Ce navigateur ne supporte pas CSS Grid layout !

Pour un Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche, laïque, démocratique et émancipateur

La CGT des établissements d'Enseignement supérieur et de Recherche

Je me syndique à la CGT FERC Sup !

Signez nos pétitions !

Menu ☰ Je me syndique ! Éspace militant

Accueil > Les dossiers > Enseignement supérieur > Loi Vidal - ORE (2017-2018) > 25 avril 2015 • Échos des mobilisations

25 avril 2015 • Échos des mobilisations

mercredi 25 avril 2018

Manifestations du 1er mai

1er mai revendicatif
Tous ensemble, faisons-nous entendre !

Nous avons face à nous une propagande anti-grève puissante : c’est pourquoi nous devons nous tenir informés de ce qui se passe réellement et notre devoir est d’informer ensuite autour de nous.

Le seul moyen c’est de tracter, de lire les tracts, de réunir, d’aller aux réunions, de proposer aux cheminots ou autres salariés en lutte, à commencer par les cheminots, d’intervenir dans nos AG, de participer aux AG étudiantes.

Les différentes grèves observées sont plutôt suivies, mais nous devons encore débattre, argumenter pour convaincre et faire grandir le rapport de force seul à même d’être à la hauteur des attaques et mettre un point d’arrêt à la casse de notre modèle social.

Le 1er mai est une nouvelle étape ! Toutes et tous, ensemble pour porter nos revendication et notre refus de cette politique de casse sociale.

RDV - Heures et Lieux, Périmètres

ST QUENTIN 09h45, devant la Bourse du Travail/ CGT

SOISSONS 10h30, devant l’expo MAI 68/ CGT

LAON 09h00, à l’Union Locale/ CGT

TROYES 10h ,rendez vous maison des syndicats 2a boulevard du 1er RAM /CGT -SOLIDAIRES

LILLE 10h30, Porte des postes / CGT- FSU- SOLIDAIRES

DUNKERQUE 10h, Bâtiment de l’avenir / CGT

REIMS 10h, Maison des syndicats/ CGT

ROUEN 10h, Cour Clémenceau / CGT

LE HAVRE 10h30, Devant franklin / CGT

NICE 10h30, Jardins Albert 1er / CGT

ANTIBES10h00, place Général de Gaulle /CGT 06 - FSU 06 - CFDT 06 - Solidaires 06 – UD UNSA 06 - Union des Syndicats de Monaco – INCA CGIL - Solidaires étudiants – UNEF

GRASSE 10h30, Cours Honoré Cresp/ CGT 06 - FSU 06 - CFDT 06 - Solidaires 06 – UD UNSA 06 - Union des Syndicats de Monaco – INCA CGIL - Solidaires étudiants – UNEF

CANNES 10h30, place Cornut Gentil/ CGT 06 - FSU 06 - CFDT 06 - Solidaires 06 – UD UNSA 06 - Union des Syndicats de Monaco – INCA CGIL - Solidaires étudiants – UNEF

CARCASSONE 10h30, place Carnot/ CGT ; FO ; Solidaires ; FSU

NARBONNE 11h00, les Halles/ CGT ; FO ; Solidaires ; FSU

BAYONNE11h00, place Ste Ursule CGT/FO/FSU/SOLIDAIRES

PAU 11h00, place verdun CGT/FO/FSU/SOLIDAIRES

TARBES10h30, Bourse du Travail/ CGT, FSU, UNSA, SOLIDAIRES

PERPIGNAN 10h00 Place de catalogne / CGT

MARSEILLE 10h30, vieux port / CGT

MONTPELLIER 10h30, place Zeus, CGT/FSU/SOLIDAIRES

AURILLAC 9h30 à 12 h,Place des droits de l’homme / CGT - FO – FSU

DIJON 10h30 ,Place Wilson/CGT-FSU-Solidaires

CHARTRES 10h30, Place des Halles/ CGT, Solidaires et FSU

BREST 10h30, place de la liberté/CGT FSU Solidaires UNSA

QUIMPER 11h00, devant la gare/ CGT FSU Solidaires UNSA

RENNES 10h30, Place de la mairie CGT

BESANÇON 10h, Gare SNCF / CGT

METZ 10h, Place de la république/ CGT

NANCY 10h30, Place Dombasle/ CGT

STRASBOURG 10h, place de la bourse/ CGT, FSU, Solidaires, FO, CNT, AG Étudiants en lutte

BORDEAUX 9h30, Place de la république CGT

TOULOUSE 10h00, place Esquirol. /CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES et UNEF

AUCH 10h30, quai Lissagaray /CGT – FO- FSU – UNSA – Sud/Solidaires et SGL

GRENOBLE 10h, Bd alsace Loraine / CGT- FSU- SOLIDAIRES- UNEF- UNL

BLOIS 10h30, devant les escaliers Denis Pépin/ CGT, FSU, Solidaires

NANTES 10h00, Miroir d’eau / CGT, FSU et Solidaires

ANGERS 10h30 place Imbach / CGT- FSU- FO- UNEF-UNL

SAINT-LO 10h30,place de la mairie/CGT – FO – FSU et SOLIDAIRES, UNL-SD

CLERMONT-FERRAND 10h30, Place Delille,CGT, Solidaires

LYON 10h30, depuis la place jean Macé en direction de Bellecour /CGT,FSU,SOLIDAIRES,CNT, CNT SO, UNEF, UNL

CHAMBÉRY 10h, à la Sasson / CGT

ANNECY 09h30, poste centrale/ CGT

PARIS 14h30, Bastille/ CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES et UNEF

LIMOGES 10h30, carrefour Tourny/ CGT, FSU, UNEF

État des mobilisations 25/04/2018

AMIENS
Refus collectif d’EC de tenir les examens. AG le 23/4, 500.

AIX MARSEILLE
AG le 17/04 à Saint Charles, adresse aux personnels et à la direction de l’AMUE (informatif, revendicatif et appel à rejoindre )

18/4 Avis CHSCT

"Nous membres du CHSCT convoqué en séance extraordinaire le 18 avril 2018 pour l’examen de la situation de sécurité dans le bâtiment 5 du site Saint Charles - IGH - au regard de son occupation par les étudiants, préconisons : au vu des événements qui se sont déroulés dans d’autres universités, et au vu des risques d’une intervention policière dans un Immeuble Grande Hauteur, nous préconisons d’éviter le recours à la force, pour une éventuelle évacuation du bâtiment. Votes : 5 pour / 0 contre / 2 abstentions"

24/4 Engagement des personnels à bloquer les examens et retenir les notes en cas d’intervention policière sur les sites de St Charles et Schuman + Dépôt d’un préavis de grève CGT FERC Sup local

Communiqué signé par 131 personnels de l’université d’Aix- Marseille

Le gouvernement a annoncé que "l’état de droit" - ou plutôt, une conception droitière de l’ordre public - serait rétabli dans toutes les facultés bloquées d’ici le milieu de la semaine prochaine. Ce processus a débuté dès vendredi 20 avril au petit matin par l’évacuation musclée du site de Tolbiac par une centaine de CRS.

Les étudiants occupant les sites de St-Charles à Marseille et Schuman à Aix défendent donc aujourd’hui avec patience et détermination, mais au péril de leur propre fin d’année et de leur intégrité physique, un modèle d’université libre et ouverte à tous, alors même qu’ils l’ont déjà intégrée et la quitteront bientôt.

C’est donc bien pour les générations futures ET pour nous, personnels de l’université, qu’ils se mobilisent. Car c’est bien nous qui subirons de plein fouet, et pour longtemps, les mutations radicales de l’université que préfigure cette réforme. Nous ne pouvons plus décemment laisser nos étudiants prendre seuls ces risques pour nous, à notre place.

Étant donnée la qualité et l’intelligence de leur occupation, étant donné aussi l’avis récent du CHSCT* sur celle-ci, le seul reproche pouvant leur être fait à ce jour par le ministère sera certainement le blocage des examens.

Nous, personnels BIATSS et enseignants signataires de cette lettre, nous déclarons donc déterminés à nous mettre immédiatement en grève illimitée, et plus particulièrement à bloquer tous les examens encore à venir, ainsi qu’à retenir les notes de tous les examens déjà passés au moindre soupçon d’intervention policière sur nos sites de travail de St Charles et de Schuman.

Nous dégageons ainsi intégralement dès ce jour les étudiants occupant ces sites de toute responsabilité dans de potentielles perturbations des examens. Et invitons par là même nos directions de sites, d’UFR, d’Université, à poursuivre pacifiquement le dialogue, comme ils ont su le faire depuis le début de la mobilisation.

Le syndicat CGT du Grand Port Maritime de Marseille et de Fluxel s’était déjà engagé à faire de même depuis le 12 avril. D’autres secteurs (cheminots, postiers...) se réunissent ce lundi 23 avril pour envisager une telle position.

Il est aujourd’hui plus qu’urgent pour nous personnels de l’université d’assumer nos responsabilités et de ne plus laisser d’autres personnes bien plus exposées prendre des risques à notre place et pour nous.

Si vous aussi souhaitez soutenir cette position, vous êtes invités à l’écrire simplement à cette adresse : personnelsamumobilises@gmail.com

En joignant à vote message vos nom, prénom, fonction et département ou service. Une liste mise à jour sera quotidiennement diffusée et mise à la disposition de tous.

Par ailleurs les canaux non-modérés permettant de s’adresser à l’intégralité des personnels de l’université ou des UFR étant inexistants, nous vous invitons à diffuser ce message par tous les moyens possibles.

BORDEAUX

Motion de la commission d’examen des vœux de la Faculté de sociologie

La Commission d’examen des vœux de la Faculté de sociologie de Bordeaux s’est réunie aujourd’hui. Elle a retenu deux critères principaux pour examiner les dossiers déposés sur ParcourSup.

Ainsi,

1) La possession du diplôme de baccalauréat (ou de son équivalent) traduit la maîtrise des attendus nationaux.

2) La motivation des candidats est appréciée par la volonté de s’inscrire dans cette formation de sociologie.

Par conséquent, la Commission d’examen des vœux classe l’ensemble de 2 729 candidat.es 1er ex æquo. Elle souhaite que le Président de l’Université de Bordeaux augmente la donnée d’appel au niveau du nombre de demandes, afin que chaque candidat.e reçoive dès le 22 mai 2018 un "oui".

ANGERS

Invitation du président par la CGT à l’AG du 17/4. AG de 500 personnes.appel au 19 avec blocage partiel, représentants CNE ; occupation amphi ; appel mobilisation supplémentaire un samedi

AVIGNON

Amphi occupé puis fermeture administrative de la fac qui a conduit à envoyer les pesonnels en manif ! Communiqué intersyndical en cours

CLERMONT- FERRAND

17 avril AG intersyndicale (CGT, SNESUP, SUD, UNEF)—> motion contre la loi ORE, envoi de 2 représentants à la CNE, comité de soutien aux actions syndicales locales, vote contre Grand Établissement. Barrages filtrants le 23/4 - Occupation du plus grand Amphi, Agnès Varda depuis le 24/4.

GRENOBLE UGA

Blocage ; intervention policière à la demande du Président (11h, premier campus puis 13h pour l’ensemble)t ; le 24 AG ± 700 perso. ; reconduction du blocage (vote 600, pour) ; intervention policière ; le 25 manif convergence (300) UD CGT Isère suite à l’évacuation

LIMOGES

Fac de Lettres blocage reconduit sur 2 semaines (vote 600 pour ) ; 23/4 AG ± 1000 pers.(60 personnels) ; prochaine AG le 7 mai.

26/4 : Rencontre du comité de mobilisation de la présidence, 30 minutes : le président ne reconnaît pas la légitimité de ce mouvement. Annonce de la poursuite des gels de postes pour 2019.Refus de négociations.

LYON

  • Lyon 2 bloquée le 23/4. AG sur les quais, 900 (vote du blocage 634 pour)
    Adresse d’une personnalité extérieure nommée au CA et membre de solidaire : démission pour marquer son opposition à la loi O.R.E
  • ENS AG 250

MONTPELLIER

Le 24 appel au blocage fac des Sciences + AG ± 400 pers. (record pour la fac des sciences !) ; nombreuses motions : abrogation loi ORE, soutien cheminots, retrait réforme du bac, appel manif préfecture et rectorat + vote participation 1er et 3 mai

Montpellier 3 P. Valéry  : bloque Géodis, filiale SNCF, avec les cheminots. Évacuation de l’université

LORRAINE

Nancy et Metz, Interventions policières sur campus bloqués ; 2 étud. arrêtés ; fermeture administrative avec surveillance 24h/24 ; intersyndicale (CGT, FO, FSU, SUD) appelle à la grève

NICE

TRACT d’interpellation personnels et étudiants des administrateurs :

"La loi ORE soulève de multiples questions partout en France. Localement la mise en place de la plateforme ParcourSup se fait de manière confuse sans véritable concertation avec la communauté universitaire.(...) Comment l’université examine t elle les dossiers ? Quels sont les moyens alloués pour cette charge de travail supplémentaire ? »

Région parisienne

Actions cheminots/étudiant.es le 24/4 : Bourse de Paris puis dans les gares parisiennes.

CENSIER, PARIS 3

AG le 23/4 environ 1000

PARIS 11, Orsay

23/4 AG dans les UFR

PARIS 13

Comité de mobilisation et grève le 3 mai

SORBONNE U

Le blocage de clignancourt se poursuit

PARIS 8

Réunion CGT le 17 ; participation de camarades à l’animation de la grève ; "semaine pas de vacances pour les luttes" du 22 au 29 ; Accueil de la coordination étudiant.es
ENS et ARTS DECO

AG commune des élèves 19 avril. Caisse de grève

CNAM

CGT conteste le comptage des grévistes et les retenues sur salaires

Monsieur l’administrateur général

Le quotidien des personnels est de plus en plus difficile (gel des salaires, suppression d’emplois, précarité, conditions de travail qui se dégradent…) et nous sommes de plus en plus nombreux à nous mobiliser pour améliorer la situation de tous et résister aux remises en cause en cascade lors des mobilisations au Cnam ou dans le cadre de journées de lutte nationales et interprofessionnelles.

Nous assumons pleinement cet engagement.

Nous venons d’apprendre que certains personnels grévistes ou non ont reçu le courriel ci-dessous, leur indiquant le prélèvement d’un jour de grève sur leur paye de mai 2018.

Nous n’acceptons pas qu’une minorité d’entre nous soient sanctionnés parce que la direction se trouve dans l’impossibilité de recenser les grévistes de manière juste et équitable le jour même de la grève comme le précise la circulaire du 30 juillet 2003 relative à la mise en oeuvre des retenues sur la rémunération des agents publics de l’Etat en cas de grève (voir le lien https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000414601 ). Cette circulaire précise en effet que « Le recensement devra porter sur la totalité des agents exerçant leurs fonctions au sein du service au cours de la période considérée, quel que soit leur statut »

Nous contestons en effet un recensement inégalitaire des grévistes et peu fiable.

Les personnels ne sont pas à la même enseigne en fonction de leur service, de leur poste, de leur activité et de leur statut. Les enseignants-chercheurs sont exclus de ce recensement.

Nous vous demandons de ne procéder à aucune retenue sur salaire tant qu’un recensement équitable des grévistes n’aura pas été mis en place.

Veuillez croire, Monsieur l’administrateur général en notre dévouement au service public

Pour le syndicat CGT du Cnam

******************************************

Bonjour Madame,

Le 22 mars 2018 a eu lieu, à l’appel des organisations représentatives nationales, une journée de mobilisation des agents de la fonction publique

Le droit de grève, constitutionnellement garanti aux agents de l’Etat en vertu du Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, doit être concilié avec le principe selon lequel la rémunération constitue la contrepartie du service fait.

Ce principe est l’un des fondements réglementaires de la fonction publique. Les administrations sont donc tenues de recenser les agents absents sans motifs afin de procéder en cas d’absence injustifiée aux retenues afférentes.

Ces retenues permettent de garantir une utilisation des fonds publics conforme à la volonté du législateur, mais également de garantir l’égalité de traitement entre les agents absents et ceux présents et ayant effectué leur service. Enfin elles permettent aux organisations représentatives de disposer d’éléments quantifiables pour mesurer leurs mobilisations.

Il s’avère que suite au recensement effectué, vous ne disposez pas de justification pour votre absence de cette journée.

Je vous informe en conséquence que ce jour de grève vous sera prélevé sur la paye de mai 2018.

Dans le cas où vous auriez un justificatif d’absence dont nous n’aurions pas connaissance, nous vous remercions de bien vouloir nous le faire parvenir afin de régulariser votre situation administrative.

Cordialement

CRÉTEIL UPEC

motion département Communication politique et publique contre la répression et dénonciation ParcourSup.

PAU

Président annonce qu’il n’appliquera pas la sélection ; 24 AG ; 25/4 rassemblement d’opposition devant les bâtiments de la présidence en soutien aux camarades des universités qui ont subis des violences /interventions policières, soutenu par la CGT

TOULON

Tractage université avec UL de la Garde ;

PERPIGNAN

Action étudiants + cheminot à la gare de Perpignan ;

POITIERS

AG de rentrée étudiantes du Campus centre ville (sciences humaines et Arts) 450 participant.es (quelques enseignants)+ 40 cheminots FO et SUD. Participation à une action péage gratuit. Décision occupation de l’univ avec blocage de l’entrée principale.

Objectif convergence donc organisation d’une AG d’information avec invitation de tous les personnels le 25/4 13h30 (CGT, SUD, SNESUP)

REIMS

Depuis lundi soir, occupation jour et nuit du principal amphi de sciences Po. Ag lundi 128 élèves décide le blocage. en réaction, fermeture administrative par l’administration.

Revendications étudiants : pour soutenir le mouvement, pas de volonté de bloquer tout le campus mais sensibiliser sur ce qui se passe dans les universités. La sélection ne doit pas être la norme, l’éducation même si nous sommes passés par un concours ultra sélectif ne doit pas être ça.

RENNES 2

2ème semaine de blocage ; AG 16 avril ± 5000 personnes, record battu ! A voté la reconduction du blocage ; intersyndicale réaffirme son opposition à la loi ORE ; com’ de mob’ personnels. 1 tract les incohérences de ParcoursSup et la sélection.

Départements qui ont pris position contre Histoire de l’Art, Info com, Lettres, Arts Plastiques, Art du spectacle,Italien, Anglais, Portugais, Psychologie, Sociologie, UFR Langues, UFR staps… etc

23/4 AG étudiante 800 participant.es (sur 250 étudiant.es)

ROUEN

Fermeture site Mt St Aignan jusqu’au 21 ; enseignants en grève sur site Madrillet ; élus CGT et FSU refusent de siéger à la Commission Recherche délocalisée ; opération "ESPE morte" le 18 ; le 19 appel intersyndical CGT, FSU, Solidaires, UNEF ; fermeture administrative à la demande du Président—> opposition des EC. AG étudiante décentralisée le 24/4 (500)

STRASBOURG

Vote électronique à venir -> opposition CGT : http://cgt.fercsup.net/spip.php?article3089 ; 19 avril AG personnels ± 150 pers. AG étudiants ± 500

Appel de la CNE des 21 et 22 avril :

Nous, étudiant-e-s de 33 universités mobilisées réuni-e-s en coordination nationale étudiante à Paris 8 Saint-Denis les 21 et 22 avril, réaffirmons notre volonté de lutter contre la loi O.R.E et ce gouvernement Macron qui nous impose une sélection sociale. Fac populaire, fac féminisée, l’université de Paris 8 dans laquelle nous nous réunissons aujourd’hui est emblématique des facs qui accueillent les étudiant-e-s qui seront les plus pénalisé-e-s par le plan étudiant. Elle est aussi un lieu d’accueil pour les exilé.e.s qui occupent le bâtiment A depuis trois mois, c’est pourquoi nous sommes solidaires de tout.e.s les sans-papier.e.s et refusons tant le tri des étudiantes.es que le tri des migrant.es

Après les francs succès des 22 mars et 19 avril, les étudiant-e-s ont réussi à montrer leur force collective et à faire la jonction avec le monde du travail, jonction qui fait peur au gouvernement et que nous appelons à accentuer. En tant que futur-e-s travailleur-euse-s (quand nous ne travaillons pas déjà), nous nous battons aux côtés des cheminot-e-s, postier-e-s, hospitalier-e-s, sans-papier.e.s, exilé-e-s, demandeurs d’asile et de tous les secteurs en lutte. Partout, nous appelons a maintenir les occupations et les blocages pendant les vacances. Dès le 30 avril nous poursuivrons la grève.

Par ailleurs, nous appelons les lycéen-ne-s et les salarié-e-s à nous rejoindre dans la perspective de généraliser la grève reconductible dans un maximum de secteurs.

Face à la mobilisation qui s’est développée contre cette réforme, avec des occupations de fac partout en France, la seule réponse du gouvernement a toujours été la répression ; après les évacuations des facs de Bordeaux, Lille, Strasbourg et Dijon, c’est maintenant un des centres les plus mobilisés, Paris 1-Tolbiac, qui a été évacué à l’aube. L’évacuation fut particulièrement violente. Tandis que la police et le gouvernement affirme qu’elle s’est effectuée dans le calme, de nombreux blessés (dont deux graves) sont recensés et aucune annonce n’est faite quant au possible coma d’un occupant. L’AP-HP et la préfecture de police nie les blessés et organisent une rétention d’information. Nous condamnons cette répression et exigeons justice et vérité pour les occupants de Tolbiac ainsi que la relaxe de tous les interpellé-e-s du mouvement. Nous appelons a des actions et rassemblements de soutien devant les préfectures dès lundi. Nous défendrons toutes les facs occupées menacées d’expulsion.

Malgré la répression l’heure n’est pas, et n’a jamais été, aux négociations et aux compromis avec le gouvernement. Nous appelons tous les étudiants à amplifier la mobilisation, et à manifester massivement dans la rue dès le mardi 24 avril, date de grève cheminote. Nous appelons aussi à participer au 1er mai avec des cortèges Interfacs et au 3 mai, temps fort avec journée de grève et de manifestations avec les salarié-e-s de l’Éducation, et appelons les lycéen-ne-s à bloquer leurs lycées. Enfin, nous faisons de la date du 5 mai une échéance de la mobilisation. De plus, nous appelons à participer à la coordination lycéenne nationale organisée ce jour à l’université bordeaux victoire.

Nous ne céderons pas aux pressions du gouvernement et de certaines présidences d’université sur les examens, et nous réaffirmons que nous nous mobiliserons jusqu’au retrait de la loi O.R.E. Pour permettre aux étudiants de continuer à lutter, nous appelons à l’aménagement ou à la validation automatique des examens et à leur blocage si les présidences des universités cherchent à les maintenir envers et contre tout.

Préparons une riposte à la hauteur de l’attaque, nous réaffirmons la nécessité d’une grève générale reconductible pour faire plier le gouvernement.

Nous exigeons :

  • Le retrait de la loi ORE
  • L’arrêt des poursuites à l’encontre des étudiants mobilisés, l’arrêt des interventions policières sur les universités.
    - * La vérité concernant les blessés lors de l’évacuation de l’université de Tolbiac
  • Un investissement massif dans l’éducation à hauteur des besoins.
  • La CNE affirme son soutien sans faille à tous le secteurs en lutte et à leurs revendications contre les mesures antisociales du gouvernement Macron : contre la casse des services publics, la précarisation générale du monde du travail et toutes les lois racistes et xénophobes.

Nous appelons à une prochaine Coordination Nationale Étudiante le 5 et 6 à Paris 3.

RDV à venir

logoelections2018_cgtfercsup-fpe_jelutte_vertical_125.png

  • 3 mai journée de mobilisation, appel à la grève (Texte interfédérale) + préavis de grève CGT FERC Sup.
    Nouvelle interfédérale le 3 mai au soir.
  • Appel à la coordination des universités le 5 mai 9h-13h à Paris

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : +33 155 82 76 28 - Fax : +33 149 88 07 43 - Courriel : ferc-sup@ferc.cgt.fr - Édition