicats > Normandie > Université et INSA Rouen

lundi 6 décembre 2021

Blog du syndicat CGT FERC SUP université & INSA Rouen

BUDGET 2022 DE L’UNIVERSITÉ DE ROUEN : LES ÉTUDIANTS ET LES PERSONNELS TOUJOURS VICTIMES DE L’AUSTÉRITÉ !

Communiqué intersyndical FSU CGT

Chères collègues, chers collègues,

Depuis de nombreuses années, l’université de Rouen Normandie souffre d’un sous-financement patent de la part de l’État.

L’augmentation de son budget sur plusieurs années est très loin de compenser la hausse continue des effectifs étudiants :

  • de 28781 à 31053 soit +8% en 3 ans alors que la ’subvention pour charges de service public n’a augmenté que de 3,4%’ sur la même période entre 2017 et 2020 ;
  • sur un temps plus long, la croissance des effectifs étudiants est de +18% de 2013 à 2020 (de 25194 à 29805) alors que les effectifs de personnels ont légèrement diminué sur cette même période de 7 ans, autour de 2300 ETP (équivalent temps plein). Cela signifie donc que depuis de nombreuses années, la dépense publique par étudiant est en baisse continue.

Face à cette situation, notre établissement ne cesse de réclamer un rééquilibrage des dotations qui sont très défavorables à certaines universités (l’université de Rouen se situe parmi les 3 dernières des universités pluri-disciplinaires avec santé). Cette année, le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a fait un ’geste’ en nous accordant, comme à quelques autres universités particulièrement mal dotées, une rallonge de 1,8 ME alors que le sous-financement relatif à la moyenne est de plus de 40 ME !

Les difficultés budgétaires à venir sont d’autant plus graves que les négociations concernant le Contrat de Plan État Région pour la Normandie sont particulièrement défavorables aux infrastructures de l’enseignement supérieur et la recherche dans notre région. À titre d’exemple, la construction d’une nouvelle bibliothèque universitaire à Mont-Saint-Aignan ne peut toujours pas être programmée sans compter les nombreux autres chantiers de rénovation qui devraient être prévus.

Dans ce contexte, l’adoption du budget 2022 pour l’université de Rouen qui doit avoir lieu lors du prochain conseil d’administration, vendredi 10 décembre, nécessite l’information des personnels et leur mobilisation pour faire remonter au rectorat et au ministère l’impasse dans laquelle se trouve notre université.

Pour illustrer cette impasse, la présidence de l’université envisage la limitation des capacités d’accueil en L1 dans les filières en tension (STAPS, droit, psycho, LEA ...) ; cette mesure, qui constituerait une véritable rupture par rapport aux pratiques jusqu’alors en vigueur à l’université de Rouen, aurait pour objectif de placer le rectorat et donc le ministère face à ses responsabilités puisque les ’places supplémentaires’ ouvertes par la ministre depuis 2 ans dans les universités ne sont financées qu’à hauteur du quart de leur coût réel.

Si un message politique doit être envoyé au rectorat sur l’ampleur de nos difficultés en terme de fonctionnement (échec massif pour les étudiant.es et conditions de travail de plus en plus difficiles pour les personnels), il serait préférable de le traduire par l’adoption d’un budget en déséquilibre qui s’appuie sur nos besoins réels et non sur les recettes scandaleusement insuffisantes attribuées par l’État.

Le rectorat refuserait alors cette proposition de budget ?

Certainement, mais au moins les responsabilités seraient clairement établies et on ne reporterait pas sur les étudiant.es les conséquences du sous-investissement de l’État ; une véritable discussion publique pourrait s’engager avec la tutelle sur le service public et ses missions et le désengagement de l’État.

Nous invitons les personnels de l’université à venir en discuter avec nous lors d’une AG mercredi 8 décembre à 12 heures 30, amphi 106 du bâtiment Satie, UFR SHS, campus de Mont-Saint-Aignan.

Un rassemblement devant le conseil d’administration, vendredi 10 décembre à 13 heures 45, pourra être envisagé à l’appel des organisations syndicales FSU et CGT et de leurs élu.es dans les conseils centraux.