La CGT des établissements d’enseignement supérieur et de recherche

Accueil > Syndicats > Île de France > Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle > Mise en place du RIFSEEP à l’université - Retour sur les groupes de (...)

Mise en place du RIFSEEP à l’université - Retour sur les groupes de travail.

mardi 22 mars 2016

Des réunions d’un groupe de travail réunissant les organisations syndicales et la direction sur l’application du RIFSEEP ont eu lieu au sein de l’établissement le 16 février et le 15 mars 2016.

Nous tenons à rappeler notre opposition à ce système de prime qui divise et déchire les collègues et qui remet en cause nos statuts. Nous appelons à signer la pétition qui refuse sa mise en œuvre pour l’ensemble du ministère.

Par ailleurs, nous avons tous des rémunérations trop basses... Les primes à Paris 3 sont 20 % à 70 % plus basses que les moyennes nationales de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). De plus, il faut rappeler que les primes de l’ESR sont sensiblement plus basses que les primes des autres fonctionnaires d’état.

Le taux des primes à Paris 3 est donc extrêmement bas. Il est même en dessous des planchers fixés par le ministère pour les AENES (voir fichier joint). Donc, avec l’application du dernier décret, les primes de ces collègues devraient être augmentées rétroactivement à partir du 1er septembre 2015, même si cette augmentation est un bénéfice pour les collègues, elle ne saurait nous satisfaire. L’augmentation est insuffisante et la prime est liée au poste et plus au corps et au grade.

Prévision de primes si les minima sont appliqués

CORPS Catégorie Groupe Prime (en euros)
prévue avec effet rétroactif au 1/9/2015
Prime actuelle à P3
identique depuis 2010 (en euros)
Moyenne MESR
RCE 2012
(en euros)
AENES C 2 180 157 et 160 pour les principaux 199
AENES C 1 184 157 et 160 pour les principaux 199
AENES B 3 252 200 pour les CN IB<380
et 243 pour les autres
331
AENES B 2 267 200 pour les CN IB<380
et 243 pour les autres
331
AENES B 1 277 200 pour les CN IB<380
et 243 pour les autres
331
AENES A 4 323 317 pour les ADAENES et
456 pour les APAENES
544
AENES A 3 372 317 pour les ADAENES et
456 pour les APAENES
544
AENES A 2 442 317 pour les ADAENES et
456 pour les APAENES
544
AENES A 1 467 317 pour les ADAENES et
456 pour les APAENES
544

A ce jour, aucune directive ministérielle n’a été transmise aux établissements pour l’application du RIFSEEP pour les ITRF et les BIB et l’intersyndicale de l’ESR (CGT, FO, FSU, Solidaires) continue de réclamer sa non application.

Sur notre université, la direction ne s’est pas engagée à ce que les primes de tous les personnels soient homogénéisées cette année contrairement à ce qui est le cas depuis 2009 à l’université. (Voir les documents joints et celui-ci en particulier).

Mais l’application du RIFSEEP entraine déjà une bagarre afin de déterminer qui sera dans quel groupe !

La CGT a fait plusieurs propositions toutes refusées à ce jour. Nous continuons à revendiquer :

  • L’augmentation des primes de tous les personnels BIATSS pour les amener, a minima, à la moyenne nationale, soit entre 20 % et 70% de plus. Ce qui a été refusé par la direction.
  • L’égalité entre les différentes catégories de titulaires, qu’ils soient ITRF/AENES/BIB, en demandant à ce que les primes données aux ITRF et aux BIB soient les mêmes que celles données aux AENES ; avec une rétroactivité, comme pour les AENES, au 1er septembre 2015. Nouveau refus de la direction qui choisit la division entre collègues. Dans un même bureau, des collègues faisant le même travail pourront donc gagner des primes différentes selon leur filière.
  • De ne pas diviser les collègues pour quelques euros ! Il suffit de mettre tous les collègues dans le groupe 1. Mais la direction, accompagnée par certains syndicalistes, estime que certains doivent être mieux payés que d’autres... Et qu’il faut diviser... A qui cela profite-t-il ?

Le 16 février 2016, la proposition de la direction était de mettre l’essentiel des catégories C dans le groupe le plus bas. Mais à la dernière réunion, nous avons obtenu qu’elle revienne sur sa décision. Toutes les catégories C seront dans le groupe 1. Cela évite des divisions pour quelques euros mais il reste à obtenir une hausse conséquente des taux de primes.
Pour les autres catégories par contre, la direction a procédé à une « cotation » des postes. Chacun a donc été mis dans un groupe qui déterminera le montant de ses primes.

  • PS1 : personne ne doit être lésé par rapport à l’ancien système. Nous contacter si problème
  • PS2 : on ne sait pas à ce jour ce que deviendra la prime informatique et plus généralement le classement en groupe des ITRF et BIB. L’intersyndicale discute à ce jour avec le ministère pour la non application du RIFSEEP et pour une augmentation des primes. Voir le compte rendu de la dernière réunion. Nous appelons à signer la pétition qui refuse sa mise en œuvre pour l’ensemble du ministère.
  • PS3 : on revendique aussi les mêmes primes pour les contractuels que pour les titulaires. Cela se fait dans d’autres universités. A Paris 3, les contractuels n’ont rien.... contrairement à l’accord de 2009 qui devait donner une partie de la prime en points d’indice...
CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : (33) 01.55.827.628 - Fax : (33) 01.49.88.07.43 - Mél : ferc-sup@ferc.cgt.fr