Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Je me syndique à la CGT FERC Sup !

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Syndicats > Nord-Pas-de-Calais-Picardie > Université Lille

CGT - Université de Lille

Journal de la CGT Université de Lille n° 22 - Spécial déconfinement

jeudi 7 mai 2020

Comité Technique du 7 mai

Calendrier de reprise progressive :

  • Le 11 mai : reprise de nos collègues de la logistique (livraison et distribution des premiers masques et gels hydroalcooliques réceptionnés).
  • Le 12 mai : les collègues de l’entretien

La DRH précise qu’ « un mail sera envoyé à l’agent par le chef de service pour la reprise d’activité idéalement 8 jours avant ». Si l’encadrant n’a pris contact avec l’agent, celui-ci ne revient pas.

Attention ne reviennent pas en présentiel les personnels vulnérables (pathologies lourdes et chroniques), ceux présentant des symptômes COVID, ceux dont les enfants ont moins de 16 ans ou ceux qui rencontrent des difficultés liées aux transports en commun.
Ils télétravailleront ou si ce n’est pas possible ils seront placés en Autorisation spéciale d’absence (ASA).
Un formulaire sera transmis à chaque agent et devra être complété et retourné pour préciser la situation de l’agent selon les situations suivantes :

  • Les collègues vulnérables ou qui ont un proche vulnérable devront transmettre un certificat médical générique.
  • Enfant de moins de 16 ans : dans le cas des écoles ouvertes, jusqu’au 2 juin, les collègues, si ils ne souhaitent pas y mettre leurs enfants, pourront continuer en télétravail ou en ASA, ensuite ils devront poser des congés/RTT. Dans le cas des écoles fermées jusqu’au 4 juillet, et en fonction des directives nationales, une ASA pourrait être possible au delà du 2 juin.

Un document a été réalisé par les Ressources Humaines et la médecine du travail pour aider les encadrants à réfléchir à une nouvelle organisation prenant en compte le distanciel, le présentiel et les situations des personnels. La DRH précise qu’il y aura une souplesse d’horaires à définir avec le chef de service : l’agent reste sur son volume horaire habituel mais avec la possibilité d’horaires décalés (dans l’amplitude horaire définie dans la note de service sur le temps de travail à l’Université de Lille).
Les collègues qui ont besoin d’une attestation pour le train, devront solliciter leur chef de service qui la leur délivrera.
Pour toutes questions spécifiques des agents , les RH invitent à écrire à : coronavirus@univ-lille.fr. Les collègues peuvent aussi s’adresser aux agents de prévention des risques.

Une réflexion est en cours pour la réouverture, dans des conditions sanitaires maximales, de salles informatiques avec réseau wifi pour les étudiants n’ayant pas d’accès et de matériel.
Pour les étudiants en thèse expérimentale, une discussion entre les laboratoires et le Vice-président recherche est en cours afin d’établir un fonds de solidarité pour les thésards suspendus dans leur activité. Des laboratoires pourraient mobiliser également leurs ressources propres.

La restauration CROUS sera ouverte à partir du 24 mai à la cité scientifique et il y aura des points de retrait sur les sites Pont de bois et Santé.

Pour les recours de la cartographie IFSE, la commission qui devait se réunir pour traiter les recours est toujours d’actualité. Elle se réunira en présentiel au mois de Juin. La DRH précise que chaque agent aura une réponse en juillet.

Pour le calendrier de l’entretien professionnel annuel avec le supérieur hiérarchique celui-ci se déroulera à l’automne, dans le fonctionnement identique à l’un passé, l’application en ligne n’ayant pas été finalisée.

CHSCT du 4 mai

Ordre du jour de la réunion disponible.
Présentation par Didier Gosset de la situation sanitaire, et des conditions d’un déconfinement difficile (pas de reprise de l’épidémie). Sur les difficultés concernant les masques et les tests : « Nous sommes en retard d’une guerre ! ».

Point d’information sur l’incendie qui à eu lieu au pôle Recherche de la faculté de Médecine
Document présenté disponible.
Incendie d’origine électrique (congélateur -80°C) qui a impacté plusieurs étages. Le relogement des collègues est nécessaire. Les congélateurs ne contenaient pas de produits dangereux. Il n’y avait pas de détecteur d’incendie dans la pièce du départ de feu. En raison du confinement, il n’y avait pas d’activité, donc pas de blessés, simplement des dégâts matériels (assez lourds). Le CHSCT demande que lui soit transmis les plans de préventions des entreprises qui interviennent sur le chantier (risques chimiques, biologiques, …).

Plan de Reprise d’Activité (PRA) de l’Université de Lille
Document du PRA disponible.
La reprise se déroulera en trois phases, chacune des phases se déroulant en deux étapes (voir le volet RH du PRA). La phase 1a, du 11 au 15 mai, concernera les seuls agents de nettoyage et de maintenance, ainsi que les entreprises sous traitantes, afin de s’assurer de l’état des locaux après deux mois d’arrêt complet, et de relancer les équipements lourds. La phase 1b (18 mai – 29 mai) verra la reprise progressive de l’activité. La phase 2 commencera le 1er juin, jusqu’au début juillet (au plus tôt) doit conduire à une reprise complète début juillet (mais sans les étudiants). Cette reprise se fera en s’appuyant sur les cadres, le service de prévention des risques (dont le réseau des assistants de prévention) et le service de santé au travail (Consignes santé et sécurité dans le cadre du PRA).
Jusque septembre il n’y aura pas d’événements (colloques, festifs). La reprise doit se faire dans le respect des "gestes barrières", avec le port du masque dans les couloirs et espaces communs. Trois restaurants universitaires (Cité Scientifique, Pont de Bois, Moulins) seront ouverts.
Côté recherche, chaque directeur d’unité doit fournir un PRA (plan de reprise d’activité) écrit (voir le document envoyé dans les unités de recherche). La reprise des doctorants se fera sous sa responsabilité.
Aux question des représentants du personnel, en particulier sur la contradiction entre le plan de reprise phasé et très progressif, et les annexes au plan de reprise (voir annexe 2 et annexe 3), très figées et très contraignantes pour les agents dès le 11 mai, voici les réponses et les précisions obtenues.

Directrice Générale des Service adjointe, Marie-Dominique Savina :

  • Pas de contrainte forte, il faut être pragmatique, la question de la scolarisation des enfants est compliquée et incertaine, la reprise d’activité de leurs parents devra se faire donc avec la plus grande souplesse, nous prendrons cela en compte...
  • C’est aux transports en commun de fournir les masques, l’université n’enverra pas de masque aux travailleurs à domicile.
  • Il faut rassurer les collègues, avoir une approche pragmatique, l’enjeu est une reprise très progressive, en garantissant la santé des collègues.
  • L’université de Lille a commandé 20 000 masques et 15 000 masques en tissus. Mais toujours aucun n’a été livré aujourd’hui (lundi 4 mai 2020) ; Didier Gosset précise que les masques chirurgicaux (jetables) sont mieux adaptés aux porteurs de lunettes (barrette en métal afin d’ajuster le masque au niveau du nez et limiter la buée sur les lunettes).
  • Sur le télétravail : 100 machines commandées, en cours d’acheminement ; il faut mettre à profit cette crise pour se préparer mieux au télétravail.
  • Tous les travailleurs seront contactés par leur supérieur avant leur reprise. Personne ne doit se rendre dans l’établissement tant qu’il n’a pas été directement contacté. Ceux qui n’ont pas forcément d’ordinateur ou d’internet ont tous un téléphone (personnel), nous les appellerons si nécessaire.
  • La direction pratiquera une direction souple et bienveillante, « ni aveugle ni stupide ».
    Thomas Bequerel (conseiller de prévention) précise que du gel hydro-alcoolique sera présent à l’entrée de chaque bâtiment, des documents détaillant les mesures et gestes barrières seront affichés, deux protocoles de nettoyage des locaux et de l’usage des véhicules ont été rédigés.
    A une question de la CGT sur l’importance de profiter de cette crise pour normaliser les livraisons, qui ne devraient se faire que via des bâtiments équipés de quais de livraison afin de garantir la sécurité et les distances physiques et d’éviter les dizaines de livraisons sauvages par jours, il est répondu que rien n’est prévu sur ce point...

Conclusion
La CGT invite chaque travailleur à réfléchir à sa sécurité, et à la sécurité de ses collègues ; au moindre doute, chaque agent doit contacter par écrit la direction afin d’avoir une réponse écrite à ses questions. Qu’il n’hésite pas à informer la CGT de sa démarche.
Pour la CGT, le retour phasé à une activité normale est une bonne approche, mais trop de zones d’ombre subsistent, et certaines mesures semblent d’ores et déjà dangereuses ; en particulier, pour le travail de bureau, 4 m² par personne est un seuil très dangereux ! L’INRS, sans la menace du Covid-19, préconise 12 m² par personne. Tous les autres pays préconisent une distance physique d’au moins 1,5 m, voire 2m, soit 16 m² par personne. La CGT demande que cet espace soit garanti à chaque travailleur.
Pour la CGT, la réflexion sur le travail en horaires décalés n’a pas été assez travaillée. Ce devrait être une priorité pour limiter la promiscuité au travail et dans les transports.
Enfin, la CGT demande que soit allégées les contraintes sur les travailleurs fragiles, les parents d’enfants à charge, etc. Même Muriel Pénicaud, ministre du travail, semble plus accommodante que la direction de l’université : « Pour l’école, en fonction des situations, elle (Pénicaud) comptait sur des employeurs compréhensifs. » (extrait du compte-rendu CGT de la réunion téléphonique entre organisations syndicales et ministre du travail).

La loi d’urgence sanitaire n’a pas supprimé l’obligation de l’employeur de garantir la santé et la sécurité des travailleurs dans tous les aspects liés au travail (y compris le trajet domicile-travail).

Conseil d’administration du 27 avril

Lors du CA du 27 avril, le Président a donné un certain nombre d’informations sur l’activité de notre établissement.

  • Le concours PACES aura, normalement bien lieu, dans des conditions un peu particulières puisque des contrôles de température seront effectués sur les participants, les horaires seront adaptés (avec des décalages pour éviter des arrivées groupées) et les étudiants devront porter un masque. L’Université estime qu’il sera nécessaire de fournir 15000 masques à cette occasion.
  • Le déconfinement au niveau international sera long. Pendant le prochain semestre ou même la prochaine année universitaire, il pourrait être impossible d’accueillir des étudiants extérieurs à l’espace Schengen. Il faudra alors envisager la possibilité de faire des cours à distance.
  • Pour les BIATSS, une ordonnance de L’État demande de poser jusqu’à 10 jours de congés. Le Président estime qu’il devrait pouvoir en rester à sa décision initiale de 5 jours.
  • Suite à une ordonnance du 20 avril, les recrutements à venir d’Enseignants-Chercheurs pourront être faits à ditance.
  • Quant à l’avancement des Enseignants-Chercheurs, la procédure va pouvoir glisser dans le temps jusqu’en novembre ou décembre mais sans savoir, pour le moment, si les promotions seront rétroactives à septembre ou octobre.
  • Le calendrier universitaire va être modifié. En effet, la fin de l’année universitaire va être décalée à décembre afin de permettre aux étudiants de terminer un stage qui serait nécessaire à l’obtention d’un diplôme.
    Les informations concernant le plan de reprise d’activité sont dans le compte-rendu du CHSCT.

A quand la démocratie universitaire ?

A l’occasion du conseil d’administration (CA) du 27 avril, les élus ont été invités à participer à une séance d’information en visioconférence, prélude à la réunion qui se faisait ensuite par email. Lors de celle-ci, seules quatre interventions ont été envoyées par les listes syndicales FSU et CGT ainsi que par le collectif SUniR et la liste étudiante "InterAsso". La liste "SynergieS" menée par le Président Camart aux dernières élections et qui détient la majorité absolue au sein du CA, n’a visiblement pas souhaité participer.
De plus, la CGT a posé des questions au Président. Nous aurions certainement voulu creuser ces sujets afin d’en savoir plus et d’éclairer nos votes. Mais les réponses du Président ont été envoyées pour conclure la séance, ce qui était trop tard pour pouvoir approfondir les sujets. Nous constatons avec regret et colère que ces séances, dites à distances, sont clairement menées avec la volonté de ne pas débattre de l’ordre du jour, ce qui est regrettable pour la "démocratie" universitaire.

Rapport de l’enquête “Le travail sous épidémie”

L’Ugict-CGT (ingénieurs, cadres et techniciens de la CGT) publie un rapport d’enquête qui offre un panorama complet et inédit sur les conditions de travail et d’exercice de la responsabilité professionnelle durant le confinement, et 60 propositions pour sortir durablement et rapidement de la crise sanitaire, sociale, économique et environnementale.
Nous vous avions invité à remplir le questionnaire. La CGT a utilisé ces témoignages de terrain pour réaliser ce travail.

Enquete UGICT-CGT

Infos RH sur le calendrier des différentes commissions administratives paritaires

Concernant les CPE de l’Université, elles reprendront progressivement à l’issue du déconfinement.
Concernant les CAPA et CAPN, elles sont maintenues avant l’été pour les listes d’aptitudes ITRF et les tableaux d’avancement et listes d’aptitude AENES. L’examen des tableaux d’avancement ITRF aura lieu aux CAPA et CAPN à l’automne. Les campagnes de tableaux d’avancement ITRF devraient donc être lancées très prochainement par les RH de l’Université de Lille.

ZOOM sur les Vice-présidents (VP) : supérieur hiérarchique ou pas ?

Nous avons une armée mexicaine de VP à l’Université de Lille. De nombreux collègues Biatss sont en interaction avec le VP qui relève de leur direction. Il arrive que certains collègues Biatss se retrouvent en porte-à-faux entre leur supérieur hiérarchique qui organise leur travail et contrôle leur activité et le VP dont le périmètre est parfois flou. La CGT rappelle aux collègues que le rôle d’un VP est "politique". Il oriente et veille à la mise en oeuvre des stratégies de l’établissement. Les VP ne sont pas des supérieurs hiérarchiques directs.
"La notion de supérieur hiérarchique direct est une notion fonctionnelle et indépendante de considérations de grade, de corps ou de ministère d’appartenance. Cette notion résulte en effet de la définition classique en droit administratif du pouvoir hiérarchique, qui se manifeste par trois éléments principaux :

  • le pouvoir d’adresser des instructions aux subordonnés,
  • le pouvoir de retirer les actes pris par les subordonnés,
  • le pouvoir de réformer ces mêmes actes en leur substituant des actes émanant du supérieur hiérarchique."

(Extrait de la Circulaire relative aux modalités d’application du décret n° 2010-888 du 28 juillet 2010 relatif aux conditions générales de l’appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires de l’État)
La CGT met à votre disposition en pièce jointe un petit fascicule en vue de l’entretien professionnel avec votre supérieur hiérarchique direct.

Solidarité : Situation des étudiants exilés confinés à Lille

Avec le confinement qui perdure, les étudiants en exil ont besoin de nous plus que jamais. Vous pouvez apporter votre aide en donnant des ustensiles de cuisine, du petit électroménager, un vélo....
Contactez le collectif des étudiants de Galois sur l’adresse mail : etudiants_de_galois_et_leurs_amis@laposte.net
Pour en savoir plus : https://collectif-galois.frama.wiki/start
https://fr-fr.facebook.com/lesetudiantsdegaloisetleursamis

A voir ou à revoir

Nous vous proposons, ce mois, de voir ou revoir un film documentaire qui éclaire la situation sanitaire actuelle.
Dans le ventre de l'hôpital se déroule au cœur du bloc opératoire de l’hôpital Saint-Louis, à Paris. Le burn out menace à tous les échelons. C’est une immersion impressionnante au cœur du malaise des soignants.

Dans le ventre de l'hôpital

Documents joints

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition