Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Préavis de grève du 24 février au 22 mars 2020

Préavis de grève du 1 er au 29 février 2020

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Syndicats > Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes > Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) > Nos tracts

Nos tracts

Université de Pau : Evaluation Notation - Entretiens de progrès : le foutoir !

lundi 12 février 2007

Communiqué de la CGT de Pau : Evaluation / Notation le foutoir !

Pour rappel,

En l’état des dernières circulaires ministérielles et académiques, le personnel de santé et ASU (et de Bibli) est objet d’une procédure d’évaluation / notation. Le personnel ITRF d’évaluation uniquement. L’ensemble du personnel de l’UPPA, ASU, ITRF, de Bibli, contractuels est aussi sujet à la procédure des Entretiens de Progrès initiée à l’UPPA et avalisée par la CPE comme par le CA.

Les 2 procédures Evaluation et Progrès sont distinctes dans le fond comme dans la forme. C’est ce distingo et l’engagement en ce sens de la direction de l’UPPA qui a motivé la participation des élus à la CPE, à l’élaboration conjointe des Entretiens de Progrès. Il est par conséquent inacceptable que les entretiens de progrès servent aux fins d’évaluation. C’est contraire à la parole donnée, en total irrespect du personnel et des représentants du personnel en CPE lesquels n’ont pas négocié une reformulation sauce UPPA de la procédure d’évaluation.

Evaluation / notation pour le personnel ASU, de santé et des biblis :

Le personnel doit être convoqué selon des règles particulièrement précises. Ces règles ont fait l’objet d’un rappel dans la circulaire académique communiquée aux agents de l’ASU et ont été reprises dans la lettre du président accompagnant le document dit d’Evaluation / notation. La convocation 15 jours auparavant et la communication des documents référents (circulaire ministérielle) sont substantiels à la procédure. Or nous constatons que par confort, le président s’affranchit des règlements et procédures dont il se dit par ailleurs si respecteux.

En effet non seulement Mr Uhaldeborde a diffusé aux responsables de services une note leur suggérant, en l’absence de modèle de compte rendu des Entretiens d’Evaluation imposé, de se « servir du modèle de compte rendu individuel de progrès à cette fin mais, et malgré nos protestations, il a mêlé Entretiens d’Evaluation et de Progrès. Les documents mis en ligne sur le site de l’UPPA en attestent. Dans le paquet Entretiens d’Evaluation figurent des convocations à Entretiens de Progrès apparues plus d’une semaine après la 1ère mouture de la mise en ligne. Il y a tromperie. Le personnel n’est pas dupe de la manoeuvre même si la confusion, délibérément entretenue, sème le trouble.

En tout état de cause dans nombre de services le personnel ASU n’a pas été convoqué régulièrement à des Entretiens d’Evaluation. Qui plus est :

- Certains ont effectivement participé à des Entretiens d’Evaluation et ont signé (ou pas) un unique compte rendu d’Entretien d’Evaluation.

- D’autres ont signé un compte rendu d’Entretien d’Evaluation en sus de celui d’Entretien de Progrès à l’issue d’Entretiens de Progrès.

- D’autres encore ont passé et signé un compte rendu d’Entretiens de Progrès et n’ont donc pas fait l’objet d’évaluation.

La confusion est totale, le traitement du personnel ASU différencié au regard d’une procédure qui n’est pas sans incidence sur l’avancement des agents et qui, dans son principe (on peut y adhérer ou pas c’est un autre point de vue) et son cadrage, se revendique égalitaire, objective et donc incontestable. Force est de reconnaître que c’est loin d’être le cas à l’UPPA.

Evaluation pour les ITRF :

Même si dissociée de la notation, la procédure d’évaluation du personnel ITRF doit répondre aux mêmes exigences que celle du personnel ASU. N’est elle pas issue des mêmes textes et décrets ? Au vu du foutoir, des réactions des personnels dans les universités, de l’impossibilité même de le réaliser dans d’autres, et d’échéances électorales, on s’achemine semble t-il vers une situation type « il est urgent d’attendre ». A surveiller cependant

La confusion actuelle est due à la volonté de mener simultanément les deux procédures quitte, par souci d’économie de temps, à utiliser l’une au profit de l’autre, contrairement aux engagements pris et au mépris des élus du personnel. Quitte aussi à léser une partie du personnel ASU. La note de service du 04 décembre reste de vigueur en l’absence de « contre-indication ».

La CGT a plusieurs fois protesté ces dernières semaines du dévoiement des Entretiens de Progrès. En vain. Aussi le dossier est-il entre les mains de son avocat pour étude.

Par ailleurs nous invitons le personnel à manifester sa ferme désapprobation de la manoeuvre en signant la pétition qui va lui être soumise sous peu. Pétition par laquelle les organisations syndicales invitent le personnel à contester l’utilisation de la procédure des entretiens de progrès aux fins d’évaluation.

PS : vendredi matin, entre deux gorgées de café, Mr Dutil, secrétaire général, a exprimé oralement le souhait présidentiel de rencontrer les organisations syndicales. Après la date butoir du 31 janvier ? Ou celle du délai pour recours au TA ?. Ce lundi à 16h30 en tout cas il ne nous est encore rien parvenu. A propos le café, sucré ou pas ?

Pour la CGT - Hervé Thépault

Dernières nouvelles :

L’avocate de la CGT est débordée par les dossiers prud’hommaux. Je lui ai demandé d’étudier la question sous un autre angle afin de s’affranchir des délais au TA. L’angle serait le non-respect de la procédure et le traitement inégalitaire du personnel.
La direction de l’UPPA a invité les syndicats à prendre le café.

La CGT a refusé de s’y rendre arguant que la question devait être traitée en CPE. Dans son entretien avec les autres syndicats le président a reconnu la confusion et "son erreur" et s’est engagé à publier une nouvelle "circulaire". 15 jours après toujours rien. Entre temps la pétition signifiant le refus de l’utilisation des entretiens de progrès aux fins d’évaluation receuille nombre de signatures. Ici à Bayonne tout le monde a signé.
On en est là.

Hervé le 12 février 2007

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition