La CGT des établissements d’enseignement supérieur et de recherche

Accueil > Les dossiers > Luttes en cours > Interpro > 1er Mai 2012 : tous mobilisés avec les syndicats

1er Mai 2012 : tous mobilisés avec les syndicats

vendredi 27 avril 2012

Les cinq années de présidence Sarkozy ont été caractérisées – sous prétexte de réduire les déficits - par des attaques sans précédent contre les retraites, l’accès aux soins, l’emploi (plans de licenciement dans le privé et suppressions d’emploi dans le public), les salaires, les garanties collectives des salariés, les libertés publiques … Les revendications des étudiants, et plus généralement des jeunes, pour sortir de la précarité et avoir les mêmes droits d’accéder à un diplôme, n’ont pas été entendues. Cette politique a été condamnée par les citoyens au premier tour des élections présidentielles. Le score inquiétant de l’extrême droite, la diffusion de ses thèses – qui n’apportent aucune solution à la crise économique, sociale et environnementale - imposent à nos organisations d’universitaires, de travailleurs scientifiques et d’étudiants, de prendre position contre l’exclusion, le rejet de l’autre et la stigmatisation des étrangers. Le président-candidat, qui porte en la matière une lourde responsabilité, veut maintenant détourner la journée du 1er Mai de ses objectifs de mobilisation sociale pour l’amélioration des conditions de travail sous prétexte de distinguer le « vrai travail », en organisant un contre-rassemblement de ses partisans.

Dans cette période de crise économique, sociale et environnementale, le 1er Mai, journée de solidarité du monde du travail, doit être une forte journée d’expression des revendications des personnels de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ainsi que des étudiants, aux côtés des autres travailleurs, des retraités et des jeunes. C’est le moment – comme le dit le communiqué commun CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA – de converger pour :

« - faire entendre les priorités sociales et les préoccupations des salariés, des demandeurs d’emploi, des jeunes et des retraités, en France et en Europe ;
- exprimer la défense des droits fondamentaux et des libertés partout dans le monde ;
- faire reculer la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme ».

Les personnels, les étudiants et les usagers de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ont toutes les raisons de manifester le 1e Mai avec les autres salariés, et notamment avec ceux de l’ensemble de la Fonction Publique :
- salaires indignes des personnels, perte de pouvoir d’achat, coût prohibitif du logement
- recrutements sur postes statutaires de la Fonction Publique très insuffisants en regard des besoins,
- précarité massive, de toutes catégories, dans les services, les laboratoires, et les établissements,
- carrières bloquées, promotions insuffisantes
- moyens (financiers, de logement, d’encadrement, …) insuffisants pour la plupart des étudiants pour étudier dans de bonnes conditions et réussir,
- niveaux de qualification non reconnus, notamment la thèse
- opérations de restructurations visant à démanteler les organismes de recherche et les universités, remettant en cause un accès de tous les étudiants à l’enseignement supérieur et promouvant une politique de concurrence entre personnels, services, laboratoires et établissements
- structures technocratiques et antidémocratique proposées comme base de l’organisation de l’enseignement supérieur et la recherche, au détriment de la collégialité et de la vie démocratique, avec une mise en place accélérée de ces structures (IDEX, PRES, FCS),
- extinction rapide des crédits de base des organismes de recherche, généralisation de la recherche sur projets (ANR),
- privatisation rampante
- développement d’une politique d’évaluations (individuelle, services, formations, laboratoires, établissements) aux antipodes des besoins de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche,
- stigmatisation systématique des étrangers jusque sur les bancs de l’université, avec les expulsions d’étudiants et les tracasseries contre les collègues étrangers, la circulaire Guéant

Pour le service public d’enseignement supérieur et de recherche, comme pour l’ensemble des travailleurs, des sans emploi, des retraités et des jeunes, l’urgence est de rompre avec les politiques menées depuis une dizaine d’années. Cela passe par des mobilisations.

Dès maintenant, les organisations signataires appellent les personnels et les étudiants à se joindre aux cortèges du 1er mai organisés par les centrales syndicales.

Signataires  :
FSU (SNESUP, SNCS, SNASUB, SNEP)
CGT (SNTRS – FERC Sup)
Solidaires (Sud Recherche EPST – Sud Etudiant)
UNEF
SLR
SLU

Manifestations  :
Paris (Denfert-Rochereau - 15h00), Marseille (Vieux Port - 10h30), Toulouse (Place Saint-Cyprien - 10h00), Bordeaux (Place de la République - 10h30), Grenoble (Gare SNCF - 10h00), Lyon (Place Jean Jaurès - 10h30), Lille (Porte des Postes -10h30), Rennes (Place de la Mairie - 11h00), Strasbourg (Place De Lattre de Tassigny - 10h00), Rouen (Théâtre des Arts -10h30), Poitiers (Place du Centre Commercial Clos-Gaultier -11h00), …

www.carte.cgt.fr/index.php

CGT FERC Sup - 263 rue de Paris - Case 544 - 93515 Montreuil Cédex - Tél. : (33) 01.55.827.628 - Fax : (33) 01.49.88.07.43 - Mél : ferc-sup@ferc.cgt.fr