Menu ☰

Accueil > Communication > Grève à Paris 8 pour les primes — Soutien de la CGT FERC Sup

vendredi 8 juillet 2022

Grève à Paris 8 pour les primes — Soutien de la CGT FERC Sup

Depuis le 16 Juin 2022, les agent·es BIATOSS de l’Université Paris 8 sont en grève.

Ils dénoncent le détournement de l’enveloppe ministérielle destinée à une revalorisation des agents AENES au profit principalement des plus hauts salaires de l’université.
Les agent·es, réunis en Assemblée Générale à plusieurs reprises, avec leurs syndicats CGT FERC Sup de Paris 8, la Dionysoise, leurs sections locales FSU, Sud Education, notamment le jeudi 30 Juin 2022 où ils étaient 150, demandent que l’ensemble de leurs collègues aient le droit à une augmentation de 200€ net par mois, titulaires comme contractuel·les. Depuis le début de leur mobilisation, les agent·es sont soutenus par leurs collègues Enseignant·es-Chercheur·ses de l’université, multipliant les motions de soutien des laboratoires, départements, UFR.
Cette malheureuse situation existe également dans d’autres établissements. Les agent·es de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Paris 8, mais également des autres universités, ont le droit de toucher des salaires décents et non des miettes. Pour la CGT FERC Sup, il faut que les ministère et la direction de Paris 8 satisfassent les revendications des agent·es BIATOSS de l’Université Paris 8 : 200€ net par mois pour tous !

L’Union CGT FERC Sup demande au ministère d’assumer ses responsabilités et d’abonder les sommes nécessaires pour répondre aux revendications légitimes des agents BIATOSS.

La CGT FERC Sup rappelle qu’au sein du ministère de l’ESR, le ré-examen du RIFSEEP aura donné lieu aux plus faibles revalorisations de la Fonction publique d’État. Elle revendique pour toutes et tous des primes statutaires égales à 25% du traitement, et l’intégration des primes dans le traitement indiciaire. Elle appelle les agent·es à préparer les cahiers revendicatifs dès la rentrée, notamment en matière salariale.

La CGT FERC Sup continue à réclamer une première augmentation immédiate d’au moins 10 % de la valeur du point, avec effet rétroactif au 1 er janvier et indexation sur l’inflation.