Menu ☰

Accueil > Syndicats > Île de France > Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

lundi 13 décembre 2021

Blog de la CGT FERC Sup Paris3

Nous avons le droit à un médecin du travail à l’université

Le 23 juin dernier, le président a écrit à l’inspecteur santé et sécurité au travail du ministère (voir page 32 à 35 du rapport d’inspection des ISST mis à disposition du CHSCT en novembre) : ”J’ai pris la décision de mettre un terme au détachement de l‘infirmière qui sera remplacée par un fonctionnaire dans le cadre des mutations à la rentrée de septembre 2021. Nous sommes en train de préparer le dossier pour mettre un terme au contrat du médecin (agent contractuel)”.

Concernant l’infirmière de prévention, on précise qu’elle était fonctionnaire, en détachement de l’assistance publique… et qu’il était possible de la titulariser à l’université rapidement… Elle a été prévenue à quelques jours de son départ sans que les délais de prévenance légaux n’aient été respectés. Depuis fin juin, nous n’avions pas d’infirmière de prévention. Une collègue vient d’arriver le 1er décembre. On lui souhaite la bienvenue. Mais, contrairement à ce qui avait été annoncé, elle n’est pas fonctionnaire…

Concernant le médecin de prévention, elle est en arrêt depuis mi-septembre… Depuis, les mandatés CHSCT demandent à ce que les collègues aient accès à un médecin du travail. Ils ont écrit mi octobre :
A ce jour, le médecin de prévention en poste n’est pas en activité, pour une durée indéterminée. Le CHSCT demande que l’université recrute un nouveau médecin du travail. Il remplacera le médecin en poste pendant son absence et le secondera si elle revient.” (Voir aussi l’avis du CHSCT du 16 novembre 2021).
Mais la direction botte en touche, ne propose pas de solution réglementaire et refuse d’embaucher.

En cette période difficile pour l’université, notamment d’un point de vue sanitaire, les collègues n’ont donc pas accès à un médecin de travail :

  • impossible de faire des visites de reprises après des congés longs,
  • impossible de discuter des aménagements de postes,
  • impossible d’obtenir l’accès à l’ascenseur faute de l’aval du médecin de prévention,
  • impossible de demander un avis médical sur les risques professionnels, l’amélioration des conditions de travail, la prévention du harcèlement moral ou sexuel…

Nous demandons l’embauche immédiate d’un médecin du travail à l’université.