Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Préavis de grève pour le 10 décembre 2020

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Syndicats > Pays de Loire > Université de Nantes > Conditions de travail, CHSCT central, CHSCT de site

Hygiène, santé, sécurité et conditions de travail, RPS, tout savoir pour lutter au jour le jour contre les organisations du travail délétères...

Reconfinement : lettre ouverte de la CGT FERC SUP de Nantes

jeudi 29 octobre 2020

CGT FERC SUP Université de Nantes

A

Mme la Présidente de l’Université

Objet : lettre ouverte sur le reconfinement.

La CGT FERC SUP de l’Université de Nantes vient d’apprendre comme l’ensemble du monde de l’enseignement supérieur, les dispositions de re-confinement prises par le gouvernement :

Face à l’injonction qui est faite aux enseignants de poursuivre la formation uniquement en distanciel, nous exigeons :

La banalisation des lundi 2 et mardi 3 novembre, afin d’organiser et de coordonner l’enseignement dispensé. Pour ce faire, les enseignants, notamment, doivent pouvoir se réunir de la manière qu’ils le souhaitent (sur site ou en distanciel), dans le respect des règles sanitaires.
La réunion sur les mêmes jours, des CHSCT spéciaux (en présentiel ou en distanciel), afin que les représentants des personnels disposent de toutes les informations nécessaires à leur mandat, puissent être force de proposition et de délibération en termes de réorganisation des services et de mesures sanitaires.

De manière générale, qu’il s’agisse personnels enseignants et BIATSS, nous rappelons que le travail à distance doit se faire :
a) dans le respect des statuts et des conditions de travail des agents (durée, horaires).
b) avec du matériel informatique fourni par l’Université. Il faut que les conditions matérielles soient réunies pour le travail à distance (possibilité de s’isoler, bureau et chaise ad hoc, connexion internet…).
c) Les agents doivent être formés pour travailler à distance (logiciels, procédures). L’encadrement, lui aussi, doit avoir été formé aux questions du management en distanciel.
d) Les conditions sociales doivent être réunies : la garde d’enfants cas contact ou malades, par exemple, n’est pas compatible avec la poursuite du service à distance.

Dans l’attente d’un accord interprofessionnel en préparation, le travail à distance actuel doit s’aligner sur les règles du télétravail : attention aux “expérimentations” au rabais, même contraintes par des circonstances exceptionnelles... Le coût du travail à distance, notamment, ne doit pas être supporté par les agents, comme le stipule l’article 6 décret 2016-151.

La liste des personnes vulnérables rétablie à la date du 5 mai 2020 par arrêt du Conseil d’État, doit être respectée, la santé des agents protégée.

Nous invitons les personnels à :
a) se réunir en présentiel ou distanciel dès la pause-repas du lundi midi, afin d’échanger sur les conditions de travail telles qu’elles leur sont proposées, afin de définir éventuellement des revendications et des modes d’action, afin de faire remonter les problèmes rencontrés aux organisations syndicales représentatives.
b) à user de leurs droits si nécessaire : droit d’alerte, droit de retrait sur site ou en distanciel, fiches RSST.

Nous attirons votre attention, Madame, sur la situation des étudiants, sur la nécessaire mobilisation d’ampleur de vos services sociaux et médicaux à leur égard : les effets économiques et psychologiques de ce reconfinement en termes d’isolement, de précarité, risquent d’être des plus importants. Vous trouverez toujours notre syndicat ouvert aux échanges sur ce sujet. Des signaux doivent par ailleurs, leur être donnés très rapidement en termes d’équipements informatiques, de pédagogie, d’échéances diverses.

Nous réaffirmons enfin la nécessité d’un moratoire sur toutes les ré-organisations en cours : Nouvelle Université, BUT,... Tous nos efforts doivent être concentrés sur la continuité pédagogique et sur le lien aux étudiants, et notamment aux plus modestes.

Veuillez croire, Madame la Présidente, en notre engagement sincère en faveur du service public de l’enseignement supérieur.

La CGT FERC SUP de l’Université de Nantes.

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition