Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Préavis de grève du 8 mars 2021

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Syndicats > Auvergne-Rhône-Alpes > Université Savoie Mont Blanc

Site web du Syndicat CGT FERC Sup Université Savoie Mont Blanc

L'arnaque de la TVA "sociale"

jeudi 2 février 2012

Dernier (?) cadeau de Sarkozy au patronat avant les présidentielles !
 

La Protection sociale est en danger !
La hausse de la TVA, c’est la hausse des prix de tous les biens de consommation !
Ce sont les salariés, les chômeurs, les retraités qui paient !

La TVA sociale en chiffres : les salariés sont les dindons de la farce !
Exemple :
Hausse de tous les taux de TVA d’environ 2 points. (La TVA à 19,6% passe à 21,6%).
Un jean à 15€ TTC coûterait 15,26€, soit une augmentation de 1,73%.
Tous les biens de consommation vont augmente mécaniquement !
Pire, les pauvres vont payer plus que les riches
(Quand 10% des revenus les plus bas paient 11,5 % de TVA, les 10% des revenus les plus élevés n’en paient que 5,2% !).
Un jean à 15 € représente 1,5% d’un revenu de 1000€ mais 0,15% d’un revenu de 10 000€  !

Abaisser les cotisations sociales n’a jamais créé d’emploi, ni augmenté les salaires.

La TVA sociale, c’est la fin de la protection sociale.

En 2010, les entreprises françaises ont bénéficié de 170 milliards d’euros d’exonérations fiscales et sociales.

Un peu d’histoire :
En 1945, les créateurs de la Sécurité sociale, au sein du Conseil National de la Résistance, ont inventé un mode de financement particulièrement innovant pour l’époque.
Le régime général de Sécurité sociale est financé par des cotisations assises sur les salaires, basé sur des principes forts de solidarité et de répartition.

Avec cette Sécurité Sociale là ! « Chacun paye selon ses moyens et reçoit selon ses besoins ».

Avec la TVA sociale, le gouvernement et le MEDEF stigmatisent davantage les cotisations de la Sécurité sociale comme des « charges insupportables »,

Alors que ces cotisations sont le gage d’une couverture sociale égalitaire et solidaire basée sur la création des richesses produites par le travail.

La TVA sociale en brisant le lien entre travail et financement de la protection sociale casse le salaire socialisé :

Le salaire socialisé
Salaire, parce que ces cotisations qu’elles soient payées par le salarié ou par l’employeur représentent une part différée de la rémunération. C’est la contrepartie directe du travail effectué.
Socialisé, parce que cette rémunération est répartie sur l’ensemble de la population, solidairement selon les besoins de chacun. Elle est mise dans un pot commun et permettra de financer les prestations dont chacun pourra avoir besoin, à la retraite, s’il a des enfants, s’il est malade…

Les propositions portées par le gouvernement, relayant ainsi les demandes du patronat visent à anéantir notre système de protection sociale.

Que ce soit la TVA dite sociale ou la fusion de la CSG avec l’impôt sur le revenu, les sommes collectées perdraient leur caractère de cotisations et pourraient être utilisées à d’autres fins que le financement de la Sécurité sociale (pourquoi pas la construction d’un nouveau porte-avion !).

La politique de l’emploi ne doit pas se mener au prix de la destruction de notre système de protection sociale.

D’AUTRES CHOIX SONT POSSIBLES !

La CGT exige :

  • Augmentation des salaires, des retraites et des minima sociaux
  • Suppression des exonérations des cotisations sociales patronales,
  • Arrêt de tous les licenciements, des suppressions d’emplois.
  • Réforme de la fiscalité,
  • Taxation des revenus financiers et développement d’une politique favorisant les investissements créateurs d’emplois.

Plutôt que de la TVA antisociale

Très Vite Augmenter les salaires !

 

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition