La CGT des établissements d’enseignement supérieur et de recherche

Accueil > Vie des syndicats > Île de France > Bibliothèque universitaires des langues et civilisations (la (...) > La grève des contractuel-le-s étudiant-e-s de la BULAC entre dans sa deuxième (...)

La grève des contractuel-le-s étudiant-e-s de la BULAC entre dans sa deuxième semaine

samedi 21 mai 2016

Les contractuels étudiants de la BULAC sont en grève illimitée depuis le 14 mai sur deux revendications essentielles :

  • reconnaissance du statut de contractuel-le-s, (et non de vacataires payés à l’heure faite) ;
  • droit de ne pas rattraper les heures non travaillées pour cause d’arrêts maladie ou de jours fériés, (la bibliothèque impose actuellement aux étudiant-e-s de rattraper ces heures).

Après 4 jours de grève active le mouvement est très bien suivi. La bibliothèque est fermée dès lors que le service public est assuré pour l’essentiel par les contractuels étudiants : en soirée et le samedi. Le personnel "non étudiant" - les fonctionnaires et les autres contractuels - approuve quasi unanimement le mouvement, le soutien, y participe parfois avec empathie, allant jusqu’à faire des dons spontanés et participer à la grève. Parmi les lecteurs, qui sont eux aussi souvent des étudiants salariés, au delà de l’inquiétude que provoquent les fermetures à répétition, la sympathie s’exprime par une réception bon enfant des actions d’information et une pétition de soutien.

Les 2 syndicats de la BULAC, CGT FERC Sup et SNASUB-FSU, soutiennent totalement les revendications, ils aident à populariser la lutte au plan national, dans le respect des décisions prises quotidiennement par les grévistes eux-mêmes. Nous organisons une AG de tout le personnel mardi prochain à 10H pour voir comment intervenir pour trouver une issue positive au conflit.

Les contractuels étudiants ont aussi établi des liens avec d’autres précaires en lutte dans l’enseignement supérieur et la culture, à la BNF, dans des BU et des universités.

C’est que la situation des contractuels étudiants de la BULAC est loin d’être une exception. On rencontre certes des cas où les jours fériés et les congés maladie sont respectés, preuve qu’il est possible de satisfaire les revendications. Mais dans beaucoup d’universités et de bibliothèques universitaires, les contractuels étudiants sont payés avec des mois de retard, ont des contrats de travail mal rédigés voire scandaleux, ne peuvent pas poser des jours de congé, ont des rémunérations inférieures à celles des agents qui effectuent un travail similaire, leurs accidents de travail ne sont pas reconnus, le temps de travail n’est pas toujours compté intégralement. Ils voient tous leurs autres droits de salariés en grande partie ignorés.

Nous avons, en tant que syndicalistes, de sérieux reproches sur la façon dont la direction de la BULAC gère ou plutôt n’a pas géré la situation, puis le conflit. Les revendications ont été posées, argumentées, en novembre ; le dialogue a été demandé régulièrement et la direction se contentait de renvoyer mollement la balle au ministère. Depuis novembre : pour des gens dont le contrat se termine en juin ou en août, il y a de quoi être exaspérés en mai par un attentisme vaguement condescendant. Nous avons fait des propositions pour débloquer le conflit au bout de 4 jours de grève. Réponse négative, argumentée mais sans contre-proposition. Mais tout cela, ce n’est pas forcément le plus important.

Un fait nouveau est intervenu au soir de ce quatrième jour de grève. Dans des conditions d’ailleurs surprenantes : les infos tombaient quasiment en direct pendant notre discussion avec la direction. Nul doute que cette grève y est pour quelque chose. Le ministère annonce à la direction qu’une note va sortir "courant de la semaine prochaine". Elle aura bien évidemment une portée globale sur le régime applicable aux contractuels étudiants, partout, et pas simplement à la BULAC.

Partout, ça veut dire que le ministère va enfin sortir du bois et donner des directives (ou refuser d’en donner) concernant le quotidien au travail de milliers de salariés dans des centaines d’établissements.

Dans l’attente de réponses directes aux revendications et non plus des paroles et des annonces, la grève continue à la BULAC.

La CGT FERC Sup BULAC, le 20 mai 2016


Complément

Message des grévistes aux personnels de la BULAC envoyé le 20/5/2016

Bonjour à tous,

Un mot, en premier lieu, pour vous vous dire que la présence d’un grand nombre d’entre vous à la réunion d’information dans le hall de l’INALCO, le mercredi 18 mai, nous a fait chaud au cœur. Merci beaucoup pour l’intérêt que vous portez à notre mouvement.

Nous tenons à vous informer des quelques jalons qui ponctuent notre grève :

Premièrement, une pétition circule, à la demande de certains lecteurs, désireux de nous venir en aide.

D’autre part, une Assemblée Générale se tiendra le mardi 24 mai à 10h en RJ.24 (la salle est à confirmer).
Au vue de la réunion qui s’est tenue aujourd’hui avec Jean-François Chanal, réunion au cours de laquelle, la direction a exprimé le souhait de ne pas dévier de sa position attentiste, cette assemblée générale prend une importance considérable pour nous, particulièrement pour l’élaboration d’une stratégie future et la perpétuation de notre mouvement.
Une réponse du ministère est attendue pour "le courant de la semaine prochaine", beaucoup de choses vont donc se jouer dans les jours prochains.

Nous avons reconduit la grève pour demain vendredi 19 mai, samedi 20 mai, et nous discuterons des modalités de grève pour la semaine prochaine.

Merci de votre attention,
Bonne journée

L’ensemble des contractuel-le-s étudiant-e-s, par la voix de sa représentante

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : (33) 01.55.827.628 - Fax : (33) 01.49.88.07.43 - Mél : ferc-sup@ferc.cgt.fr