La CGT des établissements d’enseignement supérieur et de recherche

Syndicat CGT FERC Sup Université Savoie Mont Blanc

Après les AG...

lundi 5 novembre 2018

Après le premier succès des Assemblées Générales à l’initiative de la CGT sur les sites d’Annecy, du Bourget-du-Lac et de Jacob (respectivement 14, 40 et 35 personnes), il est apparu urgent de continuer à nous mobiliser pour le retrait de la circulaire horaires-congés que la présidence de l’USMB veut nous imposer. L’objectif est de faire signer la pétition par une majorité d’agents pour donner plus de poids à notre action et contester la légitimité de cette décision du président de l’USMB.

Les personnels considèrent avec raison que l’application brutale de cette nouvelle circulaire, alors que l’année universitaire est commencée depuis plus de deux mois, n’est pas acceptable. Nombre d’entre eux ont organisé leur quotidien et cette réorganisation forcée de leur vie est intolérable. Les textes prévoient par ailleurs que les emplois du temps des personnels sont définis un mois après la rentrée [1]. L’application de la nouvelle circulaire n’a donc pas de fondement juridique pour cette année universitaire. La présidence tente d’imposer rétroactivement une application au 1er septembre 2018. Il faut refuser de signer la nouvelle feuille d’horaires que tente d’imposer la direction et demander à l’ensemble des collègues de tenir cette position.

Le droit à congés est de 45 jours [2] dans la Fonction Publique du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, la circulaire fait apparaître des modalités n’en contenant que 40,5 jours. Ce n’est pas anodin, c’est une attaque contre nos jours de congés. Il faut obtenir qu’un minimum de 45 jours soit affiché en jours de congés pour toutes les modalités à temps plein.

Les personnels contractuels sont les plus précaires d’entre nous. La nouvelle circulaire fait perdre de nombreux jours de congés à ces collègues. C’est la double peine, ils payent deux fois leur précarité. Il faut comme auparavant ramener les CDD de plus de trois mois dans le cadre général (3,75 jours de congés par mois).

La modalité de notre temps de travail, c’est le choix de l’agent, pas celui de sa hiérarchie. La hiérarchie a pour charge d’organiser le service, avec les personnels et les modalités dont elle dispose. Avoir 36H40 dans des horaires intangibles comme seule modalité autorisée, là où les autres établissements du supérieur autorisent des fonctionnements beaucoup plus souples et adaptés à la vie de leurs personnels, c’est incompréhensible ! La vie n’est pas le travail, le travail ne rend pas libre. Nous voulons de vraies modalités pour s’adapter à nos vies.

Et maintenant ? Nous avons commencé à comprendre que nous n’étions pas isolés face à l’arbitraire. Il nous faut élargir le seuil de sympathie que rencontre notre mobilisation. Autour de nous, nous avons toutes et tous des collègues, plus fatalistes, qui n’y croient plus ou n’étaient pas présents aux AG. Il faut en parler avec eux, faire connaître et signer la pétition. Nous travaillons aussi avec de nombreux enseignants et enseignantes qui ne connaissent pas notre quotidien et n’ont pas lu les mails de la CGT sur la circulaire. Ils sont cependant personnels de l’USMB comme nous. Il faut aborder le sujet avec eux et les convaincre que signer la pétition est un acte solidaire qu’ils ou elles peuvent faire pour nous aider. Un modèle de pétition vierge est joint. Utilisez-le :

Lors de la modalité de travail sur 9 demi-journées, la présidence veut imposer que la 9ème demi-journée fasse strictement 4 heures consécutives. C’est à nouveau une position plus restrictive que les textes [3]. C’est à l’agent de choisir la durée qui lui convient le mieux ! La hiérarchie organise ensuite le service au mieux des possibilités ou aménage avec l’accord de l’agent un emploi du temps différent.

Notes

[1« le chef de service arrête ce calendrier et communique à chaque agent par écrit son emploi du temps avec son service durant les vacances, un mois au plus tard après la rentrée » in Article 2.3 introduction C. n° 2002-007 du 21-1-2002

[2« Les congés annuels sont établis (...), sur la base de 9 semaines ou 45 jours ouvrés pour un agent à temps complet. » in Article 2.2.1 C. n° 2002-007 du 21-1-200

[3« le travail en demi-journées s’entend d’une plage de travail d’une durée inférieure à 5 heures effectuée avant ou après 12 heures. » in Article 2.3.2 point c C. n° 2002-007 du 21-1-2002

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : (33) 01.55.827.628 - Fax : (33) 01.49.88.07.43 - Mél : ferc-sup@ferc.cgt.fr