Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Je me syndique à la CGT FERC Sup !

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Syndicats > Île de France > Université Paris 8 • Vincennes-Saint-Denis > Paris 8 • Communiqués 2021-2022

Communiqués de la CGT FERC Sup Paris 8 (année 2021-2022).

Paris 8 • La tête dans le sable ?

jeudi 21 avril 2022

Mettre la tête dans le sable ?

Les étudiant·es, comme les personnels dans leur ensemble, ont d’excellentes raisons de vouloir débattre démocratiquement tant de la situation politique actuelle que des nombreux problèmes qu’ils et elles affrontent au quotidien (conditions de travail et d’études lamentables, manque de démocratie dans le fonctionnement des établissements, régime indemnitaire des BIATOSS et des enseignant·es-chercheur·es, etc.).
Mais désormais, débattre à l’université nous est interdit !

Un mail "allP8" de l’équipe présidentielle nous informe de la fermeture de l’université durant toute cette semaine, alors même que sont prévus des examens, des séances de bilan, des intensifs de S2… « Basculez en visioconférence ou bien en télétravail », sans aucun cadre et en toute illégalité, voilà ce qui n’est pas encore dit mais qui nous attend !
C’est à la suite d’un « échange avec le Conseil des Composantes » que cette décision a été prise. 11 directions d’UFR décideraient donc pour 33 départements ? Qui a demandé leur avis aux Responsables de Diplômes de nos formations ? Personne !
La démocratie est bafouée depuis bien trop longtemps à Paris 8.

Alors même que les conditions de travail de tous et toutes vont se détériorant, les salaires stagnent quand ils ne baissent pas par rapport au coût de la vie ; la politique indemnitaire des BIATOSS n’est nullement satisfaisante tandis que le RIP EC [1] entraîne les enseignant·es-chercheur·es à la concurrence généralisée. Alors que les contractuel·les attendent de sortir de la précarité en bénéficiant (au moins) de primes équivalentes à celles des titulaires, le plafond des primes des VP fonctionnels a été relevé de 5000 à 6000 euros tandis que celui des charges de mission passe de 3000 à 4000 euros ! Leurs lettres de mission et leurs rapports d’activité (s’ils existent) ne sont pas rendus publiques au prétexte qu’il faudrait les anonymiser.
Est-ce si difficile à mettre en œuvre ?

D’un côté, les VP statutaires bénéficient d’une décharge totale d’enseignement et deux VP fonctionnels seulement pourraient en bénéficier, tous les autres étant tenu·es à un minimum de 96 heures ETD d’enseignement obligatoire. De l’autre, les néo-MCF sont censé·es percevoir un financement de 10 000 euros [2]… Le MESR augmente les primes (payées en heures complémentaires) plutôt que les salaires et freine l’octroi de décharges en temps alors même que « la bataille du temps » est au cœur des revendications des collègues enseignant·es.
Quand les directions d’établissements sont en proie aux effets d’annonce d’un MESR incapable de tenir ses promesses tout en rendant complètement illisibles ses propres critères [3] ; quand ce même MESR ne prend même pas la peine de répondre aux questions de nos gestionnaires locaux : devons-nous continuer à nous coucher devant cette « tutelle » ?

Relevons la tête, cette politique doit cesser !

Par contre, pour l’idiotie le MESR fait la course en tête. Voilà qu’il a été demandé au Comité Technique de donner un avis sur la création du CSA (Conseil Social d’Administration) alors que la loi qui l’instaure a déjà été votée ! Supprimer le CHSCT pour le réduire à une « formation spécialisée » censée se réunir une fois par an… Cette nouvelle formation, qui entérine la disparition des CHSCT, a été considérée par les organisations syndicales comme contraire aux intérêts de celles et ceux qui travaillent à l’université, le Comité technique a donc voté contre.

Lors de ce même Comité technique, la CGT FERC Sup et les autres organisations syndicales y siégeant ont soulevé le problème crucial du manque de médecins sur Paris 8. Un médecin étranger titulaire d’un DU en médecine du travail serait candidat mais désormais il faut attendre l’accord du Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM) qui, semble-t-il a d’autres choses à faire que de répondre à Paris 8 ! Faudra-t-il s’adresser à la presse pour que ce dossier avance enfin et que les personnels et les étudiant·es puissent bénéficier d’un service médical à la hauteur des problèmes de santé au travail qu’ils et elles affrontent ?

Registres SST papier absents des lieux où leur présence est obligatoire, absence de réponses à des signalements sur ces registres, manque de cartographie des agent·es de prévention, évaluation des risques sociaux-organisationnels (appelés aussi "Risques Psycho-Sociaux" – RPS) en panne sèche… La santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses de l’université ne se négocie pas ! La CGT FERC Sup exige que la loi soit respectée par l’employeur ! C’est ainsi que l’intervention de la CGT FERC Sup a entraîné le retrait des caméras de surveillance illégalement mises en place dans l’Espace Jean Méhat.

Les personnels font leur travail du mieux qu’ils et elles le peuvent. Les contextes difficiles de la crise sanitaire ou de l’entre-deux tours ne sauraient entraîner des entorses à la loi : le télétravail des personnels BIATOSS, souvent destructeur du souci collectif, doit s’appuyer obligatoirement sur le volontariat et le statut des enseignant·es-chercheur·es les protège de toute tentative de leur imposer le travail en « distanciel » alors même qu’ils et elles ne l’ont pas choisi. Sur ces sujets comme sur d’autres, la CGT FERC Sup restera vigilante.

Démocratie bafouée, liberté de se réunir et de débattre empêchée, guerre sociale à tous les étages, manquements trop nombreux en ce qui concerne la santé au travail, précarité exponentielle, obéissance servile aux injonctions ministérielles…

La CGT FERC Sup Paris 8 ne laissera pas faire !

Nous appellerons tous les collègues à une assemblée générale des personnels dès le retour des congés de printemps.

La CGT FERC Sup Université Paris 8, le jeudi 21 avril 2022.


[1Rest In Peace… les enseignant·es-chercheur·es !

[2Communiqué du conseil des ministres du 22 juillet 2020 : "les jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs nouvellement intégrés dans leurs corps bénéficieront d’un accompagnement de 10 000 euros afin de soutenir leurs recherches." https://www.legifrance.gouv.fr/dossierlegislatif/JORFDOLE000042137953/

[3Clés de répartition des primes octroyées ou pondération par disciplines.

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition