Menu ☰

Accueil > Syndicats > Île de France > Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

jeudi 8 septembre 2022

Blog de la CGT FERC Sup Paris3

Suite de l’assemblée générale de mardi 6 septembre 2022

L’assemblée générale de mardi a fait salle comble (voir motion votée en bas de mail). Le constat est unanime : les propositions de la direction pour la rentrée ne sont pas acceptables… pas plus que les conditions de travail de l’ensemble des personnels.

Le passage de tous les enseignements transversaux à distance

  • va dégrader fortement la qualité des formations.
  • est irréalisable et de nombreux.ses enseignant·es, dont des contractuel·les, ont d’ores et déjà annoncé ne pas vouloir faire cours sous ces modalités.
  • est absurde pour la plupart des formations proposées : langues, initiation aux pratiques théâtrales…
  • s’est fait dans le plus grand mépris des personnels.

La direction de l’université doit revenir en arrière et écouter les personnels qui, avec les étudiant·es, sont directement concernés par ces mesures brutales.

La situation dans les services

Partout le même constat de manque de personnel : soit les postes ne sont pas pourvus, soit ils ont été supprimés ; mais de manière générale les collègues partis sont très insuffisamment remplacés. De nombreux collègues disent ne plus pouvoir assurer leurs missions.

Nous demandons l’embauche immédiate des personnels nécessaires.

Partout les réorganisations faites sans écouter les collègues ont dégradé les conditions de travail et le service rendu. Deux exemples parmi d’autres de ce fonctionnement absurde :

  • la DPIL a été divisée en DLE et DPI il y a un an… La désorganisation de ces services, accentuée par le manque de personnel et un management agressif, a provoqué le départ de ses deux chefs de service… Et maintenant la direction a décidé de reconstituer la DPIL en fusionnant la DLE et la DPI. On tourne en rond.
  • Côté DNUM, la direction s’est évertuée à supprimer des postes depuis son arrivée. Pour finir avec l’intervention d’une entreprise privée chargée d’un audit et de la construction d’un schéma directeur. Le constat est clair dans l’audit : il manque des postes ! Il aurait suffi d’écouter les collègues pour le savoir. La direction a donc voté la réouverture des postes qu’elle avait elle-même supprimés. Mais à ce jour il devient très difficile de réembaucher vu le chaos créé par notre direction et les montants des rémunérations proposées. Et le service ne peut plus, en cette rentrée, assumer ses missions… Absurde !

Nous demandons la mise en place d’une organisation du travail rationnelle et apaisée plutôt que le chaos et le mépris vécu aujourd’hui.

Les dysfonctionnements

Tout cela a provoqué des dysfonctionnements majeurs. Quelques exemples :

  • Globéo (système de réservation pour les missions des hôtels et voyages) a été bloqué car la fac n’avait pas payé des factures.
  • OSE (logiciel de gestion des services des enseignant.es) est bloqué depuis juillet et on demande aux collègues de repasser au paiement à la main. Des dizaines de collègues (vacataires ou titulaires) ne seront pas payés avant des mois des heures d’enseignements effectuées l’année dernière. De plus en plus de vacataires refusent de revenir cette année. Les collègues qui vont devoir faire à la main le travail craquent.
  • Les procédures financières sont trop lourdes et on ne compte plus les factures non payées ou payées trop tardivement avec des conséquences graves sur nos conditions de travail.
  • Des salles en travaux affectées à des réunions cette semaine.
  • Un bâtiment non prêt à recevoir la rentrée
  • etc.

Perspectives

Face à ce constat, les étudiant·es présent·es ont décidé de s’organiser et de se mobiliser… tout comme les collègues. Nous avons décidé de visibiliser nos revendications avec, en particulier, une diffusion massive le 19 septembre, jour de la première rentrée. Tout le monde est bienvenu devant l’université dès 8h le matin.

Et la poursuite de nos actions sera décidée en Assemblée générale le mardi 20 septembre. On vous y attend nombreuses et nombreux.

La CGT FERC Sup


Motion votée en assemblée générale - 6 septembre 2022

L’AG des personnels de la Sorbonne Nouvelle réunie le 6 septembre dénonce la désorganisation extrême et l’incompétence de son équipe dirigeante : elles ont plongé notre établissement dans un chaos inédit, avec report de la rentrée et passage d’une grande partie des enseignements à distance, dans l’urgence, sans concertation et au mépris de toute considération humaine et pédagogique, en particulier envers les personnels du Bureau des Enseignements Transversaux.

L’université continue d’imposer aux étudiant.es un service de qualité inférieure, voire inexistant, malgré le dévouement et l’implication des personnels enseignants et BIATSS.

Nous tenons ici à exprimer notre colère.

Notre université ne peut être pilotée ainsi à vue, ses missions d’enseignement et de recherche sont sacrifiées sans état d’âme, les étudiant.es et les personnels maltraités sans qu’aucune solution sérieuse ne soit étudiée. Nombreux sont ceux qui partent.

Nous exigeons la démission de l’équipe présidentielle, incapable de diriger un établissement comme celui de la Sorbonne Nouvelle. Nous voulons pouvoir enseigner et travailler dignement, dans des locaux non éparpillés et pleinement fonctionnels, nos étudiant.es doivent pouvoir avoir accès à des cours de qualité, non dématérialisés et ne pas être soumis à des injonctions constamment remises en question.

Nous appelons à une nouvelle Assemblée générale le 20 septembre à 12H30.

Votée à l’unanimité de l’assemblée générale moins quatre abstentions