Menu ☰

Accueil > Personnels > Non au blocage des affectations des PRAG-PRCE dans l’ESR par les (...)

mercredi 13 juillet 2022

Non au blocage des affectations des PRAG-PRCE dans l’ESR par les Rectorats

Enseignant·es du secondaire affectés dans le supérieur (PRAG-PRCE) - Non au blocage des affectations dans l’ESR par les Rectorats

L’Union CGT FERC Sup a été alertée récemment sur des refus d’affectation d’enseignant·es du secondaires dans le supérieur sur des postes de PRAG-PRCE. Ces enseignant·es ont été retenu·es par les équipes pédagogiques des universités, mais le rectorat oppose son véto et s’oppose à leur affectation dans le supérieur, en alléguant la pénurie d’enseignant·es dans les lycées et les collèges. Cela n’est pas acceptable !

Cette pénurie est la conséquence du manque d’attractivité pour le métier depuis des décennies. Elle est renforcée par la réforme catastrophique du MEEF opérée sous la présidence Macron, qui empêche nombre d’étudiant·es de postuler aux concours d’enseignant·es. Encore une fois ce sont les agent·es qui doivent solder les comptes !

Nos collègues PRAG-PRCE sont indispensables au bon fonctionnement de l’Enseignement supérieur, tant sur le plan pédagogique que sur celui du fonctionnement administratif des composantes et des départements. Rappelons notamment leur rôle dans les IUT où, grâce à des profils particuliers, ils contribuent à la vitalité de l’enseignement technologique.

Les Universités ne doivent pas être les victimes collatérales d’une politique de recrutement désastreuse dans l’Éducation Nationale : il faut augmenter de 20 % le point d’indice des traitements des fonctionnaires, améliorer sensiblement les conditions de travail des professeurs en collèges et lycées. C’est là la solution à la crise du recrutement !

Nous rappelons que les recteurs et rectrices sont également les chancelier·ères des universités. Ils et elles sont, à ce titre, garants du bon fonctionnement de l’enseignement supérieur.

L’Union CGT FERC Sup apporte son plein soutien aux enseignant·es concerné·es par ces refus d’affectation, aux équipes pédagogiques des composantes confrontées à ce blocage des rectorats.