Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Préavis de grève - 23 septembre - 1er octobre - 5 octobre 2021

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Syndicats > Nord-Pas-de-Calais-Picardie > Université Lille

CGT - Université de Lille

Journal de la CGT Université de Lille n°37

mercredi 9 juin 2021

Sommaire :

Édito

Les exécutifs des trois ex. universités lilloises s’accommodaient de la pénurie de médecins. Malgré le retard accru depuis la fusion, l’université de Lille dite d’ "excellence" fait pire : arrêtons la casse !
Avant la fusion, il aurait fallu deux médecins par université pour le travail de prévention. Trois ans plus tard, l’Université a licencié un médecin du travail en février 2021. Après un préavis de 4 mois, bye bye le médecin, sans aucune explication !
Ce qui ramène l’effectif de médecins à 1,5 ETP pour près de 7 000 personnels et à peine plus d’1 ETP pour les missions sur le terrain. L’université n’a jamais durablement dépassé deux médecins en exercice depuis la fusion, quatre autres médecins recrutés depuis janvier 2018 étant étrangement tous partis de gré ou de force . Ce turnover inédit n’amène pas notre Président de l’Université de Lille à reconsidérer ses choix d’organisation. Les alertes du CHSCT se succèdent, suivies d’un rappel récent aux obligations de l’employeur, par l’Inspection du Travail, après un Danger Grave et Imminent initié par la CGT. La stratégie de l’employeur est la même dans ce service et dans les autres : des choix autoritaires, des consignes descendantes, la transformation systématique de professionnels en purs exécutants de protocoles déshumanisants, avec une simulation de concertation, pour la galerie.
Ceci aboutit à détruire les équipes et à laisser le rouleau compresseur de la fusion, puis de l’EPE, avancer sans tenir compte des dégâts, en diluant les responsabilités des décideurs. L’exécutif ne pourra bientôt plus faire mine de s’étonner qu’aucun professionnel de santé ne veuille venir travailler dans son établissement « d’excellence ». C’est déjà largement le cas jusqu’ici.

Mobilisation unitaire contre le racisme et les idées d’extrême droite

De nombreuses organisations syndicales, associations, collectifs, médias ou encore organisations politiques ont décidé collectivement d’organiser le samedi 12 juin une première grande journée nationale de manifestation et de mobilisations, qui se déclinera localement, pour les libertés et contre contre les idées mortifères d’extrême droite.
Nous invitons toutes et tous nos collègues à participer à toutes les actions qui seront organisées localement ce jour-là pour faire de la journée du 12 juin le point de départ de la bataille pour éradiquer les idées de peur et de divisions pour ensemble, avec nos différences, donner des couleurs à notre avenir.

Pour les libertés et contre les idées d’extrême-droite, rendez-vous
Samedi 12 juin à 14h30
Porte de Paris à Lille


Voir le tract CGT en ligne.
Signer l’Appel pour les libertés, contre les idées d’extrême-droite.

Casser le thermomètre, pour ne plus parler de fièvre

Mais que se passe-t-il au sein du Service de médecine de prévention ?
Sont partis au fil du temps, depuis la fusion des trois ex. universités lilloises, l’équivalent de l’effectif actuel du service - certes insuffisant : quatre médecins, trois psychologues, trois infirmières et un agent administratif, sans compter quelques absences qui risquent de se prolonger si une solution n’est pas apportée très vite... La CGT comme de nombreux collègues s’inquiètent des annonces successives de recrutements, des confusions de catégories professionnelles par l’exécutif (par exemple ergonome = médecin), les départs et vraies ou fausses arrivées, se succèdent. Peu des professionnels récemment recrutés, et même anciens, semblent trouver leur place dans l’organisation dysfonctionnelle, systématiquement insuffisante, de ce service fusionné, où ils ne peuvent pas travailler correctement et où la concertation se fait... sans eux !
La CGT réclame à ce qu’une enquête soit menée par le CHSCT dans ce service, ce que refuse l’employeur qui se cache pour se dédouaner derrière un audit réalisé fin 2019 par la DGS, la DAPEQ, et la DRH dans le contexte de la fusion. La CGT, tout comme les autres représentants des personnels au CHSCT, a pris connaissance d’un document transmis par la DRH en mai 2021, soit un an et demi après l’audit ! Ce document intitulé "Analyse entretiens Pôle Santé Travail et actions", datant du 29/01/2020 faisait suite, d’une part à des tensions / difficultés remontées par certains agents du Pôle Santé Travail, et une demande d’accompagnement du Docteur coordinateur confronté lui aussi à des difficultés dans l’exercice de sa mission de coordination, compte tenu notamment de perception différentes de l’exercice du métier. Le pôle santé travail était composé en décembre 2019, de 14 personnes dont 4 médecins (dont 1 médecin coordonnateur), 4 infirmières, 3 secrétaires médicales, 1 assistante administrative et 1 ergonome. Le document liste des pistes de recommandations.
Notre employeur refusant que le CHSCT puisse faire une enquête dans le service de santé au travail, et en l’absence d’explications, la CGT vient d’effectuer un signalement au Procureur de la République.

CHSCT du 27 mai 2021

Avis du CHSCT
Les représentants des personnels au CHSCT ont voté les avis suivants et appelé l’employeur à prendre des actions immédiates :

- Un avis sur les carences de l’employeur sur l’organisation du service de santé au travail
"Le CHSCT de l’Université de Lille constate qu’en dépit de différents avis adoptés depuis la création de notre établissement le 1er janvier 2018 (cf entre autres 12/7/2018, 27/6/2019, 4/5/2020, 25/11/2020 et 19/3/2021 en annexe 1), et malgré les engagements annoncés au cours de la séance du 18 octobre 2018 (cf extrait de séance en annexe 2) l’employeur n’a toujours pas pris les mesures nécessaires afin de se doter d’un service de santé au travail permettant d’assurer les fonctions prévues à l’article 10 du décret n° 82-453 : « Le service de médecine de prévention a pour rôle de prévenir toute altération de la santé des agents du fait de leur travail. Il conduit les actions de santé au travail, dans le but de préserver la santé physique et mentale des travailleurs tout au long de leur parcours professionnel. »
Retrouvez l’intégralité de l’avis ici.

- Un avis sur le compte-rendu de la visite du CHSCT au département des arts de
la faculté des humanités
"Le CHSCT acte que la délégation de visite a relevé au département des arts de la faculté des humanités une situation de lourde charge de travail, accrue par la nécessité de recourir à des chargés d’enseignement vacataires, tant du côté de l’équipe administrative que des enseignants. Elle a paru encore s’aggraver avec la modification des procédures de gestion des formations et des étudiants ayant accompagné la fusion, ainsi qu’avec le renouvellement de l’offre de formation.
Ces éléments devraient être pris en considération dans les travaux en cours concernant la mise en place de la subsidiarité.
En finir avec les tensions entre les enseignants, le défaut d’implication dans le collectif de certains d’entre eux, exige l’établissement de règles de coopération instaurant que chaque professionnel est reconnu et considéré dans son rôle et ses missions propres et soutenu par l’institution. Il y va, et toutes les personnes rencontrées en sont conscientes, de la qualité du service rendu aux étudiants".

- Un avis sur les saisines du CHSCT par la cellule signalement
"En amont de la séance programmée le 15 avril, il a été mis à la disposition du CHSCT deux « fiches de synthèse » établissant les conclusions de la cellule signalement saisie par des agents de l’IUT A et de la FSES. Faute de temps, le traitement de ce point a été reporté à la séance du 27 mai.
En complément et concernant la situation à la FSES, le CHSCT a été destinataire d’une série de documents illustrant la situation de « comportement harcelant », selon les termes du document de saisine établi lors de l’instruction du signalement.
Le CHSCT acte cette saisine, mais il renvoie l’employeur à l’exercice de sa responsabilité. Il ne voit pas en quoi il serait nécessaire de déléguer une visite dans les deux unités. Il juge en effet qu’il revient à la direction de l’université de décider des modalités de règlement des problèmes ayant motivé le protocole de signalement (enquête administrative, entretien de recadrage, …) : il y va de ses obligations de prévention, ici tertiaire mais aussi de ses devoirs de réparation envers les agents. Le CHSCT déplore sur ce dernier point que ces problèmes ne sont pas encore traités et puissent être à l’origine de départs ou de mobilités des personnels victimes des agissements signalés et il rappelle que l’action en prévention primaire est déterminante pour le bien- être et l’assurance des conditions de travail à même de préserver leur santé et d’exercer en confiance leurs missions".

- Un avis sur le schéma directeur pluriannuel handicap 2022-2025
"Le Chsct de l’Université de Lille se satisfait que la plupart des recommandations émises lors de la présentation du projet de schéma directeur pluriannuel handicap (Sdph) en juin ait été retenue pour cette nouvelle version (Sdph 2022-2025).
Il remercie les collègues pour le travail important qui a été fourni notamment pour la création des divers indicateurs indispensables à la mise en place d’une politique efficace.
Toutefois, le Chsct appelle à la vigilance concernant les nécessités de :
- Conforter, amender et annualiser les divers indicateurs
- Gérer la « politique handicap » de façon transversale (Etudiants, Ressources humaines, Recherche, Patrimoine, Politique, …)
- Déployer rapidement les registres d’accessibilité et leur procédure d’analyse
- Faire un bilan d’étape
Le CHSCT demande que lui soit présenté, d’ici la fin de l’année, un échéancier de la mise en place des registres d’accessibilité et que le Sdph fasse l’objet d’un bilan annuel qui lui sera présenté".
Retrouvez l’intégralité de l’avis ici.

Conseiller de prévention de l’Université de Lille
Le Conseiller de prévention de l’Université signale que tout agent peut lui faire remonter toute entrée par mail (dir-prevention-risques@univ-lille.fr). Aussi, si vous n’avez pas accès à un registre santé et sécurité au travail (SST) sur votre lieu de travail, si vous êtes en télétravail ou si vous ne souhaitez volontairement pas faire figurer votre entrée dans le registre SST de votre lieu d’exercice, la CGT invite chaque agent à écrire à l’assistant de prévention pour lui signaler un événement (équipement détérioré ou absent empêchant de faire correctement son travail, agressions verbales ou physiques, poste non remplacé dans un service engendrant une surcharge de travail...).

Reconnaissance maladie professionnelle
Des collègues déposent chaque année des dossiers de reconnaissance de maladie professionnelle dont certaines ont été reconnues au sein de l’Université de Lille comme le syndrome du canal carpien ou syndrome d’épuisement professionnel. Les collègues doivent déposer un "Dossier de déclaration de maladie professionnelle" accessible sur l’intranet de l’Université de Lille en se rendant sur la rubrique Relations-humaines - puis- Dossiers de santé au travail- puis- Maladie professionnelle
La Direction des ressources humaines a signalé que la procédure est longue, l’Université de Lille devant recueillir l’avis de la Commission de Réforme pour l’imputabilité de la maladie professionnelle.

Amiante
L’employeur nous informe que le changement des châssis des fenêtres sur Pont-de-Bois durera plusieurs années.

Votre CDD est-il renouvelé pour 3 ans ?

Suite au groupe de travail du Comité technique de l’Université de Lille, la CGT a porté la demande de passer les contractuels à des contrats de 3 ans à partir du 1er septembre 2021. L’Université l’a appliqué pour les collègues contractuels sur missions permanentes. La procédure est la suivante : un coupon de réponse relatif au renouvellement du contrat pour une période de 3 ans a été envoyé à chaque agent concerné qui a 8 jours à compter de la réception, pour donner son accord ou son refus à cette proposition. Nous saluons les collègues qui nous ont écrits pour nous remercier et actons cette avancée pour les travailleurs de l’Université.

Dernière minute pour l’ensemble des agents en CDD :
Nous apprenons que des collègues ne seront pas renouvelés au 31 août 2021 alors qu’ils sont parfois recrutés sur des fonctions pérennes. La direction n’avance aucun motif sérieux hormis, parfois, "un manque de savoir-être".

Droit de grève

Suite à l’alerte d’un personnel de l’Université, sur la demande de sa responsable administrative de se déclarer gréviste, nous rappelons à l’ensemble du personnel qu’il est de la responsabilité de l’université de recenser les agents en grève. Ainsi, il ne peut être demandé a posteriori à un agent s’il a fait grève. Ne répondez pas au message vous invitant à savoir si vous avez fait grève ou pas.

L’EPE recueille encore un avis défavorable

Les statuts de l’établissement expérimental "Université de Lille 2022", après avoir été rejetés par le CT, le CHSCT, le Conseil Académique à L’université de Lille, par l’École Centrale, par le CA de l’ENSAPL avant un étrange second vote, ont été présentés au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) cette semaine.
Évidemment, le CNESER a rendu un avis négatif par 26 voix contre 5. En 2017, cette instance s’était prononcée pour la fusion (15 pour, 2 abstentions et 10 contre).
Cet avis étant consultatif, il ne fait aucun doute que, après le mépris du Président Camart, Madame la Ministre Vidal fera paraître cet été le décret de création de l’EPE.

Bibliothèques - mutations 2021

Les résultats « individuels » des mouvements (mutations, intégrations- réintégrations, mises à disposition, détachements) 2021 pour les personnels des bibliothèques commencent à être mis en ligne sur Poppée (avec vos identifiants) : https://mvtbib.adc.education.fr/mvtbib/servlet/mvtbib.Centrale
Le droit à la mobilité remis en cause
Le droit à la mobilité est une des bases du statut des fonctionnaires, il s’agit d’une garantie fondamentale de leur carrière. Ce droit est remis en cause depuis plusieurs années par des pratiques inacceptables de certains établissements rendues possibles par la LRU, le passage aux RCE, le regroupement des établissements dans l’ESR, les recrutements locaux, le gel des postes, le recours accru aux personnels contractuels, le profilage des postes y compris pour les catégories A et B, la mise en place du RIFSEEP, etc.
Cette année encore, le nombre de postes ouverts au mouvement national reste très insuffisant ! Et se tarit d’année en année. Obtenir une mutation est devenu un véritable parcours du combattant et s’apparente plus à un entretien d’embauche qu’à un droit.
Et pour couronner le tout, avec la loi dite de transformation de la fonction publique, les CAPN ne sont plus compétentes en matière de mobilité. Bien qu’encadré par les LDG, l’arbitraire des établissements est quasi-total. Comment faire respecter les priorités légales ? Qui alertera quand il devient vital d’extraire un∙e collègue d’un environnement toxique ? Qui défendra les collègues frappés d’avis défavorables, fallacieusement motivés, mais parfaitement injustifiés ?
Aujourd’hui, quelles sont les perspectives de carrière pour les personnels des bibliothèques ? Les chances d’obtenir de l’avancement, une promotion, une mutation, un concours par voie interne sont quasi nulles ! Face à l’arbitraire et au manque de transparence, il est donc indispensable que vous nous fassiez remonter tout problème, le non-respect des priorités légales, le profilage de poste non réglementaire, les avis défavorables non justifiés, etc. Nous serons à vos côtés pour signaler aux ministères les dysfonctionnements et pour les éventuels recours.

Primes exorbitantes à l’Université de Lille ?

Un élu CGT au Conseil d’Administration a demandé au Président de l’Université de lui fournir les documents relatifs aux primes accordées aux emplois fonctionnels (hauts cadres de l’établissement). En effet, dans le cadre du RIFSEEP, la prime intitulée IFSE est attachée au poste et non à la personne.
Comme il existe une cartographie des postes pour les personnels BIATSS, on imagine qu’un tel travail de transparence a été fait pour ces cadres. Mais le Président refuse de nous fournir ces documents et se cachant derrière une demande effectuée par la Commission d’accès aux documents administratifs. En l’occurrence, il ne nous a transmis ni la demande qu’il a effectuée, ni la réponse de la CADA.
La CGT pense qu’il y a anguille sous roche, puisque, à l’ENS Lyon, le Président avait transmis l’ensemble des documents, évidemment anonymisés puisque ces informations dépendent du poste et non de la personne qui l’occupe.
Pour votre information le plafond de l’IFSE (indemnité de fonctions, de sujétions et d’expertise ) est de 40000€ annuels quand il varie de 2760€ pour un agent titulaire de catégorie C classé C2, à 12000€ pour un agent de catégorie A classé A1.
De là à imaginer que ce plafond exorbitant est utilisé pour des hauts cadres de l’université... nous ne l’affirmons pas mais nous ne pouvons pas vous prouver le contraire !

Israël - Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS)

Par l’association France Palestine Solidarité
En 2005, 172 organisations de la société palestinienne lançaient un appel à une campagne de Boycott, Désinvestissement et de Sanctions contre Israël visant à contraindre cet Etat à respecter le droit international. L’appel fixe trois objectifs à la campagne : la fin de l’occupation et de la colonisation de la Palestine, l’égalité des droits pour les Palestiniens d’Israël et l’application du droit au retour pour les réfugiés.
L’AFPS a souscrit à cet appel et s’inscrit pleinement dans cette campagne. Son souci est de développer en France une campagne qui soit la plus large possible, afin en particulier de peser sur la politique du gouvernement, pour qu’il s’engage sur la voie de la fermeté et des sanctions vis-à-vis d’Israël. C’est pourquoi, elle choisit ses cibles avec le souci d’être compris, de rassembler et d’obtenir des résultats. Celles-ci se déclinent selon les trois volets de la façon suivante :

Boycott
C’est le moyen pour les citoyens d’agir directement dans la campagne. Sur le plan économique, l’AFPS milite pour l’arrêt de l’importation des produits des colonies israéliennes. Contrairement à la réglementation européenne, Israël camoufle l’origine des produits des colonies en les présentant comme des produits de son territoire. Dans le doute, l’AFPS appelle à boycotter tous les produits étiquetés « Israël ».
Par ailleurs, le boycott des institutions israéliennes universitaires culturelles et sportives est mis en œuvre au cas par cas, avec le souci d’être compris.

Désinvestissement
Il s’agit d’obtenir l’arrêt de la collaboration d’entreprises françaises à la colonisation et à l’occupation de la Palestine. Ce volet se décline principalement en deux campagnes menées avec des partenaires associatifs et syndicaux :
Une campagne pour que quatre banques françaises et une compagnie d’assurances se désengagent des banques israéliennes, qui jouent un rôle essentiel dans la colonisation,
Une campagne pour que des entreprises françaises se retirent d’un projet d’extension du tramway de Jérusalem qui vise à renforcer la colonisation dans la partie Est, la partie palestinienne.
Par ailleurs, l’AFPS participe à une campagne pour que l’équipementier sportif PUMA retire son soutien à la Fédération Israélienne de Football, qui accepte en son sein plusieurs clubs des colonies.

Sanctions
Les États, et en particulier la France et l’Union Européenne, doivent prendre des sanctions contre Israël tant que cet État ne se conforme pas au droit international.

Exemple de la société Hewlett Packard (HP)
Hewlett Packard (HP) est le fournisseur exclusif d’ordinateurs de l’armée israélienne depuis plus d’une décennie.
HP fournit des serveurs au Aviv System, système informatisé de l’Autorité israélienne de la Population et de l’Immigration, dans lequel se trouve la base de données Yesha qui contient des informations sur les citoyens israéliens qui vivent dans les colonies illégales israéliennes en Cisjordanie palestinienne occupée. L’Autorité de la Population et de l’Immigration met en place un système de législation et de politique à trois niveaux, sur la citoyenneté, la résidence, le regroupement familial, la naturalisation et les cartes d’identité, qui privilégie la population juive, y compris celle des colonies illégales, tout en discriminant systématiquement la population autochtone palestinienne d’Israël, ainsi que dans Jérusalem Est occupée, annexée par Israël.
Ce statut de sous-citoyens prive les Palestiniens d’Israël de droits civils et politiques pleins et égaux en Israël, ainsi que d’un accès égal au logement, à l’emploi, à la santé et à l’éducation.
Avec son soutien à ce système institutionnalisé de discrimination raciale, HP permet et profite de la politique d’apartheid d’Israël.
HP entretient et profite également de l’infrastructure informatique du système carcéral israélien, qui contient 4700 prisonnier·es politiques palestiniens, dont de nombreux·ses enfants.
L’un des plus récents détenu·es politiques d’Israël était Mahmoud Nawajaa, un défenseur des droits humains et coordinateur du BDS qui a été arrêté par les forces d’occupation israéliennes le 30 juillet 2020. Déclaré prisonnier d’opinion par Amnesty International, il a été détenu par l’armée israélienne sans inculpation pour 19 jours, soumis à des mauvais traitements et s’est vu refuser l’accès à un avocat pendant 15 jours, avant d’être finalement libéré en raison de la pression internationale.
Les entreprises HP profitent de tous les aspects de l’apartheid israélien. Leur rôle est similaire à la complicité de Polaroid avec l’Afrique du Sud pendant l’apartheid. Polaroid a produit des photographies pour les tristement célèbres livrets que les Sud-Africain·es noirs devaient porter, ce qui leur refusait la liberté de mouvement. HP est le « Polaroid de notre temps ».
Le moyen le plus efficace de contrer l’apartheid israélien et son colonialisme est de mener des campagnes ciblées de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS). HP est complice des crimes d’Israël contre le peuple palestinien et doit être tenu pour responsable.
La campagne mondiale Boycott HP s’intensifie : des églises se sont désengagées de HP. Des syndicats, des groupes de solidarité et des organisations étudiantes ont rejoint la campagne et la vulgarisent dans leurs régions respectives. Le conseil municipal de Dublin a voté en 2018 pour mettre fin à tous ses contrats avec les entreprises de marque HP.

Poésie

Balade du bord de mer

I.O.D.E. Quelques lettres prononcées au coucher du soleil sur une plage asséchée.
En phase avec la puissance cosmique, mon être se nourrit et se concentre.
Pour saisir ce mantra, il m’aura suffi de respirer à plein l’air du bord de mer, son humidité, la salinité mais aussi son... iode.
ODE, à la nature qui se diffuse partout en moi.

Le sable m’enchante.
Il doit regorger de forces telluriques, tant son contact m’est nécessaire. J’en croque un peu.
Il glisse partout sur ma peau et enroule en un instant tout mon corps.
Ses grains arrondis finissent par picorer mes pieds.

Abandonnant peu à peu une réalité, je sens, je perçois, j’imagine que je deviens plus que
moi-même. Ces énergies accumulées m’auront transformé et fait découvrir un autre monde plus vaste encore.
Rassasié. Sommeil.

Bord de mer, bord de plage, bord de l’être. Gagner la pleine mer, c’est se disperser.
Pour certains, l’aventure c’est l’océan, pour d’autres, c’est de découvrir un autre rivage.
Pour moi, c’est surtout rester dans cet entre-deux. Mi-humain, mi-poisson.
Être au bord de mer, c’est être au plus proche de soi-même.

J’ai toujours été subjugué par ces crêtes d’eau salées. Masses toujours en mouvement, toujours altérées. Tourbillons bruyants.
Hypnotisé, agenouillé.
Quand je rouvre les yeux, l’aube m’a éveillé à un nouveau monde. Le bruit du ressac s’estompe.
Derrière moi, torpeur de dunes, couvertes d’oyats, ainsi, figées pour toujours.
Ces formes abstraites de la mélancolie m’apaisent.

Soudain, des parasols transpercent ces lieux si généreux. Une lourde rafale de vent me fait baisser la tête.
Partir.
Avant de rejoindre la ville, je jette un dernier regard sur tout ce bois flotté, larmes des tempêtes.

Parvenu à la digue, je les vois simples débris.
Mais l’instant d’après, sous la pression de cris aigus, ils se sont transformés, en épées paladines revêtues de pouvoirs démesurés.
Sourires.

Jeux d’enfants. Jeux sacrés.
PX, 2021

Nb : Mantra : formule sacrée dotée d’un pouvoir spirituel.

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition