Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Préavis de grève pour le mois de septembre 2020

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Syndicats > Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes > Université Bordeaux

Site web de la CGT FERC Sup de l’université de Bordeaux

PRIME COVID – VERS UN SYSTEME DISCRIMINANT ?

lundi 20 juillet 2020

PRIME COVID – VERS UN SYSTÈME DISCRIMINANT ?

Une compensation gouvernementale de 153 970€ est allouée à l’Université de Bordeaux pour le versement de la prime COVID.

Le projet de l’Université de Bordeaux pour l’attribution de la prime repose sur un critère d’investissement exceptionnel de l’agent pendant la phase de confinement avec un montant de la prime modulable allant de 330€ à 1000€. L’investissement exceptionnel de l’agent est évalué par son responsable hiérarchique direct.

La CGT exprime de fortes réserves face à ce projet et s’inquiète de la vision managériale qu’il sous-tend.

Ce projet délègue une fois de plus la responsabilité d’une démarche RH au niveau de l’établissement vers les niveaux inférieurs en faisant reposer sur les épaules du responsable hiérarchique direct une pression terrible, dans des délais intenables. Les responsables de service sont aujourd’hui épuisés. Ce dispositif ne fera que renforcer l’épuisement et le mal être au travail.

Ce projet se fonde sur le postulat que tous les responsables hiérarchiques ont les mêmes critères d’évaluation de l’investissement des agents. Or les remontées nombreuses de conflits entre agents et responsables de service montrent combien ce critère est subjectif. Ce projet va créer des situations de traitement injustes et inégalitaires.

Ce projet reconnait l’investissement exceptionnel des agents pendant la période de confinement. Mais il ignore la pénibilité au travail et l’exposition au risque pendant cette même période et pendant la période de reprise d’activité. D’autre part, ce projet ne prend en compte aucun critère social, ignorant ainsi l’impact profondément inégalitaire du COVID19 sur les ménages, suivant que l’on est peu payé ou bien payé.

Enfin, l’urgence de la procédure, qui est ici le fait du gouvernement, n’a pas permis de mener au sein de l’établissement un dialogue social poussé. Nous regrettons en particulier l’absence de vote dans les instances représentatives de l’université. L’urgence est nocive au dialogue et plus fondamentalement à la démocratie.

Afin d’éviter des situations de traitement injuste et inéquitable, la CGT demande à l’Université de Bordeaux la plus extrême vigilance quant à l’attribution de la prime COVID. A minima, la CGT demande

1-Un montant de prime fixe à 330€ permettant ainsi d’élargir au maximum l’assiette de distribution ;
2-Une attribution de la prime basée sur l’investissement des agents pendant la phase de PCA et de PRA ;
3-Une attribution de la prime basée sur des critères sociaux, de pénibilité et d’exposition au risque.

Enfin, la CGT invite à la prudence l’Université de Bordeaux quant à son alignement sur le privé par la généralisation des techniques de la nouvelle gestion publique (New Public Management). Ces techniques couplées à la politique indemnitaire promue dans la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche représentent une menace grave pour le modèle français républicain de l’enseignement supérieur de la recherche (1).

(1) https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/04/02/le-projet-de-loi-sur-la-fonction-publique-tourne-le-dos-a-la-conception-francaise-republicaine_5444592_3232.html

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition