La CGT des établissements d’enseignement supérieur et de recherche

Syndicat CGT FERC Sup
Grenoble - UGA - G-INP

jeudi 30 mars 2017

Appel à la mobilisation contre le « Plan de Retour à l’Équilibre » de l’UGA

Les personnels de l’UGA, réunis en Assemblée Générale ce lundi 27 mars, ont échangé au sujet du « Plan de Retour à l’Équilibre » (PRE) préparé actuellement par la présidence.

Ils ont exprimé leur refus de la mise en œuvre de ce « Plan de Réduction des Effectifs », et ont décidé de plusieurs actions :

  • l’appel à la mobilisation de tous les personnels contre ce PRE, au rassemblement vendredi 14 avril prochain à l’occasion du CA de l’UGA
  • l’invitation aux étudiants, via leurs organisations, à se joindre à cette mobilisation : les étudiants sont concernés par ce plan qui risque de détériorer fortement leurs conditions d’études
  • le lancement d’une pétition pour exprimer ce refus (voir texte ci-dessous). Nous vous invitons à signer et à faire circuler cette pétition en ligne à cette adresse : non-au-pre-uga.ouvaton.org
  • l’organisation de réunions d’informations au niveau des services et composantes afin d’amplifier cette mobilisation. Nous invitons tous les personnels à participer activement à ces réunions.

Pétition : Non au « Plan de Retour à l’Équilibre » à l’UGA

Un « Plan de Retour à l’Equilibre » (PRE) a été annoncé par la Présidence de l’Université Grenoble Alpes le 27 février. L’UGA est en effet en situation de déficit : 4,6 millions d’euros en 2017, s’aggravant chaque année, pour atteindre 13,3 millions d’euros en 2020.

Les raisons de ce PRE : une Privation de Rémunérations de l’Etat

Selon l’analyse de la Présidence elle-même, ce déficit relève principalement de l’insuffisance de l’État dont les subventions ne couvrent pas intégralement la masse salariale de l’UGA, dans le cadre des Lois Pécresse et Fioraso, instituant puis renforçant « l’autonomie » des universités. Ce déficit est donc structurel et ne saurait s’arrêter dans 4 ans.

Ce PRE fait donc suite au désengagement de l’État de ses responsabilités d’employeur public.

Les mesures du PRE : Plan de Réduction des Effectifs, Précarité et Restrictions Eternelles

Le PRE prévoit, pour l’instant une réduction du budget de l’UGA de 13 millions d’euros sur 4 ans.
Alors que les effectifs des étudiants sont en augmentation et que les générations à venir sont encore plus nombreuses (baby boom 2000s…) le PRE annoncé prévoit principalement des suppressions de postes et des suppressions d’heures d’enseignement :

  • 1 départ à la retraite sur 2 non remplacé jusqu’en 2020 au moins, soit pour 2018, 15 postes de BIATS et 15 postes d’enseignants-chercheurs supprimés,
  • réduction de 1 million d’euros pour le recrutement des doctorants,
  • suppression de centaines d’heures d’enseignement.

Les conséquences du PRE toucheraient directement la communauté universitaire : dégradation de nos missions de service public, baisse de notre potentiel scientifique et de l’attractivité de l’université, diminution de notre potentiel d’enseignement et conditions d’études dégradées.

En outre, ces mesures ne règlent rien : à déficit structurel, il faut des réponses structurelles. Cette réduction est amenée à être reconduite dans 4 ans, car les causes du déficit seront toujours là ! Faudra-t-il aller jusqu’à la fermeture d’une composante ou d’une de nos antennes délocalisées ?

Nous ne sommes pas responsables du désengagement de l’État ni du déficit.

Nous dénonçons ce PRE et en refusons toute mise en œuvre.

Nous appelons les personnels et les étudiants de l’UGA à se rassembler le 14 avril 2017 à l’occasion de la réunion du Conseil d’Administration qui débattra de la mise en place du PRE.

Nous interpellons le Ministère de l’ESR : l’État doit assumer directement le coût de tous les emplois et reprendre l’intégralité de la gestion de la masse salariale.

Signer la pétition en ligne

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : (33) 01.55.827.628 - Fax : (33) 01.49.88.07.43 - Mél : ferc-sup@ferc.cgt.fr