La CGT des établissements d’enseignement supérieur et de recherche

Syndicat CGT FERC Sup Université Savoie Mont Blanc

Recherche

Au prétexte de la concurrence internationale, c’est le sens même du lien entre enseignement et recherche qui est affecté. Les réformes actuelles veulent faire de l’université un lieu de « production des qualifications supérieures » censé assurer la compétitivité des entreprises françaises en procurant à la majorité des futurs salariés un « bagage minimum » et en développant « l’employabilité » de tous pour les préparer à une société sans droits. L’enseignement supérieur, au service du patronat local, peut-il vraiment assurer, en toute indépendance, sa mission d’offrir à tous les bacheliers qui le souhaitent le contact avec un savoir vivant, nourri par la recherche ? L’assèchement des budgets propres au profit du financement sur projet impose un gaspillage de temps considérable en rédaction de programmes et rapports d’activité au détriment de la recherche elle-même ; la mesure abstraite par l’agence (AERES) des niveaux de publication, permet aux présidents de brandir des proportions dramatiques de “non-produisants” à soumettre à des propositions paternalistes de retour à la recherche ; la perspective de la modulation de service instille l’idée désastreuse que l’enseignement devrait être la punition de la mauvaise recherche ; la nécessité de l’accord individuel avant la mise en place d’une modulation est un garde fou qui s’affaiblit dans un contexte où nous voyons les premières traductions d’enseignants-chercheurs en section disciplinaire pour défaut de publication. La concurrence fait rage entre individus, entre disciplines, entre laboratoires, entre universités, entre diplômes.

Nous réclamons :

  • • La dissolution de l’AERES et la remise à plat du système d’évaluation des enseignants-chercheurs afin de la refonder sur des critères scientifiques et non managériaux.
  • • La protection du temps de recherche des enseignants-chercheurs, dont la diversité des tâches doit être reconnue et donner lieu à décharges. La multiplication des dispositifs de congé pour recherche pour tous, au lieu de la concentration des moyens sur une minorité (IUF, PES).
  • • La dissolution de l’ANR et de l’AII (Agence de l’Innovation Industrielle), la restitution du financement propre des équipes, le maintien des organismes de RECHERCHE PUBLIQUE.
  • • Des projets d’établissements résolument au service des étudiants et des usagers et non dictés par des objectifs de performance et de résultats principalement financiers débouchant nécessairement sur la réduction de la masse salariale et du plafond d’emplois.
  • • Un financement par l’État, à hauteur de 1,4% du PIB, qui garantisse l’indépendance du SERVICE PUBLIC des pressions, intérêts et lobbies de toutes sortes.
  • • Des cursus et contenus d’enseignement établis, validés et reconnus nationalement.
  • • La revalorisation des bourses d’État sur critères sociaux, le refus de l’augmentation des droits et frais d’inscriptions et la construction de logements en cité U (CROUS).
CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : (33) 01.55.827.628 - Fax : (33) 01.49.88.07.43 - Mél : ferc-sup@ferc.cgt.fr