La CGT des établissements d’enseignement supérieur et de recherche

Attention chute de fenêtres

lundi 6 mai 2013

Jeudi 18 avril à 17H, la vitre d’une fenêtre est tombée du 3ème étage de Censier, dans la rue du fer à moulin : une étudiante a voulu ouvrir une fenêtre pour aérer, la fenêtre était un peu difficile à ouvrir, elle a appuyé et la vitre s’est cassée.
Par chance, personne n’a été touché ni blessé à l’extérieur des locaux par la vitre qui est tombée, seule l’étudiante a été légèrement touchée dans la salle de cours. Plus de peur que de mal mais, si ce même incident avait eu lieu par beau temps, il aurait pu être dramatique.

Les élus du CHSCT ont appris l’incident en séance le lundi 22 avril et ils ont demandé une enquête du CHSCT. L’enquête a établi que ce n’est pas le premier incident de ce type : deux vitres de fenêtres sont tombées dans des situations analogues ces toutes dernières années.

La situation des 1000 fenêtres de Censier est préoccupante. Elles ont 50 ans et le verre, simple vitrage, a vieilli, il a perdu en résistance. On ne peut déterminer les vitrages présentant des faiblesses et risquant de casser... et de tomber.
Les châssis des fenêtres sont aussi en mauvais état. Une fenêtre complète est tombée il y a deux ans. Pour éviter d’autres accidents, une quinzaine de fenêtres ont étés remplacées et des fenêtres ont été soudées en position ouverte ou fermée.

Suite à notre demande, la direction a prévenu les étudiants et les personnels (message reçu le 23 avril), des affiches ont été apposées sur les fenêtres, une inspection générale des fenêtres est en cours, des mises en sécurité aux abords des bâtiments doivent être réalisées… mais tout cela n’écarte pas le risque d’une nouvelle chute.

Plusieurs solutions sont envisagées, aucune n’est satisfaisante :

  • le filmage des fenêtres qui doit diminuer le risque de chute de la vitre en cas de casse mais qui n’empêchera pas la chute du châssis
  • le remplacement de la vitre pour du double vitrage mais les châssis risquent de ne pas supporter
  • le remplacement des fenêtres. Deux millions d’euros et deux ans de travaux. Dans un bâtiment amianté qui doit être désamianté et reconstruit depuis plus de dix ans…
  • ...

Nous travaillons dans un bâtiment qui se dégrade, où il devient dangereux de travailler, nous demandons donc la mise à disposition de toute urgence de locaux tampons dans Paris pour permettre le désamiantage de Censier et sa reconstruction ; d’assurer la sécurité des personnels et étudiants tout en permettant la continuité du service public d’enseignement et de recherche.

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : (33) 01.55.827.628 - Fax : (33) 01.49.88.07.43 - Mél : ferc-sup@ferc.cgt.fr