Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Je me syndique à la CGT FERC Sup !

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Syndicats > Île de France > Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

Blog de la CGT FERC Sup Paris3

Grève à la bibliothèque Sainte Geneviève

lundi 22 novembre 2021

Lundi 15 novembre, les syndicats de l’université Sorbonne Nouvelle déposaient un préavis de grève (voir plus bas). Vendredi 19 novembre, la direction de l’université recevait, comme le prévoit la loi, les syndicats, accompagnés de collègues de la BSG.

La direction n’a pas répondu aux revendications

  • Sur les trois postes qui passent de la BSG à la DPI, elle a affirmé que ces collègues resteraient physiquement à la BSG mais qu’ils seraient sous l’autorité de la DPI et plus de la BSG comme c’était le cas jusqu’à aujourd’hui. Certains collègues concernés avaient du service public ou des missions hors du périmètre DPI... et ce travail se reporterait sur les collègues de la BSG. Et la crainte est forte que les collègues affectés à la DPI voient une partie de leur temps de travail déporté sur des missions de l’université, hors BSG et que les priorités ne soient plus décidées localement...
  • Concernant les trois postes déplacés de la BSG vers la BSB. La direction a expliqué que l’objectif était de permettre à la BSB de mieux fonctionner. Mais elle détériore, en conséquence le fonctionnement de la BSG. Des postes doivent être proposés à la BSB mais pas en déshabillant Paul pour habiller Pierre ! La direction promet des CDDs pour remplacer les titulaires partis de la BSG à la BSB. Elle confirme ainsi qu’elle ne respecte pas la loi ! Ces postes sont des postes pérennes, ils l’ont toujours été. Ils doivent donc être occupé par des fonctionnaires ! Le ministère doit fournir des postes de fonctionnaires à la BSB mais sans les prendre à la BSG.
  • Concernant les bons de vêtements, la direction a dit qu’ils étaient illégaux... sauf que les agents les touchent depuis des années et que ça n’a pas été remis en cause lors des discussions sur le RIFSEEP. La direction doit donc augmenter les primes RIFSEEP proposées pour intégrer ces montants. Les conditions de travail et les horaires des magasiniers justifient cette prime supplémentaire par rapport aux autres magasiniers de l’université. Et ce d’autant plus qu’on est loin des valeurs de références données par le ministère pour les minima RIFSEEP.
  • Concernant le maintien des rémunérations des services en soirée, la direction semblait découvrir le problème. Cette baisse de rémunération est juste inacceptable. La direction doit rétablir les choses immédiatement.

Pour finir, la direction méprise les collègues... le président a proposé une réponse, d’ici une semaine... alors que le préavis commençait lundi.

La réponse des agents est claire :

La bibliothèque est fermée. Les agents sont en grève.

LA CGT FERC Sup Paris 3 soutient la lutte des collègues.

Elle appelle à les soutenir :


Préavis de grève envoyé le 15 novembre 2021

Monsieur le président,

Nous avons l’honneur de vous faire savoir que suite à l’Assemblée Générale qui s’est tenue ce jour, le 15 novembre 2021, à la Bibliothèque Sainte-Geneviève, les syndicats de l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 déposent un préavis de grève à compter du 22 novembre 2021 et jusqu’au 29 novembre 2021.

Ce préavis concerne l’ensemble des personnels titulaires, stagiaires, vacataires et contractuels, de la Bibliothèque Sainte-Geneviève.

Depuis plusieurs années, en Comité technique, les représentants des personnels demandent de meilleures conditions de travail et de rémunération pour tous.

La refonte du régime indemnitaire des agents titulaires, bien au-delà des effets d’annonce, maintient les primes des agents de l’Université Sorbonne Nouvelle parmi les plus basses de France. Il est très loin des valeurs de références du ministère (voir fichier) Le nouveau régime prive de fait les magasiniers de toutes les autres primes qu’ils touchaient jusqu’à maintenant , et cela à terme accroîtra les inégalités de rémunérations entre les agents. En effet, seuls les personnels déjà parmi les plus hauts salaires bénéficieront d’une hausse de leur régime indemnitaire en 2022 et 2023.

La hausse prétendue des primes des catégorie C et B est avancée par la présidence pour supprimer des emplois contractuels ou restructurer brutalement des services et départements. Supprimer les postes du Département du Patrimoine et de l’Immobilier (causant de fait la suppression du service) sachant que le bâtiment classé nécessite des travaux urgents et des interventions quotidiennes est un choix bien malvenu qui entraînera une dégradation des conditions de travail du personnel comme de l’accueil du public. La suppression des postes d’administratifs, postes déplacés à la BSB, est tout aussi problématique.

D’autre part après une reconnaissance formelle de l’engagement des agents de la Bibliothèque Sainte-Geneviève durant la pandémie, agents qui ont continué d’accueillir les usagers quand les services culturels comme les établissements d’enseignement avaient fermé leurs portes et la décision récente de baisser la rémunération des heures travaillées en soirée est insupportable.

La Bibliothèque Sainte-Geneviève est reconnue pour la qualité de ses collections comme pour la compétence de son personnel. Mais sans l’engagement quotidien de ses agents pour constituer, rendre accessibles sur site et en ligne les collections et accueillir les chercheurs comme les étudiants de premier cycle dans les meilleures conditions, la BSG ne serait pas ce lieu qui attire un public fidèle et exigeant jusqu’à 22h00, 6 jours sur 7. Sans compter les dimanches jusqu’à fin décembre où nous restons ouverts entre 13 et 19h. Il ne tient qu’à vous de reconnaître et ne pas briser ce bel élan et cette excellence séculaire.

Nous déposons ce préavis de grève pour obtenir pour l’ensemble des personnels de la BSG :

  • Le maintien des rémunérations des services en soirée (la réforme proposée ferait passer à 11 euros ce qui était payé entre 13 et 19€ brut de l’heure selon les indices)
  • Le maintien des bons de vêtement (actuellement d’un montant de215€)
  • La conservation des postes et des services essentiels au fonctionnement de l’établissement (les 3 postes déplacés de la BSG vers la DPI et les 3 supports ADJAENES déplacés à la BSB) ;
  • L’augmentation des minima RIFSEEP pour que cette refonte RIFSEEP apporte réellement un gain aux agents magasiniers comme annoncé par la Présidence. L’objectif étant a minima les valeurs de références données pas le ministère le 4 octobre

Conformément à la réglementation, nous vous demandons de recevoir l’ensemble des représentants des personnels avant l’expiration de ce préavis.

F.ERARD, pour la CGT FERC Sup Paris 3 et la section SNASUB FSU de l’université Sorbonne Nouvelle

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition