Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Je me syndique à la CGT FERC Sup !

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Syndicats > Île de France > Bibliothèque universitaires des langues et civilisations (la (...)

Page web de la CGT FERC Sup de la BULAC

Où va la Bibliothèque des Langues Orientales ?

jeudi 12 juin 2008

Où va la Bibliothèque des Langues Orientales ?
Depuis 4 ans, la Bibliothèque InterUniversitaire des Langues Orientales (BIULO) prépare son déménagement
pour un nouveau bâtiment rue des Grands Moulins-rue du Chevaleret, où ses collections seraient fusionnées à
celles d’autres bibliothèques de recherche sur les mêmes aires culturelles (EHESS, EFEO, INSTITUT
D’ETUDES SLAVES, INSTITUT D’ETUDES IRANIENNES ...) pour constituer la Bibliothèque
Universitaire des Langues et Civilisations (BULAC). Un Groupement d’Intérêt Public (GIP) associant les
tutelles des bibliothèques pressenties a été constitué en 2003 et une équipe de projet chargée d’organiser
l’opération.
Ce projet a été accueilli avec enthousiasme par le personnel de la BIULO qui demandait depuis longtemps

• des locaux permettant le déploiement des riches collections dans un même lieu, augmentant le nombre des
places de lecture et offrant des services (consultation de matériel audio, places cablées, wi-fi, ressources
en ligne) dignes d’une bibliothèque de recherche d’aujourd’hui ;

• une structure de gestion qui associe les tutelles mais également des représentants des personnels et des
usagers ;

• la reconnaissance du travail des spécialistes de langues et l’adoption à leur intention d’un statut légal et
pérenne.

• la remise à plat d’un règlement public obsolète.

MAIS...

• à ce jour, ni le calendrier ni la date d’ouverture ne sont connus.

• la structure administrative du nouvel établissement n’est pas arrêtée.

• les autres bibliothèques associées au projet ne se sont pas prononcées sur leur intégration alors que des
financements conséquents leur ont été attribués à ce titre.

• Le GIP annonce que tous les postes de la BIULO iront au nouvel établissement mais non ceux qui les occupent.

• la BIULO n’est représentée que par 1 voix sur 9 au Conseil d’administration du GIP ; ni les personnels ni les usagers (enseignants, étudiants de l’INALCO, ...) n’y ont de représentant ; de surcroît, le personnel n’assiste pas aux réunions du GIP, et n’est pas tenu informé de leur contenu.

• L’essentiel de l’effort (achat et traitement intellectuel et matériel des collections destinées aux salles de consultation du nouveau bâtiment, préparation du libre-accès, travail bibliographique, valorisation...)
porte sur le personnel de la BIULO, en plus du travail courant

• ce travail se fait au détriment des autres missions des bibliothécaires, et par là même, des missions envers les chercheurs et étudiants, alors que le libre-accès ne représentera que 10% des collections à la BULAC

Les décisions prises par l’équipe de projet qui n’a pas de connaissance des collections ni des publics mettent en
danger l’offre documentaire et le service public :

• par une remise en cause des contrats de spécialistes de langues

• par le remplacement de personnels permanents par des agents sur contrat précaire et à un niveau de
compétence scientifique insuffisant, ce qui a des conséquences sur la continuité et la qualité des
collections

• l’absence de calendrier nous interdit d’organiser les nouvelles délocalisations nécessaires et d’en informer
les lecteurs (ouvrages précieux, ouvrages récents destinés au libre-accès)

Aujourd’hui, nous demandons :

• une représentation des personnels et des usagers, dans les instances du GIP

• à ne plus être tenus à l’écart des décisions du GIP sous le prétexte de structures décisionnelles distinctes,

• des garanties d’emploi pour les titulaires non repris par la BULAC

• un statut pérenne pour les spécialistes de langues non-titulaires à temps plein ou partiel sans lesquels
une politique scientifique ne peut être menée.

• l’arrêt de la multiplication des contrats précaires pour les tâches de magasinage et la titularisation, à terme, des contractuels sur ces postes

• la création de postes de titulaires pour intégrer en priorité les personnels précaires,

• une information claire des usagers notamment sur les fermetures ou réductions de service à venir
Nous avons besoin de votre soutien.

Faites entendre votre voix.....

Le Collectif des personnels de la BIULO

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition