Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Préavis de grève pour le mois de septembre 2020

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Syndicats > Auvergne-Rhône-Alpes > Grenoble - UGA - G-INP

Syndicat CGT Université de Grenoble

Le travail à distance ne doit pas se faire aux frais des personnels

lundi 8 juin 2020

Communiqué CGT-FO-FSU

Depuis maintenant plus de deux mois, nous sommes nombreux·ses à l’UGA à travailler à distance, depuis notre domicile.

Ce travail à distance, imposé par la crise sanitaire, se fait dans des conditions souvent difficiles : conditions dues au confinement, mais aussi matériel inadapté, manque d’espace, charges familiales à gérer, ou au contraire fort isolement.

D’un point de vue matériel, l’UGA s’est mobilisé et des collègues ont pu obtenir du matériel, ou des moyens de connexion (clés 4G) pour pouvoir travailler. Cette mobilisation et ces efforts de la part des collègues et des directions est tout à fait louable.

Cependant, de nombreux frais, occasionnés par le travail à distance, restent à la charge des personnels : frais d’électricité supplémentaires, frais de connexion à internet, antivirus ou autres logiciels, dépenses de fournitures de bureau. Or, c’est à l’employeur de fournir aux travailleurs·ses les moyens de travailler dans les meilleures conditions possibles. C’est aussi à l’employeur de fournir le matériel nécessaire au travail, et donc de prendre en charge tous ces frais. On peut concevoir que cette prise en charge n’ait pas été mise en place dans l’urgence du confinement, mais les pratiques de travail à distance s’installent dans la durée et il devient nécessaire de l’organiser au mieux. Une note a été diffusée sur les menues dépenses qui peuvent être remboursées (cf. ci-dessous), mais nous trouvons que celle-ci, uniquement adressée aux directeurs et directrices et à certains responsables, arrive fort tard pour avertir les personnels qu’ils pouvaient garder les factures afin de procéder au remboursement et ainsi constituer un dossier.

En CT du 26 mai, la CGT, FO et la FSU ont donc fait mettre ce point à l’ordre du jour, et demandé cette prise en charge.

Concernant les « menues dépenses » et donc les fournitures de bureau (notamment les ramettes de papier pour les impressions), la réponse de l’UGA est positive.

Quand nous avons abordé la question des frais de fonctionnement (électricité, internet), les représentants des personnels CFDT et UNSA, avant même que la direction de l’UGA ne réponde, ont fait part de leur opposition à cette demande de prise en charge : nous serions selon eux « privilégiés » à l’UGA, nos salaires ayant été maintenus, il faudrait donc faire preuve de « solidarité » et ne pas demander plus. A été aussi mis en avant le fait que le travail à distance permet aussi de faire certaines « économies ».

Nous tenons à rappeler que les personnels « privilégiés » à l’UGA ont continué de travailler pendant la période de confinement, dans des conditions difficiles, et n’ont donc pas volé leur salaire !

Sans distinction de vie privée et vie professionnelle, les agents de l’UGA ont été solidaires et dévoués pour exécuter le travail déplacé à la maison, n’ont pas compté leur énergie, les heures effectuées pour cette nouvelle organisation de travail. Alors que beaucoup d’entre eux ont utilisé leurs matériels et fournitures personnelles durant ce confinement, ils doivent en plus faire preuve de solidarité. L’employeur n’a pas à faire des économies sur le dos de ses agents.

Au vu de l’absence de consensus sur le sujet de la part des organisations syndicales, le président a donc maintenu le statu quo du remboursement des seules menues dépenses.

Nous ne partageons pas le point de vue de nos collègues CFDT et UNSA. Pour nous, la solidarité se conçoit entre travailleurs, et non sous la forme d’une sorte d’« effort partagé » entre les personnels et leur employeur. L’UGA a les moyens financiers, ou peut les obtenir du ministère, pour que nous puissions tou·te·s travailler dans de bonnes conditions, et pas à nos propres frais. Nous rappelons que ces frais peuvent peser parfois très lourd sur les budgets personnels, en particulier pour les collègues ayant les salaires les plus bas.

Nous maintenons donc notre revendication, et continuons à demander la prise en charge par l’UGA de tous les frais liés au travail et payés à ce jour par les agents :

  • matériel informatique et associé (ordinateur, scanner, imprimante, disques externes de stockage, …), ainsi que téléphone professionnel
  • frais de fournitures, papier, fournitures de bureau (dont appareillage ergonomique), consommables, sur une base forfaitaire
  • frais d’électricité, de téléphone ; frais d’envois
  • frais de connexion à internet, antivirus, logiciels : quand bien même l’abonnement individuel à internet offre souvent un accès illimité, en travail à distance depuis le domicile, une partie de cet abonnement est de fait utilisé par l’UGA

Tout travail mérite salaire, et tous les frais engendrés pour exécuter nos missions de service public méritent aussi un remboursement de la part de notre employeur !

Et vous ?

  • Acceptez-vous de payer de votre poche une partie de vos outils de travail ?
  • Pensez-vous que les salaires à l’UGA soient suffisants pour que tout le monde puisse prendre en charge sans grande peine ces frais supplémentaires ?
  • Acceptez-vous de sacrifier vos droits à des conditions de travail dignes au nom de l’état d’urgence sanitaire ?

Pour la période de confinement passée et prolongée, nous demandons que chaque agent utilisant son matériel personnel, soit équipé du matériel de l’université (ordinateur, imprimante, clés 4G, antivirus, téléphone, papiers et autres fournitures), et qu’un dédommagement soit prévu pour la dépense de l’électricité.

Le travail a pu être tant bien que mal déplacé à domicile, le matériel et les fournitures nécessaires à la continuité de l’activité universitaire doivent être donc eux aussi mis à disposition au domicile, par l’établissement, afin d’exécuter notre mission du service public à la maison !

Les représentant·e·s du personnel CGT, FO et FSU restent déterminé·e·s à défendre les droits des personnels et des conditions de travail dignes, état d’urgence sanitaire ou non.

Annexe : note de l’UGA sur la prise en charge des menues dépenses dans le cadre du travail à distance

"Envoyé : Mercredi 27 Mai 2020 16:29:32
Objet : [dgd-directeurs] Prise en charge menues dépenses (travail à distance)

Bonjour,

Nous vous informons qu’il convient d’appliquer la règle de la menue dépenses afin de rembourser, les éventuels surcouts de consommables et fournitures (type cartouches imprimantes, papier, souris, etc...) engendrés par le travail à distance, notamment pendant la période de confinement. Pour rappel, vous trouverez la procédure sur l’intranet :

https://intranet.univ-grenoble-alpes.fr/fonctions-d-appui/gestion-comptable-finances-achats/realiser-une-depense/les-petites-depenses/

Cependant, cette procédure ne peut prendre en charge des achats de matériel (type écran ou imprimante), pour lesquels l’émission de bons de commandes est toujours possible. Nous vous rappelons également que les livraisons ne peuvent être prévues au domicile des agents.

Bien cordialement"

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition