La CGT des établissements d’enseignement supérieur et de recherche

Accueil > Syndicats > Île de France > Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle > La rentrée 2014 s’annonce problématique

La rentrée 2014 s’annonce problématique

vendredi 19 septembre 2014

La rentrée se précise et les problèmes d’organisation sont très nombreux. Leurs répercussions devraient se faire sentir dès à présent mais aussi dans les mois à venir, lors des sessions d’examens.

La mise en place des nouvelles maquettes pose des problèmes à tous et à toutes et pèsent sur les conditions de travail des BIATSS et des enseignants. Nous l’avions évoqué à diverses reprises et, une fois de plus, nos prédictions (de pur bon sens) semblent se réaliser : le nombre de cours à placer dans le planning est supérieur à celui des anciennes maquettes, le taux d’utilisation des salles était déjà de plus de 100%, les nouveaux systèmes des majeures/mineures rajoutent des contraintes. Du coup cela crée des problèmes y compris dans l’élaboration des emplois du temps ou du CTI (chevauchements de cours, notamment pour les étudiant.e.s en double cursus, et pas seulement au sein de Paris 3)

Les mutualisations, multipliées pour faire des économies plutôt que pour des raisons pédagogiques, ont été insuffisamment préparées, et amènent à devoir revoir en catastrophe et à la dernière minute les architectures de crédits européens, devenues incompatibles avec Apogée. Et les saisies des maquettes avaient déjà pris du retard au printemps. Du coup, les inscriptions administratives ont été plus tardives cette année et la plupart des inscriptions pédagogiques ne pourront pas se faire en ligne contrairement à ce qui était prévu, ce qui alourdit la charge de travail des collègues.

Les collègues doivent faire face, répondre aux questions des étudiant.e.s qui ne comprennent pas les changements, et le travail doit se faire dans de mauvaises conditions, les retards s’ajoutant aux retards.

Les outils informatiques qui devraient améliorer l’accueil des étudiant.e.s et notre travail rendent tout plus compliqué. Les IA et IP qui s’étalaient jusqu’au mois de décembre doivent se terminer beaucoup plus tôt pour que les étudiant.e.s puissent accéder à leur mail, à icampus, à leur emploi du temps… Et ce travail doit se faire avec moins de personnel. Ce n’est évidemment pas possible sereinement.

Les erreurs se multiplient, avec des conséquences parfois catastrophiques (fermeture inopinée des inscriptions ENEAD le 1er septembre, privant l’Université de ces revenus ).

L’entêtement des équipes au pouvoir dans les conseils centraux, leur incapacité à écouter, à suivre les collègues au contact des réalités du terrain, a abouti à une situation catastrophique, gérée à coup de déclarations lénifiantes, de dénis de réalité, et d’oukases reportant implicitement la responsabilité des dysfonctionnements sur des personnels qui font pourtant de leur mieux pour les pallier. Alors que les signaux d’alerte se multiplient, la dernière CFVU du 18 septembre avait une séance quasi vide de tout ordre du jour.

La prétendue gestion efficace et managériale de la LOLF/LRU trouve donc logiquement ses limites. La hiérarchie autoritaire, la micro-gestion et le contrôle tatillon ne sauraient remplacer le travail en équipe, la gestion démocratique et l’engagement de service public. Les personnels et les étudiant.e.s sont les premières victimes de ces dérives.

  • Pour rappel, on avait voté contre les maquettes en 2012. Voir ce que l’on écrivait...
  • Heure d’information syndicale le jeudi 2 octobre de 12h30 à 14h en salle 123 pour faire un premier bilan de la rentrée.
CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : (33) 01.55.827.628 - Fax : (33) 01.49.88.07.43 - Mél : ferc-sup@ferc.cgt.fr