Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Je me syndique à la CGT FERC Sup !

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Syndicats > Île de France > Sorbonne Université

Site web CGT FERC Sup Sorbonne Université

Arc en ciel : la Présidente de l’Université rencontre l’intersyndicale à 11h

mardi 25 janvier 2022

Chaque jour de grève coûte 55 euros à chaque salariée de la société Arc en ciel. Tu peux verser à la cagnotte en ligne https://www.leetchi.com/fr/c/50OvNNnw
Les sommes versées pendant la grève de septembre (plus de 30 000 euros) intégralement versées, avaient permis aux salariées de ne pas perdre d’argent.

Tu peux signer la pétition "notre université doit cesser de sous traiter le nettoyage à l’entreprise Arc en Ciel" sur https://framaforms.org/petition-notre-universite-doit-cesser-de-sous-traiter-le-nettoyage-a-lentreprise-arc-en-ciel-0

Arc en Ciel arnaque l’Université sur le nettoyage du campus de Jussieu. La suppression des postes d’agent (8 CDD non renouvelés fin juin par exemple), le non remplacement ou le remplacement à minima des absences ont pour conséquence :

les 4 passages par jour pour nettoyer les toilettes dans les couloirs d’enseignement comme par exemple dans l’atrium, se réduisent à deux dans les meilleurs des cas voire souvent à 1.
Les 15 machinistes prévus dans le cahier des charges ne sont plus que 4 et encore. Le nettoyage des rotondes devrait être hebdomadaire mais ne l’est pas faute de machiniste.
L’absence d’encadrement : 1 chef d’équipe est manquant ; pas de chef de site adjoint, aucun contrôleur de qualité quant à l’inspecteur prévu, il reste inconnu.
Le parvis aurait dû être lavé en novembre.
Les ascenseurs ne peuvent être nettoyés correctement.
Les 10 agents de permanence n’ont jamais été recrutés.
Les salariées d’Arc en ciel sont exploitées avec des salaires plafonnés au SMIC quelque soit l’ancienneté, des qualifications jamais reconnues.

Le protocole de reprise des activités signé le 23 septembre entre les grévistes et les patrons n’est pas respecté :

les heures complémentaires (heures supplémentaires pour des salariés à temps partiel dans le privé) ne sont toujours pas majorées comme le stipule la convention collective, voire non payées,
des salarié·es malades ne perçoivent pas le complément obligatoire dû par l’employeur et parfois même pas les indemnités journalières de maladie de la sécurité sociale car l’entreprise n’envoie pas la déclaration de salaire à la sécurité sociale,
des contrats de travail ou des avenants ne sont toujours pas remis à certaines salariées en contravention avec la loi ou la convention collective,
Les patrons ont provoqué une nouvelle grève malgré les menaces avec

la tentative d’obliger les salariées à porter une pointeuse mobile(GPS) pour accroitre la charge de travail,
les licenciements de grévistes,
les tentatives de diviser les salariées selon leur origine ont été les gouttes d’eau qui ont provoqué une nouvelle grève malgré les menaces.
Rapidement les patrons annonceront mais seulement officieusement, le retrait de la pointeuse mobile tout en maintenant une réorganisation ...

Pour diviser les salariées, les patrons essaient de monter un dossier contre notre camarade Hassan Madani, remettant en cause son intégrité. Pour casser la grève, les patrons embauchent des agents sur des contrats courts de 2 semaines (c’est illégal mais l’université ferme les yeux comme d’habitude).

Arc en ciel avait été épinglé par l’inspection du travail en 2015 sur le site universitaire de Denis Diderot (Paris7). Des conflits se sont déroulés aux musées de la ville de Paris (Catacombes, Bourdelle, Zadkine, Libération, ...) en septembre 2020.

L’inspectrice du travail se rendra dans les locaux d’Arc en ciel, le 14 février suite à notre intervention.

Nous rencontrons aujourd’hui mardi à 11h avec tous les autres syndicats de l’Université la Présidente de Sorbonne Université.

Nous lui demandons de ne pas rendre l’université complice de voyous

en intervenant auprès de la direction d’Arc-en-Ciel,
en rompant le contrat de sous-traitance si celle-ci persistait dans la non-application du protocole d’accord, en particulier concernant les licenciement de nos collègues et Raja. C’est possible de rompre le contrat le 31 janvier.
Jeudi sera jour de grève interprofessionnel à l’appel de CGT, FO, FSU, SUD et UNEF pour les salaires.

Nous appelons tous les personnels à participer à un rassemblement/concert ce jours là à partir de 12h15 au pied de la tour Zamansky pour manifester notre soutien aux grévistes d’Arc en Ciel.

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition