La CGT des établissements d’enseignement supérieur et de recherche

Accueil > Les dossiers > Les instances > CNESER > Élections CNESER 2015

Élections CNESER 2015

vendredi 12 juin 2015

Conseil national de l’enseignement supérieur et de la Recherche

À l’issue du dépouillement des élections du nouveau CNESER, ce 11 juin 2015, la CGT FERC SUP, traditionnellement présente dans cette instance pour représenter les personnels de bibliothèques, ingénieurs administratifs, techniques, ouvriers et de service (aujourd’hui BIATSS), confirme sa progression chez les enseignants-chercheurs : dans le contexte rendu plus difficile d’une réduction du nombre de sièges pour les élus dans cette instance, le siège conquis en 2011 dans le collège B des enseignants, enseignants-chercheurs et assimilés est conservé et un siège dans le collège A des Professeurs d’université vient s’y ajouter.

Cette progression constante montre qu’aucune catégorie de personnels n’est désormais épargnée par les processus de réorganisation et de démantèlement en cours, qui, par delà les changements de majorité, consacrent toujours davantage l’éloignement des décisions des lieux de la démocratie universitaire, la soumission des personnels à de nouveaux contrôles hiérarchiques, la déstabilisation des équipes de travail au gré de la restructuration des services, des offres de formation et du recours à l’emploi précaire sur projet.

Elle salue aussi la clarté avec laquelle nous avons dénoncé sans relâche, dans le précédent CNESER, les projets gouvernementaux, en démontrant que loin de s’opposer comme ils le prétendaient superficiellement aux décisions de l’époque Sarkozy, qui avaient fait descendre la communauté universitaire dans la rue en 2009, ils en approfondissaient bien au contraire la logique, malgré l’apparence d’une concertation - les « assises » - où il ne fût jamais cherché véritablement à entendre les personnels.

Nous avons été souvent seuls à dénoncer prioritairement et sans aucune ambiguïté la fusion des établissements et la création des ComUE qui sont la véritable continuation de la LRU-Pécresse parce qu’elles donnent des moyens inédits à leurs présidents pour regrouper et réduire les offres des établissements membres avec l’alibi et la contrainte de l’austérité imposée.

Tout comme nous restons encore seuls à dénoncer clairement la reconduction de la modulation de service et de l’évaluation managériale individuelle dans le décret enseignants-chercheurs (simplement rebaptisée « suivi de carrière »), véritable trahison du mouvement de 2009, ainsi que le retour de la PEDR (prime d’encadrement doctoral et de recherche) qui a en réalité consacré sous un nouveau nom la logique de la prime « d’excellence » par laquelle le gouvernement Fillon avait soumis les enseignants-chercheurs à la même logique de contrôle individuel de la performance que celle à laquelle la PFR (prime de fonction et de résultat) soumettait les personnels BIATSS.

Notre opposition claire, sur tout ces sujets, est saluée par les résultats électoraux et nous remercions toutes celles et tous ceux qui reconnaissent et encouragent le travail des élus CGT FERC Sup. Nous nous engageons à continuer à porter dans cette instance la voix de tous les personnels et de leur faire connaître l’étendue des projets que l’on veut leur imposer. Nous défendrons aussi, aux côtés des autres organisations de la CGT dont nous saluons l’élection dans ce CNESER élargi aux organismes de recherche et aux établissements industriels, une vision du service public national d’enseignement et de recherche au service d’une société fraternelle et éclairée, vivant en harmonie durable avec elle-même et avec son environnement.

Mais, ces résultats n’occultent pas les très mauvaises conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections : organisation précipitée ne profitant pas de l’expérience acquise lors des précédents scrutins ; dématérialisation totale des candidatures et de l’information ; aucune disposition ministérielle pour que les organisations syndicales puissent informer directement les personnels dans les établissements ; organisation des élections laissée à la libre appréciation des établissements ; très faible information des électeurs dans les établissements, listes électorales non mises à jour... Il en résulte un effondrement de la participation dans tous les collèges des établissements d’enseignement supérieur et de recherche dont le ministère qui a refusé d’entendre nos alertes porte, avec la Conférence des présidents d’université, l’entière et totale responsabilité.

Saint Ouen, le 12 juin 2015
Conseil national de l’Union nationale FERC Sup CGT


Les élus CGT FERC Sup au nouveau CNESER

Collège A (professeurs d’universités et assimilés) :
Camille DUMAT (titulaire) & Abdellatif IMAD (suppléant)

Collège B (autres enseignants et assimilés) :
Arnaud MACÉ (titulaire) & Françoise ASTIER (suppléante)

Collège BIATSS :
Frédérique BEY (titulaire) et Sylvain RIGOLLET (suppléant)

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : (33) 01.55.827.628 - Fax : (33) 01.49.88.07.43 - Mél : ferc-sup@ferc.cgt.fr