Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Je me syndique à la CGT FERC Sup !

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Syndicats > Île de France > Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

Blog de la CGT FERC Sup Paris3

Mur des congédiés, réponse au président - de quelle violence parle-t-on ? Episode 2

mercredi 20 octobre 2021

Monsieur le président,

Votre politique, depuis plusieurs mois maintenant, dégrade de façon extrêmement forte les relations sociales à l’université. C’est violent pour les collègues, pour les organisations syndicales et leurs représentants. 

Sur le murqui vous gêne tant, les collègues témoignent de cette violence vécue depuis des mois.. Il permet à tous de pointer du doigt les dysfonctionnements, ce qu’il devient impossible de faire ailleurs. Les assertions y sont factuelles et font état d’une réalité vécue.

CDD non renouvelés

Vous avez annoncé, de fait, à la plupart des collègues CDD qu’ils ne seront pas renouvelés. Cela les met en situation grave de RPS, l’insécurité de la situation de travail est un des six facteurs de risques psychosociaux.

Cette annonce a provoqué une vague de départs et une démoralisation de nombreux collègues, une perte de sens au travail, une augmentation de la charge de travail pour beaucoup et des rapports dégradés pour toutes et tous. Vous avez aggravé tous les facteurs de risques psychosociaux (voir encore ce document de l’INRS). On est loin de la sécurisation des postes, annoncée il y a deux ans, pour éviter le turnover… De fait, celui-ci est juste devenu la norme.

Ces faits sont aggravés par “l’accompagnement” proposé à ces CDD qui quittent l’université : refus de payer tous les congés, retard dans les délivrances de documents “pôle emploi” ou CET, fiche de poste publiée sur le site web avant même la fin annoncée du CDD... Le tout ayant comme seul objectif, la diminution de la masse salariale...

Gestion des personnels, encadrement

Ces annonces ont été aggravées par les propos de la direction sur le manque de “confiance” envers les chefs de service, sur les injonctions d’obéissance, sur les interdictions d’exprimer des points de vue divergents, sur les messages envoyés par une partie de la direction le WE et le soir… (voir toujours dans le même document les facteurs de RPS : le manque d’autonomie, rapports sociaux au travail dégradés, conflit de valeurs…). 

Suppression de postes, restructurations

Les suppressions de postes et les postes non pourvus, sans que l’on sache si ces postes seront à nouveau pourvus un jour, désorganisent encore plus le travail. Là encore, vous aggravez les RPS (voir toujours dans le même document : “intensité et temps de travail”) alors que vous avez obligation de prendre les mesures pratiques nécessaires pour assurer la sécurité des travailleurs et protéger leur santé (directive-cadre 89/391 du 12 juin 1989).

La refonte de la chaîne “scolarité” que vous prévoyez est aujourd’hui prévue avec de nombreuses suppressions de postes… dans l’optique de réduire encore la masse salariale… 

Prévention RPS et personnel social

Aujourd’hui, la prévention des risques est réduite au néant :

  • Suppression du poste d’assistant prévention. Les demandes liées à la sphère CHSCT ne sont plus traitées en temps et en heure (voir les questions posées par l’ensemble des mandatés CHSCT). 
  • Plus d’assistante sociale et d’infirmière de prévention suite à la politique menée par la direction .
  • Pas de médecin de prévention. Le médecin actuel est absent pour une durée indéterminée et pas remplacé 
  • Plus de groupe RPS ou de système de prévention RPS contrairement aux obligations légales.
  • Plus de VP médiateur sur les problématiques des personnels mais un VP moyens humains
  • Plus de groupe de traitement mensuel des fiches sécurité santé au travail (SST)

Vous avez supprimé la quasi-totalité des espaces de discussions et de médiations. Le mur est l’expression de ce manque…

Quid du mur ?

Le murest un espace d’expression libre mis à la disposition des personnels par les syndicats. Il permet aux agents d’informer de la situation des services et composantes, il ne contient pas de propos injurieux et diffamatoires, pas plus qu’il ne contient de mensonges ou d’attaques personnelles, l’intersyndicale y veille et le modère. 

Il est juste le reflet de la politique actuelle de l’université (voir plus haut). Les personnels réunis en assemblée générale et l’intersyndicale demandent depuis le mois de juin le changement de cette politique.

Nous sommes ouverts à la discussion avec la présidence

A ce jour, la seule réponse positive faite par l’administration à nos revendications était une augmentation de la prise en charge des repas par l’université, des négociations devaient être ouvertes en juillet sur le sujet et rien n’est encore fait à ce jour. C’est à l’image de la politique menée. On souhaite que ça change.

  • Nous en appelons à la tutelle pour ouvrir un processus de médiation pour sortir de l’impasse où vous nous avez conduits.  
  • Nous demandons un changement de politique.  
  • Nous attendons en urgence des négociations sur l’ensemble des revendications portées.  

Le mur montre de multiples problèmes locaux bien identifiés, il faut les résoudre un par un et en tirer des conséquences sur la politique globale.

Nous proposons à la présidence, pour que les “règles élémentaires du vivre ensemble” soient respectées, pour que “notre vie académique et institutionnelle se poursuive sur les bases saines et courtoises“ d’ouvrir enfin ces négociations afin de trouver une issue constructive pour toutes et tous à la situation de l’université… 

C’est alors que le mur prendra fin, avec sa raison d’être.

CGT FERC SUP Paris 3 - SGEN CFDT

Voir l’épisode 1 en ligne

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition